« La chaîne a une ligne éditoriale constante et pro-palestinienne »

« La chaîne a une ligne éditoriale constante et pro-palestinienne »
« La chaîne a une ligne éditoriale constante et pro-palestinienne »

C’est une très bonne question. Cette décision était dans l’air, sans être exécutée, depuis des semaines. Une loi baptisée « loi Al-Jazeera », même si elle ne nomme pas la chaîne, a été votée à une très large majorité par la Knesset le 1euh avril. Son objectif est de stopper la diffusion en Israël de tout média étranger qui serait considéré comme portant atteinte à la sécurité de l’Etat. C’est Al-Jazeera qui a été prise pour cible. Sa couverture de la guerre dans la bande de Gaza, où il est le seul média international présent, et dans les territoires palestiniens, constitue depuis des années le principal élément de conflit.

Mais c’est une première dans l’histoire de l’État juif et une très mauvaise nouvelle pour la liberté de la presse. Israël rejoint les régimes autoritaires qui limitent la liberté de la presse, notamment les autocraties arabes qui ont attaqué cette chaîne.

Mais nous ne pouvons nous empêcher de nous interroger sur le sens du timing. Pourquoi maintenant ? Il s’agit aussi sans doute de faire pression sur le Qatar, propriétaire de la chaîne. Israël et le Hamas semblaient proches d’un accord pour la cessation des hostilités et la libération des otages il y a quelques jours, mais les déclarations de Netanyahu annonçant son intention d’envahir la ville de Rafah, quelle qu’en soit l’issue, ont conduit le Hamas à durcir ses exigences pour garantir que les Israéliens les forces n’entreraient pas dans la ville. On peut lire la décision de fermer la chaîne qatarie comme un moyen de faire pression sur le Qatar, principal pays médiateur dans ces négociations, pour qu’il mette fin à cette médiation ou fasse pression sur le Hamas.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV EN DIRECT – L’Irlande reconnaît l’État de Palestine, sur les traces de la Norvège et de l’Espagne
NEXT Il transporte des médicaments destinés à la revente pour payer l’opération de son chat