l’alerte française en replay

l’alerte française en replay
l’alerte française en replay

Nicolas Berrod, journaliste à Parisien au service du futur, de la santé, de la médecine, de la science, du climat, du numérique.

Entre le 1er janvier et le 19 avril 2024, 1 679 cas de dengue importés ont été détectés en France, contre 131 cas sur la même période en 2023. Selon la directrice générale de Santé publique France Caroline Semaille, « ce que nous observons en France est un miroir de ce qui se passe aux Antilles, et plus largement dans la zone Amérique latine et Caraïbes », où la dengue circule depuis le début de l’année « à des niveaux sans précédent ». Près de 20 % des plus de 65 ans sont concernés, et « très peu d’enfants ». La dengue est une maladie virale (le plus souvent bénigne) qui peut évoluer dans environ 1% des cas vers une forme plus grave entraînant des hémorragies. Les décès sont très rares. Les symptômes, souvent grippaux (fièvre, maux de tête, courbatures), apparaissent dans les 3 à 14 jours suivant la piqûre.

A ce jour, seul le vaccin du groupe français Sanofi est autorisé en France (proposé uniquement aux Antilles et en Guyane aux personnes entre 9 et 45 ans déjà infectées, à raison de 3 doses en 6 mois). Un autre produit pourrait arriver sur le marché : il s’agit de Qdenga, développé par le laboratoire japonais Takeda.

A l’approche des Jeux Olympiques, la lutte contre les moustiques devient une priorité pour l’Agence Régionale de Santé. Selon Covars, « la conjonction prochaine de grands événements sportifs internationaux en France métropolitaine au cours de la saison estivale, générant d’importantes migrations de populations du monde entier, renforce les risques d’épidémies de dengue, Zika et chikungunya ».

Nicolas Berrod, journaliste au service Futurs du Parisien – Aujourd’hui en France, reviendra sur la résurgence des cas de dengue à l’approche des Jeux Olympiques.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Première sortie publique de Kate Middleton après l’annonce de son cancer
NEXT La musique québécoise toujours à la peine sur les plateformes de streaming