une église en passe d’être sauvée grâce à la mobilisation de tout un village

une église en passe d’être sauvée grâce à la mobilisation de tout un village
une église en passe d’être sauvée grâce à la mobilisation de tout un village

L’édifice religieux pour lequel les habitants de Maumusson travaillent sans relâche depuis deux ans a été sélectionné par la Fondation du Patrimoine pour bénéficier d’une aide financière.

Le Figaro Nantes

C’est une belle récompense pour ces habitants qui se battent depuis deux ans pour sauver leur patrimoine religieux. En avril 2022, ils lancent une association puis une campagne de collecte de fonds pour sauver l’église Saint-Pierre-et-Saint-Paul, vieille de plus de 400 ans. Sur le million recherché, ils ont déjà récolté 90 000 euros de dons privés et 30 000 euros de mécénat dans le but de permettre au bâtiment de retrouver sa pleine capacité. Vendredi 26 avril, ils ont appris qu’ils faisaient partie des 100 premiers bénéficiaires de la collecte nationale en faveur du patrimoine religieux des villages de France.

Annoncé en septembre 2023 par Emmanuel Macron, ce dispositif vise à collecter des aides pour préserver les édifices religieux dans les communes de moins de 10 000 habitants. “On attend de savoir quel est le montant”, réagit Gaëtan Chauviré, président de l’association Maumussonnais D’ici Et D’ailleurs qui regroupe 2 500 adhérents (deux fois plus que Maumusson). Au moment du lancement, le président de la République espérait récolter 200 millions d’abonnements en quatre ans. Actuellement, 2,4 millions ont été collectés et la Fondation du Patrimoine recherche 12,7 millions d’euros en priorité pour sauver les 100 lieux sélectionnés.

On nous a dit qu’il fallait au moins 10 ans pour monter un projet financier. Dans deux ans, le projet sera bien avancé

Gaëtan Chauviré, président de l’association Maumussonnais D’ici Et D’ailleurs

« On nous a dit qu’il fallait au moins 10 ans pour monter un projet financier. Dans deux ans, le projet sera bien avancé., se réjouit le pilier de la mobilisation, né à Maumusson et désormais basé en Bretagne. Ces derniers mois, de nombreuses activités festives ont été initiées par les organisateurs pour récolter des euros ici et là, comme des fêtes de la bière ou une journée intergénérationnelle. « Peut-être que dans 30 ans, ce seront ces jeunes qui seront là pour défendre le patrimoine local… »

Un autre élément est venu renforcer l’action des habitants. Ils sont soutenus par la municipalité, qui vient d’inscrire la somme de 542 000 euros dans son budget 2024, en vue d’une première phase de travaux. Il s’agit déjà de consolider les bas-côtés en supprimant les supports de secours privant l’église de 200 places. Sans ces aménagements provisoires installés à partir de 2017, les murs se seraient écartés.

Ce montant sera couvert notamment par les 120 000 euros déjà récoltés et les aides de la Fondation du Patrimoine à venir. Pour le reste, c’est certainement “la commune qui va financer”indique Jean-Yves Ploteau, le maire des Vallons-de-l’Erdre, une nouvelle commune composée de six communes déléguées et donc… de six églises. « Les travaux pourraient débuter fin 2024 et se poursuivront sur une partie de 2025. L’objectif est de le rouvrir dans sa totalité à l’issue de cette première phase ». C’est-à-dire le rendre utilisable à 100% de sa superficie lorsque la messe y est célébrée (toutes les six semaines), ou pour des enterrements, baptêmes et mariages plus occasionnels. Actuellement, l’heure est aux appels d’offres pour la sélection de l’architecte. Une deuxième phase, moins urgente, aura alors lieu, «quand la commune en a les moyens». Il s’agira notamment de s’attaquer aux voûtes, au plafond à réhabiliter, au chauffage, etc.

Retable classé

« Nous avons un retable qui est classé. Restaurer l’église, c’est la protéger et permettre à tous de la visiter. Le projet est défendu par certains avec une vision religieuse, et d’autres principalement avec une perspective patrimoniale.insiste Gaëtan Chauviré. « Nous sommes constamment confrontés à des compromis pour ces bâtiments anciens »poursuit le maire Jean-Yves Ploteau. « C’est compliqué de financer la réhabilitation sans avoir de retour sur investissement », observe-t-il. D’autant plus que c’est « Il est plus facile de construire quelque chose de nouveau que de réhabiliter l’ancien. C’est pourquoi nous apprécions toute aide ! » Récemment, l’élu a également dû gérer la restauration de l’église voisine de Freigné, ravagée par la pourriture. Quant à la piscine de la ville nouvelle, elle vient d’être sélectionnée pour bénéficier d’un fonds lors de la prochaine édition du Loto du Patrimoine.

Au milieu de ces actualités patrimoniales, Jean-Yves Ploteau est vraiment heureux pour l’église de Maumusson : « C’est une reconnaissance du travail de la communauté, mais aussi de l’association Maumussonnais D’ici Et D’ailleurs ». « Nous sommes le seul dossier en Loire-Atlantique. Nous sommes assez fiers.il finit.

Les supports privent l’église de nombreux endroits.
Mathieu LEFEVRE
 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Légère baisse du surpoids chez les écoliers suisses
NEXT il oublie son bébé de 16 mois dans la voiture, les conséquences sont dramatiques