« le projet actuel n’a plus rien à voir avec le projet initial »

Plus de 300 personnes ont assisté mardi 14 mai à la réunion publique à l’hôpital, animée par des médecins, des représentants des usagers, dont Le Manifeste et l’intersyndicale CGT-SUD. Cette réunion avait pour objectif d’informer la population sur les inquiétudes et les menaces qui pèsent sur le service public hospitalier du Sud Aveyron.

Hier, on nous parlait d’un hôpital complet et attractif. Aujourd’hui, les options d’économies évoquées auraient un impact sur de nombreux services.

La population a découvert avec stupéfaction l’opacité de ce projet et du processus décisionnel qui semble uniquement guidé par des choix budgétaires et politiques.

Le projet actuel n’a plus rien à voir avec le projet initial élaboré par la communauté médicale et évolue constamment, sans information ni concertation avec les professionnels, y compris les médecins concernés.

  • Le laboratoire d’analyses pourrait être absorbé par le CHU de Montpellier
  • L’activité pharmaceutique pourrait être réduite de moitié
  • La maternité serait transformée en centre périnatal
  • La psychiatrie craint d’être rattachée ou absorbée par le CHS Sainte-Marie de Rodez
  • Cuisine sous-traitée ou externalisée.

En cascade, évidemment, tous les services pourraient être impactés. D’autant que les engagements sur les rénovations des établissements actuels sont restitués sans date ni budget. Ce sont les garanties d’activités jusqu’à l’ouverture et celles promises par le Projet Médical pour l’avenir qui disparaîtrait.

Nous avons rencontré le Maire qui ne semble pas inquiet de l’état du projet.

D’autres rencontres sont faites avec l’Adjoint et le Directeur de l’Agence Régionale d’Hospitalisation dans le mois à venir.

Médecins, usagers, intersyndicale SUD/CGT

La rubrique « Avis » est l’espace de libre expression du site Millavois.com. Son contenu n’engage pas la rédaction.

#Français

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV A Genève, Centre de la Confédération compte sur le 7e art pour se relancer
NEXT locaux de deux Tabaski au Sénégal