« L’UE est sortie affaiblie du vote du 9 juin, alors que pour exister dans le monde d’aujourd’hui, nous avons besoin d’une Europe renforcée » – .

« L’UE est sortie affaiblie du vote du 9 juin, alors que pour exister dans le monde d’aujourd’hui, nous avons besoin d’une Europe renforcée » – .
« L’UE est sortie affaiblie du vote du 9 juin, alors que pour exister dans le monde d’aujourd’hui, nous avons besoin d’une Europe renforcée » – .

AÀ l’heure où le besoin d’Europe se fait plus pressant que jamais, l’extrême droite eurosceptique, pour ne pas dire europhobe, marque des points sur le Vieux Continent. Cela n’est pas sans conséquences : comparée aux autres blocs de puissance, l’Union européenne (UE) est sortie affaiblie des élections du 9 juin. C’est l’un des regrettables paradoxes de la situation politico-stratégique actuelle. Il y en a d’autres.

Toutes tendances confondues, l’extrême droite représentera un quart, soit à peu près, des 720 députés européens. Le raz-de-marée annoncé ne s’est pas produit et l’incapacité de cette famille à s’unir diluera quelque peu son poids dans l’hémicycle européen. Celle-ci reste dominée par la même coalition majoritaire : le centre droit (qui progresse), les sociaux-démocrates et les libéraux de Renew.

Mais sur les thèmes immigration-pouvoir d’achat-sécurité, dans l’ordre ou dans le désordre, l’euroscepticisme s’installe dans une Union qui, pour beaucoup, était avant tout synonyme de prospérité et de croissance. Deux piliers de l’UE ont été réalisés. La France est le pays le plus touché. Dans une campagne électorale inattendue, elle entre dans une phase de profondes turbulences politiques – avec la possible arrivée du Rassemblement national à la tête du gouvernement. En Allemagne, la coalition du social-démocrate Olaf Scholz est déstabilisée par la montée des ultras de l’AfD (Alternative für Deutschland). et le mauvais score du parti de la chancelière.

Lire aussi | Résultats européens 2024 : sièges, pays par pays, et composition du futur Parlement

Ajouter à vos sélections

Tout cela est déjà assez désagréable, mais cela l’est encore plus si l’on tient compte du mauvais vent qui souffle autour de l’Union. Il s’agit d’une météo qui est aux antipodes du monde du projet européen. Elle s’est établie dans la paix, par et pour le droit, sur fond de libéralisme économique réglementé. Le monde d’aujourd’hui est régi par d’autres évolutions. La guerre est de retour en Europe ; le rapport de force prévaut plus que jamais sur la scène internationale ; le protectionnisme économique est de retour.

Un « cercle de feu » autour de l’UE

Le « modèle » européen a de nombreux ennemis. La Russie de Vladimir Poutine craint une éventuelle contagion démocratique qu’elle combat avec la guerre en Ukraine. La Chine de Xi Jinping, dans une situation intérieure difficile, compte sur le marché européen pour écouler ses excédents gargantuesques. Moscou et Pékin s’organisent ensemble pour contester partout les valeurs portées par le projet européen, analyse l’Institut d’études de sécurité de l’Union européenne, le groupe de réflexion stratégique de l’UE, dans son dernier rapport intitulé « Contestation : la nouvelle dynamique qui anime la politique mondiale »..

Il vous reste 55% de cet article à lire. Le reste est réservé aux abonnés.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Le rocker américain annonce le décès de sa mère Carol Bongiovi – .
NEXT Prix ​​du gaz, démarque inconnue, nouveau plan d’économies… Ce qui change au 1er juillet