« Il a tenté un coup d’État »

« Il a tenté un coup d’État »
« Il a tenté un coup d’État »

Fondée en 1987, la Société française du radiotéléphone (personne n’utilise le nom complet) est aujourd’hui la propriété du milliardaire Patrick Drahi, qui possède autant de nationalités (française, israélienne, marocaine, portugaise, chrétienne) que de dettes. , si on force la ligne. Combien ? Quelque 24,3 milliards d’euros en France, selon les chiffres de décembre 2023, et environ 60 milliards dans l’ensemble des filiales dans le monde.

mouette

“Patrick Drahi a tenté un coup d’état en exigeant des créanciers qu’ils perdent une partie de leurs participations en échange de la restitution des fonds liés à la vente des actifs de BFM TV”

Une situation quasiment intenable qui a poussé l’entrepreneur à revendre plusieurs actifs. Parmi eux, BFM TV, racheté par le milliardaire marseillais Rodolphe Saadé, ou encore Altice Portugal, en passe de tomber dans les mains de… Xavier Niel. Une vente accélérée par la chute du numéro 2 d’Altice et proche de Drahi, Armando Pereira, arrêté à Lisbonne en juillet dernier pour corruption et blanchiment, un coup dur pour SFR.

Le malheur des uns peut donc en partie faire le bonheur des autres. Impitoyable.

Tentative de coup de poker

La direction d’Altice France a donc expliqué fin mars qu’elle devait réduire cette dette, en France, à 16 milliards »pour assurer un avenir durable“, mais “pour y parvenir, elle a prévenu les prêteurs qu’ils devront abandonner une partie de leurs dettes, soit une perte de l’ordre de 30 %. Un investisseur qui prêterait 100 à Altice France ne se retrouverait donc qu’avec 70», toujours selon Le monde.

» Patrick Drahi a tenté un coup de force en exigeant des créanciers qu’ils perdent une partie de leurs participations en échange de la restitution des fonds liés à la vente des actifs de BFM TV. Sans cela, il a affirmé ne pas pouvoir remettre dans le circuit le produit de cette vente. (pour sortir le groupe Altice de l’endettement, NDLR) et utiliser cet argent différemment», et donc les mettre au risque de tout perdre, nous dit un observateur du secteur. Un coup de poker qui peut fonctionner si les créanciers acceptent, de peur de perdre davantage. Mais c’est un coup de poker très risqué.

Et pendant ce temps, Xavier Niel, avec ses 22 millions d’abonnés en France et près de 50 millions dans le monde, est à l’affût. Même si Rodolphe Saadé s’est positionné en fauteur de troubles et lui a volé BFM TV sous le nez (et même le journal) Provencequi n’appartenait pas à Drahi) et pourrait perturber ses plans.

Par ailleurs, Xavier Niel, qui est d’ailleurs le gendre d’un autre milliardaire, Bernard Arnault, tente également de se positionner sur la TNT (télévision numérique terrestre) en France. Un mouvement qui, s’il réussit, pourrait faire de lui un « multi-magnat » français. Pas sûr que cela enchante Patrick Drahi, son meilleur « ennemi » depuis plusieurs années.


 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

NEXT Le salon automobile de Genève sabordé face à la baisse d’intérêt des constructeurs