Une révolution dans les habitudes de consommation des Marocains

Une révolution dans les habitudes de consommation des Marocains
Une révolution dans les habitudes de consommation des Marocains

Plusieurs entreprises marocaines et étrangères préparent des produits alimentaires et cosmétiques à base de cannabis. Parmi les produits proposés : du chocolat blanc et au lait ainsi que des infusions digestives. Pour les producteurs, le succès commercial sera bel et bien au rendez-vous.

Le cannabis légal est en passe de faire partie des habitudes de consommation au Maroc. Et ce ne sont pas seulement ses aspects médicinaux et thérapeutiques qui sont mis en avant. Certaines formes d’aliments sont également proposées sur le marché. Ainsi, des entreprises marocaines, soutenues par des investisseurs étrangers, lancent dès juin prochain des chocolats et des infusions à base de cannabis. C’est l’entreprise marocaine Kyff, filiale du groupe Oksa, qui est à l’origine de ce projet de création d’une gamme de produits alimentaires.

Les produits qui seront commercialisés sont fabriqués à partir de kif récolté dans la région de Chefchaouen. Parmi les produits proposés : du chocolat blanc et au lait qui sera commercialisé sous forme de Napolitains de 5 grammes ou de barres de 100 grammes. Il y aura également des infusions digestives à base de cannabis mélangé à d’autres plantes aromatiques comme la caroube, le romarin et la cannelle. D’autres sociétés envisagent également de commercialiser des produits à base de cannabis, notamment des compléments alimentaires et des gammes de soins cosmétiques, tels que des shampoings et des huiles de massage.

Extraction d’huiles de cannabis
C’est notamment le cas de la société Somacan et de la société Canaer. Elle envisage par exemple de se lancer dans l’extraction d’huiles de cannabis, dont le potentiel représente plus de 20 % du marché.

Il faut dire que la réglementation du cannabis au Maroc et ses vertus médicinales commencent à s’imposer dans les débats publics. Ce sujet a notamment été au centre d’une réunion, organisée vendredi 17 mai 2024 à Casablanca par la Fédération marocaine de l’industrie et de l’innovation pharmaceutique, dont le président, Mohamed El Bouhmadi, a mis en avant les avancées majeures réalisées par le Royaume en matière de régulation du cannabis à usage médical et industriel. A cet effet, il rappelle la mise en place d’un cadre légal et la création de l’Agence nationale de régulation des activités liées au cannabis (ANRAC), dont la gestion a été confiée à l’ancien gouverneur d’El Jadida, Mohamed El Guerrrouj.

Pour les spécialistes, le cannabis médicinal apparaît comme un nouvel espoir dans le domaine de la santé, offrant un large éventail de vertus thérapeutiques et apportant une nouvelle dimension à la prise en charge des patients grâce à des solutions alternatives et complémentaires aux traitements conventionnels. La réunion, qui vise notamment à contribuer à positionner le Maroc comme un acteur incontournable dans le domaine des médicaments et produits de santé à base de dérivés du cannabis, a été l’occasion de mettre en avant les procédures d’enregistrement de ces produits ainsi que le rôle d’accompagnement des autorités pour soutenir ce secteur.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV « une rentabilité des plus faibles », un risque de nombreuses faillites pour les petites marques
NEXT Le salon automobile de Genève sabordé face à la baisse d’intérêt des constructeurs