La Chine lance des exercices militaires majeurs autour de Taiwan – Eurasia Business News

Par Anthony Marcus, pour Eurasia Business News, 24 mai 2024

Dans la matinée du 23 mai, les forces de la zone Est du commandement de combat de l’Armée populaire de libération chinoise (APL) ont commencé des exercices à grande échelle autour de Taiwan. Cela a été rapporté par le ministère de la Défense de la République populaire de Chine. L’exercice Joint Sword 2024A se déroulera jusqu’au 24 mai et impliquera des forces d’infanterie, aériennes, navales et de missiles. L’armée sera implantée à proximité des îles de Kinmen, Mazu, Wuquyu et Dongyin, qui sont sous le contrôle des autorités taïwanaises.

En avril 2023, la Chine avait déjà mené des exercices militaires et navals autour de Taïwan.

Un communiqué de presse du ministère chinois de la Défense a cité un porte-parole du commandement qualifiant ces exercices de « punition sévère » (du chinois se traduit par « punition servant de leçon pour l’avenir ») pour « les actions des séparatistes des partisans de l’indépendance de Taiwan ». Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Wang Wenbin, a déclaré que les mesures avaient été prises pour protéger la souveraineté nationale et l’intégrité territoriale du pays et constituaient un signal pour les forces séparatistes et un avertissement pour les forces extérieures.

Des déclarations publiées sur la page X (ancien Twitter) du ministère de la Défense de la République de Chine sur Taiwan le 23 mai affirment qu’il n’y a pas de désir de conflit, mais un désir d’assurer la sécurité de la Chine. Il n’existe aucune donnée officielle sur les unités de combat impliquées dans les exercices. Selon des données open Source, le ministère taïwanais de la Défense a suivi avec succès 31 navires de guerre de la marine de l’APL et 49 chasseurs (avions de détection et de contrôle radar à longue portée Su-30, J-16 et KJ-500).

Les exercices ont commencé quelques jours après l’investiture du nouveau président de la République de Chine à Taiwan, Lai Qingde, le 20 mai. Le New York Times et d’autres médias américains qualifient les actions de Pékin de réaction directe à cet événement. En particulier, les autorités chinoises pourraient être mécontentes du discours inaugural de Lai, dans lequel il a parlé de la « nation » taïwanaise et de sa réticence à se soumettre à la RPC.

En réponse à ces déclarations, Chen Binhua, directeur du Bureau d’information du Bureau des affaires de Taiwan du Conseil d’État de la République populaire de Chine, a déclaré que Lai ignorait les sentiments de la « majorité des insulaires ». qui sont engagés en faveur de la paix et du développement. Mais il convient de mentionner que le nouveau dirigeant de Taiwan a évité le mot « indépendance » dans son discours et a adhéré au terme « souveraineté » de la République de Chine (ce qui, cependant, à son avis, signifie que l’île n’est pas contrôlée. par la RPC). Lai a également mentionné sa volonté de négocier avec Pékin plutôt que de s’affronter, mais pour ce faire, ils doivent, selon ses termes, « respecter le choix du peuple taïwanais ».

Selon le Centre d’études électorales de l’Université nationale Zhengzhi, qui étudie les opinions des résidents taïwanais sur une solution possible à la question du statut de l’île, en 2023, un tiers de ses habitants – 33 % – souhaitaient maintenir le statu quo pour toujours (en 1994, ce chiffre était de 9,8 %). Le nombre de partisans d’une déclaration imminente d’indépendance n’a pas changé au cours de la période étudiée : en 1994, il s’élevait à 3,1 %, en 2023 – 3,8 %. Quant aux partisans d’une réunification rapide avec la RPC, leur nombre est passé de 4,4 % en 1994 à 1,2 % en 2023, tandis que la part de ceux qui sont convaincus de la nécessité d’une transition progressive vers une déclaration officielle d’indépendance, ayant atteint un maximum en 2020 (25,5%), est tombé à 21,5% en 2023. Les partisans du report de la décision sur le statut de l’île s’élevaient à 27,9% en 2023 et à 38,5% en 1994.

Lire aussi : L’essor des BRICS : les nouvelles puissances de l’ordre multipolaire

La Chine démontre son évaluation de la situation politique actuelle à Taiwan. Auparavant, Pékin maintenait constamment un tel niveau de tension, qui a quelque peu diminué après la rencontre entre le président chinois Xi Jinping et le président américain Joe Biden en novembre 2023. Dans le même temps, le nouveau président Lai n’a rien dit d’inhabituel dans son discours d’investiture. .

Il n’est pas exclu qu’une guerre pour Taiwan puisse commencer à tout moment, de tels exercices pourraient être le point de départ. Mais pour l’instant, sur la base des données disponibles, nous pouvons conclure que la Chine envoie un avertissement politique. Les exercices actuels ne sont pas très différents de ceux que Pékin mène habituellement dans la région. Les conséquences de ces manœuvres se sont par exemple produites en 1996, lorsque la Chine a tiré des missiles sur les zones de navigation adjacentes au port de Kaohsiung, et en 2022, lorsque la navigation civile a été perturbée.

Lire aussi : Le Prince de Machiavel, Texte original et commentaires

Les États-Unis calculent les risques d’un éventuel conflit, c’est pourquoi ils s’efforcent de développer une coopération militaire officieuse avec Taiwan. L’un des principaux problèmes de Washington en termes de capacité de combat de Taiwan reste les retards dans la fourniture d’armes et l’exposition de la flotte américaine aux missiles anti-navires chinois et à d’autres armes anti-accès.

Les relations officielles entre le gouvernement central chinois et l’île de Taiwan se sont rompues en 1949 après que les forces du Kuomintang dirigées par Chiang Kai-shek, vaincues dans la guerre civile contre le Parti communiste chinois, aient trouvé refuge sur l’île. Les contacts commerciaux et informels entre l’île et la Chine continentale ont repris à la fin des années 1980. Depuis le début des années 1990, les parties sont en contact par l’intermédiaire d’organisations non gouvernementales – l’Association de Pékin pour le développement des relations entre les deux rives du détroit et la Fondation d’échanges entre les deux rives de Taipei.

Abonnez-vous à notre chaîne Telegram

Notre communauté compte déjà près de 130 000 lecteurs !

Me prévenir lorsqu’un nouvel article est publié :

Suivez-nous sur Telegram, Facebook et Twitter

© Droits d’auteur 2024 – Actualités économiques en Eurasie

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Auchan et Rocca favoris pour reprendre les magasins Casino en Corse – 14/06/2024 à 09:46
NEXT Jens Stoltenberg veut garantir que les membres de l’OTAN aident l’Ukraine à long terme