revivez la journée du samedi 22 juin

revivez la journée du samedi 22 juin
revivez la journée du samedi 22 juin

Serrer la main, sourire pour des photos, boire une bière fraîche… François Hollande est revenu sur la campagne électorale samedi en déambulant dans les rues de Tulle et d’Ussel, en Corrèze, où il est candidat aux prochaines législatives. Député 1D Circonscription du département de 1988 à 1993 puis de 1997 à 2012 avant d’être élu président, le socialiste se présente cette année sous la bannière du Nouveau Front populaire (NFP) face à quatre personnalités déjà toutes candidates en 2022 : le député sortant, Francis Dubois (Les Républicains), Maitey Pouget (Rassemblement national), Gilles Oguinena (Reconquête !) et Marie-Thérèse Coinaud (Lutte ouvrière).

« Il était président, quel est le meilleur ? Mais l’accueil est positif, c’est le roi des selfies. On sent une adhésion”, veut croire son adjoint Philippe Brugère, maire de Meymac. De son côté, son principal adversaire, Francis Dubois, a pointé du doigt auprès de l’Agence France-Presse (AFP) le large fossé idéologique entre le socialiste et ses alliés, notamment « insoumis ». « Nous avons un individu social-démocrate qui s’allie à [Jean-Luc] Mélenchon qui veut le chaos, la révolution, l’obscurantisme”a déclaré le candidat adoubé par le camp macroniste, estimant que “c’est tout ce que les citoyens vomissent de la part d’un homme politique”.

Dans un entretien à l’Agence France-Presse (AFP), François Hollande a répondu qu’il “entendu” critique de son alliance avec le NFP, qui comprend de nombreux hommes politiques opposés à sa politique lorsqu’il était président, décrite à l’époque comme « rebelles ». “Je me place dans le cadre d’un syndicat, parce qu’il faut le faire, mais sans aucune forme de confusion”a-t-il assuré. « Je pense que d’ailleurs, en ce moment, Jean-Luc Mélenchon devrait plutôt se montrer discret, car il doit encore mesurer le degré d’hostilité sur sa personne, du moins sur ses expressions. Son silence, son retrait serait sans doute souhaitable pour de nombreux candidats, dont La France insoumise.»il ajouta.

Interrogé sur son désir de “vengeance” Face à Emmanuel Macron, qui fut secrétaire général adjoint de son cabinet à l’Elysée de 2012 à 2014 avant de le nommer ministre de l’économie (2014-2016), François Hollande a assuré que ce n’était ni son sentiment ni sa motivation. « Je pense que c’est Edouard Philippe qui a le mieux résumé la situation, c’est-à-dire que le macronisme, c’est fini. Si cela a jamais existé, mais que c’est fini, je le dis sans hostilité particulière. Je n’ai aucun compte à régler. Certainement pas. Tout cela est passé »a-t-il déclaré à l’AFP.

Le socialiste, qui accuse son successeur d’avoir “endommagé” les fêtes et “l’esprit civique”a également promis qu’il n’avait pas ” aucun “ ambition derrière : « J’étais déjà président, pourquoi redevenir député ? Il n’y a pas d’élection présidentielle. Quel serait le but? »» s’est-il interrogé, reconnaissant toutefois que, s’il était élu, il ne serait pas “un député comme les autres”.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Costco va augmenter le prix des cartes de membre – .
NEXT L’OTAN affirme que la Chine « joue un rôle clé dans la guerre de la Russie » – .