l’arnaque irlandaise au bitume sévit dans le Gers

l’arnaque irlandaise au bitume sévit dans le Gers
l’arnaque irlandaise au bitume sévit dans le Gers

l’essentiel
Depuis le début de l’année, les signalements concernant cette arnaque se multiplient partout en France. Les « Irish asphalters » actifs depuis plusieurs décennies ciblent généralement les zones rurales et les populations vulnérables comme le département du Gers. Explications.

C’est une vieille arnaque, connue mais qui ne cesse de se propager dans le département du Gers : celle des « Irish asphalters ». Sur Internet, par SMS, par mail, mais aussi devant votre porte : les arnaqueurs sévissent par tous les moyens. Et les zones rurales sont propices aux escroqueries. Les criminels ciblent généralement les personnes vulnérables, souvent âgées. Un phénomène qui a été illustré à de nombreuses reprises ces derniers temps.

Lire aussi :
Qu’est-ce que l’arnaque irlandaise sur le tarmac qui se multiplie dans les zones résidentielles ?

Des factures salées, du goudron de mauvaise qualité et des discours bien rodés agrémentés d’une pointe d’agressivité : telle est la recette de ces « bitumeurs » mal intentionnés pour soutirer, la plupart du temps, de grosses sommes d’argent à leurs victimes. Comment font-ils? Généralement, ce sont des hommes en tenue de travail qui se déplacent chez vous. Ces derniers indiquent qu’ils travaillent sur un chantier de construction voisin et disent avoir un surplus de bitume qui pourra vous servir à refaire votre entrée à un prix dérisoire.

Une belle opportunité, mais qui peut vite faire déchanter. A la fin des travaux, ces escrocs vous demandent une somme en espèces dépassant le « devis » initial, sans facture et sans document attestant de leur visite. Dès leur départ, les sinistrés découvrent le résultat du chantier : de simples graviers liés à l’eau à la place de l’asphalte prévu. À première vue, le travail peut sembler correct. Mais au fil des jours, sur la plupart des chantiers, des fissures apparaissent et l’allée se désagrège.

Dans le département du Gers, les arnaqueurs au bitume sévissent depuis plusieurs décennies. Récemment, ils ont été signalés autour de la commune de Fleurance ainsi que dans le village de Pauilhac. Sur les réseaux sociaux, on décrit « un homme au fort accent anglais » proposant de vider le goudron, boucher des trous ou encore refaire son parking. Attention aux arnaques…

Qui sont-ils, d’où viennent-ils ?

Issus de la communauté irlandaise ou britannique, ces individus sont présents sur le territoire français depuis les années 1990. La plupart sont issus des « Rathkeale Rovers », (du nom de la ville d’où ils sont originaires, NDLR), un groupe de délinquants basés en Irlande et travaillant à l’international. Ils sont tous issus de la communauté des Gens du voyage d’Irlande et effectuent de petits travaux comme la pose de bitume ou la rénovation de maisons, des activités souvent illégales.

La question se pose naturellement : pourquoi n’ont-ils pas été arrêtés après tant d’années ? Premièrement, sans facture, il est impossible d’obtenir des garanties légales de parfait achèvement. Ensuite, les ouvrières disparaissent généralement dans la nature. Sans leur identité, il est souvent compliqué de les retrouver. Et sans flagrant délit, difficile de les appréhender.

Comment se protéger de ces arnaques ?

Que ce soit pour l’installation d’une pompe à chaleur à 1€, la rénovation de vos façades, l’entretien de votre jardin ou la pose de goudron sur votre allée : soyez vigilant. Si un démarcheur se présente à votre porte, voici les bons réflexes à adopter :

– Si vous le pouvez, vérifiez le nombre de personnes présentes avant d’ouvrir la porte (via le visiophone ou le judas).
– Exiger la présentation d’une carte professionnelle.
– Ne signez rien avant d’avoir le devis en main.
– Ne payez pas d’argent et ne signez pas de chèque, surtout antidaté.
– En cas de doute, proposez d’appeler l’organisation professionnelle à laquelle le démarcheur est rattaché.
– Si le vendeur se montre insistant ou menaçant, composez immédiatement le 17 pour appeler la police ou la gendarmerie.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV les onze plages à éviter dans le Finistère, selon Eau & Rivières de Bretagne
NEXT Un processus accéléré pour 82 résidences étudiantes