Dans ce village de Seine-Maritime, l’épicier a été formé pour proposer les services de La Poste

Dans ce village de Seine-Maritime, l’épicier a été formé pour proposer les services de La Poste
Dans ce village de Seine-Maritime, l’épicier a été formé pour proposer les services de La Poste

Par Sébastien Aliomé
Publié le

6, 24 mai à 19h06

Voir mon actualité
Suivez La Renaissance de Neufchâtel

Cela fait un peu plus de deux mois que Julie Claude a repris l’épicerie-tabac Yères à Grandcourt, à proximité de Londinières (Seine-Maritime).

Il a dû se former dans différents domaines administratifs et notamment pour le rôle postal.

Un agent de Poste présent

En effet, ici, vous trouvez des produits de consommation actualité ainsi qu’un rayon presse et magazines, tabac, jeux, pain, fruits et légumes… mais aussi les services de base de La Poste.

Ceci est très populaire pour les frais postaux, les timbres et les colis en particulier.

Julie-Claude

Pour proposer ces services, un agent de La Poste est venu sur place pendant deux demi-journées. « Il m’a appris à gérer notamment le courrier recommandé, à peser les lettres pour l’affranchissement, le service Colissimo et tout le reste. Il est important dans nos villes de répondre aux besoins des habitants », insiste Julie.

Reconversion

LE relais postalsuspendu depuis quelques temps, a donc fait son retour.

Pour les colis, la livraison ou la réception, je cherche également à travailler avec une autre entreprise, et ce n’est pas ce qui manque.

En affaires, Julie souhaitait aussi développer beaucoup de choses tout en gardant ce qui existait, comme le dépôt de pain « avec lequel je ne gagne rien. J’ai réorganisé le boutique et j’ai un peu plus de choix qu’avant. Ça a l’air de plaire aux gens et les gens semblent satisfaits », conclut le jeune épicier, visiblement heureux de cette reconversion professionnelle.

Suivez toute l’actualité de vos villes et médias préférés en vous abonnant à Mon -.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV L’OMS doit décider de prolonger ou d’abandonner les négociations sur un traité sur la pandémie
NEXT dans l’Orne, un événement innovant pour les femmes