Pour être heureux, il fallait voir Anthony Kavanagh

Pour être heureux, il fallait voir Anthony Kavanagh
Pour être heureux, il fallait voir Anthony Kavanagh

C’est voir que les gens ont ri. Je sais que c’est difficile de se lever à Rochefort mais ils l’ont fait. La deuxième fois mais ils l’ont fait. Cela fait 25 ans que je joue en Europe, 35 ans au Canada, et de voir qu’après tant d’années les gens continuent de venir me voir et de rire de mes blagues, je suis reconnaissant. C’est le métier que j’ai toujours voulu faire depuis l’âge de 14 ans. Jusqu’à 19 ans, j’en ai gagné mon argent de poche. Alors quand je les vois se lever à la fin, ce que je dis est encore plus vrai.

Après quatre visites au FIRR, peut-on dire qu’il y a un attachement à Rochefort ?

J’aime cette fête, elle est à taille humaine : l’accueil, manger des saucisses, boire des bières avec les festivaliers… Dimanche, je pars à 8 heures donc je ne pourrai pas faire la fête avec les Rochefortois et les Rochefortoises. Mais ça fait toujours plaisir de revoir l’équipe, je pense à Coco qui accueille les artistes. Elle est toujours là après 25 ans, les quatre fois où je suis venu, elle était là. Elle est la patronne. Savoir que c’est toujours plein, c’est cool.

Ce n’était donc pas une aventure d’un soir, Rochefort…

Non, c’était une aventure de quatre nuits. Elle m’a rappelé ! Elle me veut toujours. Elle me veut toujours.

Les habitudes s’installent

En quittant la scène, je suis immédiatement allé chercher le fameux Triple à la pression. Le 7,2° sinon c’est un peu trop fort, ça va me tuer. Ce qui est bien, c’est que je pourrai me coucher plus rapidement. J’en profite avec un verre collector réalisé spécialement pour le festival.

Ce qui est bien aussi ici, c’est qu’il y a d’autres représentants d’autres festivals qui viennent aussi (Morge, VOO Rire, Comedi’Ha au Québec, etc.). C’est toujours bien de voir ces festivals s’encourager les uns les autres et venir voir la programmation des uns et des autres.

Qui est Anthony Kavanagh au Québec VS en Belgique ?

C’est le même. Je passe la moitié de mon temps en Europe où je travaille, l’autre moitié au Canada où je vis. Je vais recommencer à travailler beaucoup au Québec en août. Je vais commencer à diffuser la version québécoise de « Happy ». Je n’y suis pas encore allé en tournée. Pour chaque spectacle que j’écris un spectacle et demi, il y a de grosses adaptations à faire. La moitié que nous adaptons est destinée aux différences culturelles. Ce n’est pas le même sens de l’humour, les mêmes expressions, les références… Il faut trouver des équivalents qui font rire. La musique est universelle, l’humour est intellectuel.

De quoi parle votre émission ?

Je parle des choses que les gens heureux ont en commun. Je les illustre de manière caricaturale.

En résumé, pour être heureux, il faut…

Il faut venir voir le spectacle. (des rires). Plus sérieusement, il faut absolument rire. De tout. Il faut aussi apprendre à s’aimer, ce qui n’est pas facile. Rire, c’est plus simple, pour éviter de devenir philosophique. Arrêtez de vous comparer aux autres, c’est ce que je dis dans la série. Vous faites simplement cela et cela change votre vie. Surtout dans la société actuelle, avec les réseaux sociaux on passe notre temps à comparer des vies fabriquées à nos vies réelles. Nous ne savons pas ce qu’il y a derrière. C’est une illusion de se comparer ainsi. Nous nous blessons à chaque fois. Quand je vois quelqu’un réussir, je l’admire. S’il pouvait le faire, moi aussi.

Faut-il chanter aussi ?

Oui absolument. Il y a beaucoup de musique dans mon spectacle. Il y a de la musique, de l’improvisation, des personnages… Je varie les plaisirs. Mais c’est vrai que j’aime beaucoup la musique, je viens de sortir un mini-album qui s’appelle « Enfin ».

Un petit mot aux Rochefortois ?

Merci pour leur fidélité. Je reviens heureux de cette fin de tournée. C’est la dernière ville de Belgique que j’ai traversée. Je reviens avec la fatigue du guerrier de la lumière.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Léger ralentissement de l’inflation en avril – Image
NEXT Mbappé rend un hommage particulier à un joueur du PSG