les voleurs s’enfuient en tirant en l’air

les voleurs s’enfuient en tirant en l’air
les voleurs s’enfuient en tirant en l’air

“C’est arrivé très vite.” Les témoins ayant assisté au braquage de la bijouterie Harry Winston de l’avenue Montaigne, dans le 8e arrondissement de la capitale soulignent tous la rapidité d’action des voleurs. En fin de matinée, deux motos et une voiture noire descendent l’avenue Montaigne depuis les Champs-Élysées. En arrivant à la boutique Harry Winston, voisine du palace parisien Plaza Athénée, selon nos informations, deux de ces véhicules ont simulé une collision. C’est à ce moment-là que « trois ou quatre hommes casqués », selon une Source proche de l’enquête, se sont précipités dans les vitrines de la bijouterie. Là, ils les cassent. Neuf vitres au total auraient été brisées. À l’intérieur de la bijouterie, l’anxiété règne. Les employés se réfugient dans un bureau. Un client présent dans le magasin est également choqué.

En sortant, l’un des braqueurs aurait tiré au moins une fois en l’air selon plusieurs témoins. Une dame qui traversait l’avenue avec son père âgé aurait paniqué et hâté le pas de peur d’être prise pour cible.

Les braqueurs ont abandonné leur voiture, feux de détresse allumés, partant sur au moins deux motos de grosse cylindrée type « trail ». Le personnel est marqué ainsi que les témoins passés au moment des événements, comme le personnel ou les clients du Plaza Athénée.

L’avenue Montaigne, l’une des plus chics de la capitale, a été fermée entre le palais et l’angle de la rue François 1er une bonne partie de la matinée, obligeant les bus touristiques à faire demi-tour. Le ruban intrigue également les passants. “Qui est cette personnalité qui va sortir et bloquer l’avenue rien que pour elle”, demande une dame habituée à voir des mesures de sécurité – sans comparaison – prises lorsqu’une star doit arriver ou quitter le célèbre hôtel.

Ce périmètre s’active alors que les enquêteurs font les premières observations, notamment sur la voiture des braqueurs. Ils ont également recueilli des témoignages et fait du porte à porte dans les boutiques de luxe de la rue. L’utilisation des images des caméras de vidéosurveillance, nombreuses dans le secteur, peut également apporter de précieux indices. Contacté par Le Parisien, le parquet de Paris indique que « le juge des affaires criminelles se rend sur place et [que] la Brigade de répression du banditisme (BRB) (NDLR de la police judiciaire parisienne) est chargée des investigations.

Le butin – important – n’a pas encore été clairement quantifié. On ne le saura pas précisément « avant plusieurs jours » selon la Source proche de l’enquête, mais pourrait s’élever à plusieurs millions d’euros si l’on considère les précédents braquages ​​qui ont touché cet établissement de luxe.

La bijouterie Harry Winston de l’avenue Montaigne a été la cible d’un double braquage en 2007 et 2008, au cours duquel 900 bijoux ont été volés, pour un préjudice établi par l’assureur du joaillier à 78,9 millions d’euros, l’un des plus importants au monde dans ce domaine. type de commerce.

En 2015, la cour d’assises de Paris a condamné huit hommes à des peines allant de 9 mois de prison à 15 ans de réclusion criminelle.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Élections législatives 2024. Tous les candidats présentés par le Nouveau Front Populaire à Toulouse et en Haute-Garonne
NEXT Pontarlier. Quelques idées de sorties dans le Haut-Doubs pour le week-end du 1er et 2 juin