un nouveau variant recombinant « XDK » identifié, faut-il s’en méfier ? – .

un nouveau variant recombinant « XDK » identifié, faut-il s’en méfier ? – .
un nouveau variant recombinant « XDK » identifié, faut-il s’en méfier ? – .

© Illustration Capital / Freepik

– Santé publique France surveille XDK, une variante recombinante de deux autres sous-lignées Omicron.

Voici le petit nouveau dans la famille Omicron : XDK. Détecté dans 20,6% des séquences interprétables au 11 mars, ce variant du coronavirus émerge en France depuis février. Ce serait un recombinant de JN.1 – actuellement majoritaire – et de XBB.1.16, deux autres sous-lignées d’Omicron. Alors que le Covid-19 semble avoir disparu des radars – 1 cas pour 100 000 habitants entre le 1er et le 7 avril –, faut-il craindre une nouvelle vague épidémique au printemps ? Attention à ne pas aller trop vite.

Premièrement, l’ensemble des données dont disposent les épidémiologistes et les virologues est très restreint par rapport au plus fort de la pandémie de Covid-19. Si XDK a bien été détecté dans un cinquième des tests positifs analysés en laboratoire, le nombre de séquences interprétables était limité à… 29 échantillons. « Ce faible nombre de séquences s’explique par le faible nombre de tests RT-PCR positifs ces dernières semaines », précise la dernière analyse de risque publiée vendredi 12 avril par Santé publique France. De quoi relativiser l’émergence de XDK en France.

Le reste sous cette annonce

Le reste sous cette annonce

Un variant sous surveillance mais qui n’inquiète pas

Malgré la faible circulation du Sars-CoV-2 ces derniers mois, Santé publique France maintient néanmoins une surveillance fine une fois par mois dans une analyse de risque mise en ligne sur son site Internet. « En fait, à travers ces documents, nous envoyons avant tout un message aux journalistes et aux décideurs politiques : nous sommes capables de détecter très tôt les variants »confie à Capital Bruno Lina, chef du service de virologie à l’hôpital de la Croix-Rousse à Lyon et membre du Comité de surveillance et d’anticipation des risques sanitaires (Covars).

Lire aussi :

Covid-19 : une nouvelle campagne de vaccination lancée avant les JO, qui est concerné ?

Ainsi, les experts ont rapporté l’identification du XDK mais aussi d’un autre variant, BA.2.87.1, détecté en Afrique du Sud. Mais il ne semble plus circuler – seulement 9 séquences en provenance d’Afrique du Sud disponibles au 8 avril sur la base de données « Gisaid » qui regroupe les données relatives à la circulation du Covid et d’autres virus à l’échelle mondiale. De quoi éclairer les autorités sanitaires à l’approche des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris.

Le reste sous cette annonce

Concernant le XDK, son émergence progressive en France ne devrait pas perturber la situation épidémiologique en France, selon Bruno Lina. « Nous devons évidemment le surveiller. Mais le plus probable est que nous n’en reparlerons plus dans un mois.», dit le virologue. Car à ce jour, les épidémiologistes ne sont pas certains que ce recombinant soit fondamentalement différent du JN.1, le variant majoritaire qui a provoqué la précédente – et modeste – vague épidémique de novembre et décembre 2023. « XDK a la même séquence que JN.1 dans la protéine Spyke. C’est un virus qui, du point de vue de la réponse immunitaire, se comporte de la même manière que JN.1. » Mieux, XDK aurait inclus un élément de XBB.1.16 qui réduirait considérablement ses chances d’obtenir un avantage sur JN.1. Pas de quoi changer radicalement les règles du jeu.

>> Notre service – Faites des économies en testant notre comparateur d’Assurance Maladie

Chaque jour, la sélection de informations principales du jour.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

NEXT Vaccin anti-Covid-19 – Victime de blessures à répétition, un joueur de Laval en « errance médicale » assigne Pfizer en justice