le « Llum Tour » annulé faute d’autorisation

le « Llum Tour » annulé faute d’autorisation
Descriptive text here

Promettant un spectacle assez unique, l’illumination des 14 tours de signalisation entourant les Pyrénées-Orientales n’aura pas lieu. Un peu moins d’une semaine avant l’événement, prévu le 7 mai, celui-ci a été annulé faute d’autorisation, les places réservées étant des « sites protégés ».

Illuminez les 14 tours de signalisation médiévales avec des faisceaux lumineux pour un spectacle coordonné à l’échelle d’une zone. Tel était le projet spectaculaire du « Llum Tour » souhaitant saluer l’arrivée en France de la flamme olympique. Elle a finalement été annulée, ont indiqué ce mercredi soir les organisateurs dans un communiqué. La raison ? « L’ensemble du département se trouvait, hormis Perpignan et son agglomération, sur des sites protégés ou hébergeant des espèces protégées », souligne le communiqué. Seules deux tours auraient pu être éclairées à Canet et Perpignan.

Les organisateurs n’ont en effet pas obtenu les autorisations préfectorales nécessaires. Avertis seulement ce mardi, ils ont renoncé après avoir évalué les risques : 150 000 euros d’amende mais aussi et surtout des poursuites pénales. “Malgré l’enthousiasme et le soutien d’un très grand nombre de personnes résidant dans notre département, nous sommes au regret d’annuler”, ils disent. La société de distribution d’électricité verte Llum, dirigée par David Gener, un entrepreneur du département, était à l’origine de ce projet pourtant contesté.

Ce lundi, sur les antennes de France-Inter, Diane Sorel, la conservatrice de la Réserve naturelle de la Massane, sur laquelle est installée l’une des tours, s’est prononcée contre ce projet. «Nous sommes une réserve naturelle nationale classée au patrimoine mondial de l’UNESCO.» Le manager souligne “pollution lumineuse” qui aura indéniablement un « un impact sur la biodiversité ». Elle rappelle qu’il s’agit d’une zone où des installations telles que des canons lumineux “sont interdits par la loi”. Plusieurs luminaires LED, générant des rayons lumineux, ont dû être installés sur chaque tour. Le projet consistait, lors d’un spectacle d’une heure, à organiser une chorégraphie lumineuse coordonnée avec une bande sonore musicale qui devait être diffusée par France Bleu Roussillon.

Côté obscur

Le « Llum Tour » n’a pas eu de chance. Il avait déjà dû changer la date. Initialement prévu le jour du passage de la flamme olympique dans les Pyrénées-Orientales le 15 mai, il s’est heurté à un refus du comité d’organisation. Finalement reprogrammé au mardi 7 mai, le spectacle avait pourtant pour but de faire un clin d’œil à la flamme, puisque c’est le jour de son arrivée, à bord du Belem, dans le port de Marseille.

Les organisateurs, en tout cas, sont amers et ne le cachent pas dans leur communiqué : « Nous avons longtemps travaillé les autorités locales dans le but de faire de ce court spectacle d’une heure une fête, avec le minimum d’impact possible pour un maximum de territoires et d’habitants. Le choix des circuits aux signaux avait été fait dans le but de préserver certaines espèces. Des aménagements du projet, suite au retour de réserves naturelles ont été envisagés, comme la Massane..

Animé par une forte envie de valoriser le département et son patrimoine, David Gener doit donc baisser les bras. « Mettre en opposition nature et patrimoine ne sera jamais le meilleur moyen de convaincre, mais le meilleur moyen de nous faire régresser »indique en outre le communiqué qui se termine ainsi : « On espère quand même vous avoir permis de rêver […] Nous ne tomberons jamais du côté obscur et regarderons toujours vers la lumière. ».

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV ce site historique de la Trinité-sur-Mer dans le Morbihan va vous surprendre
NEXT Européennes : Bardella lance le compte à rebours vers une victoire annoncée à Perpignan : Actualités