ce que nous savons des victimes

ce que nous savons des victimes
ce que nous savons des victimes

La macabre découverte a été faite au cœur d’une exploitation maraîchère, à Ville ès Mare, localité située dans la campagne d’Erquy (22), à environ 500 mètres de la zone commerciale des Jeannettes. Les deux corps ont été retrouvés dans un étang artificiel utilisé pour irriguer les plantations de cette ferme biologique, dans laquelle travaillait Estelle Faucillon, l’une des victimes. Elle était originaire de Quessoy (22).

Le gérant de la ferme, ne la voyant pas se présenter au travail lundi matin, a contacté ses parents. Rapidement arrivés sur les lieux, ils se sont mis à la recherche de leur fille, notamment dans la caravane située à proximité des serres. Estelle Faucillon l’utilisait pour s’y reposer ou y prendre sa pause déjeuner. Ne la voyant pas là, les parents élargirent leurs recherches. En fin de matinée, ils ont découvert le corps de leur fille et celui de Christophe Samson, originaire de Pluduno (22), flottant à la surface de la retenue d’eau. La jeune femme avait une trentaine d’années et son amie environ cinq ans de moins. Selon une connaissance, seule une relation amicale les unissait.

type="image/jpeg">>
Le véhicule utilitaire stationné à proximité de la caravane et sur lequel des scellés étaient apposés. (Le Télégramme/Didier Déniel)

Elle travaillait à la ferme depuis trois ans

Estelle Faucillon travaillait à la ferme depuis trois ans. Ici, elle est décrite comme quelqu’un de « chaleureux et sans incident ». Selon les informations recueillies sur place, Christophe Samson ne semblait pas travailler sur l’exploitation.

Que s’est-il passé pour que cette tragédie se produise ? Selon les riverains, le réservoir d’eau n’est pas très profond : un mètre, voire un mètre cinquante. En revanche, vouloir s’en sortir peut présenter des difficultés. L’obscurité ou les pentes glissantes peuvent-elles tout expliquer ? Une tierce personne est-elle intervenue ? Autant de questions auxquelles la police devra répondre.

“Quelqu’un de sympa avec qui je parlais de temps en temps”

Ce mardi matin, des scellés ont été posés sur les portes d’un véhicule utilitaire bleu, garé non loin des lieux où les corps ont été découverts. De même, un marquage interdisait l’accès à la zone où est stationnée la caravane, à quelques dizaines de mètres des tunnels des serres.

Dans le quartier, c’est la consternation. La famille des maraîchers, très touchée par ce drame, qui semblait beaucoup apprécier Estelle Faucillon, a été sous le choc. Visiblement ému, un employé s’affaire à ranger des cartons de légumes. Il n’a pas le cœur de parler. « Je croisais la jeune femme de temps en temps », explique un voisin, ancien agriculteur. Une petite femme qui marchait souvent avec un sac sur le dos. C’était une personne sympathique avec qui je parlais de temps en temps. Perdre la vie dans de telles conditions est terrible. »

Les voisins affirment n’avoir rien vu ni entendu. « Lundi midi, c’est le ballet des pompiers et des ambulances de police qui m’a alerté. Je pensais qu’il y avait eu un accident du travail à la ferme», a déclaré un voisin. « J’étais loin de penser qu’un tel drame aurait pu se produire ici, dans un quartier habituellement si calme. »

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Le Lillois Bentaleb épinglé par Rouge Direct pour s’être caché lors d’une photo contre l’homophobie
NEXT l’essence et le diesel plus chers aujourd’hui