Plan blanc lancé à Briançon après l’arrivée de lycéens souffrant de vomissements

Plan blanc lancé à Briançon après l’arrivée de lycéens souffrant de vomissements
Plan blanc lancé à Briançon après l’arrivée de lycéens souffrant de vomissements

Jeudi 2 mai, 29 étudiants franciliens ont été admis à l’hôpital de Briançon (Hautes-Alpes). Selon BFMTV, Près de 121 personnes, dont 115 lycéens et six accompagnateurs, ont participé depuis le 30 avril à un cours de spéléologie verte à Vallouise-Pelvoux. Originaires de Savigny-sur-Orge (Essonne), six étudiants se sont présentés avec des maux de ventre et des vomissements lors de ce cours. première nuit au centre.

Plan blanc : pourquoi ce système s’est-il déclenché ?

Pour faire face à cet afflux de patients, le Groupement Hospitalier de Territoire Alpes du Sud a annoncé qu’il déclencherait le plan blanc, « afin de garantir la continuité des soins tout en assurant la gestion de l’afflux aux urgences ». Ce dispositif regroupe des mesures spécifiques, qui permettent d’obtenir des renforts en situation sanitaire exceptionnelle ou une activité accrue au sein d’un établissement de santé.

La voie de la gastro-entérite est privilégiée

Pour déterminer l’origine de la contamination, l’Agence régionale de santé (ARS) et la Direction départementale de l’emploi, du travail, de la solidarité et de la protection des populations (DDETSPP) ont ouvert une enquête sanitaire. Les premières analyses ont, pour l’instant, écarté l’hypothèse d’une intoxication alimentaire, et la voie privilégiée est donc celle de la gastro-entérite. Des analyses complémentaires sont actuellement en cours.

Comme l’a indiqué la préfecture des Hautes-Alpes, les premiers cas se sont déjà rétablis et ont pu regagner le centre de vacances. “Ce n’est pas une situation grave”, a affirmé la direction de l’hôpital. L’établissement a toutefois appelé les Briançonnais ainsi que les touristes à ne pas se rendre aux urgences sauf en cas d’urgence vitale, car le service est toujours sous pression.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Quand Caroline Goldman explique comment faire sortir les enfants de leurs écrans
NEXT «Je sais qu’elle est vivante», témoigne sa mère