Après avoir combattu un cancer très agressif, le petit Miro jouera au hockey-balle à la Place Jean-Béliveau

Après avoir combattu un cancer très agressif, le petit Miro jouera au hockey-balle à la Place Jean-Béliveau
Après avoir combattu un cancer très agressif, le petit Miro jouera au hockey-balle à la Place Jean-Béliveau

Quatre ans après l’apparition d’un cancer très agressif alors qu’il n’était qu’un bébé d’à peine deux mois, le petit Miro jouera au hockey-balle de toute son énergie samedi, à l’occasion de la Coupe Charles-Bruneau, à la Place Jean-Béliveau, Au Québec.

Souriant, le jeune garçon était trop concentré sur sa construction LEGO pour prêter attention à un sujet aussi lourd que sa rémission d’un neuroblastome stade 4 après six cycles de chimiothérapie et une greffe de moelle osseuse.

A 4 ans, il adore le coloriage, les Tortues Ninja, la pizza et son chien Nova. Il semble même en harmonie avec sa sœur, Géraldine.

Le petit Miro est entouré de son père Pierrick Lacroix, de sa sœur Géraldine et de sa mère Marianne Lajoie.

Photo STEVENS LEBLANC

Une belle histoire

« Il se porte très bien et c’est une très belle histoire. C’est agréable à voir », explique le Dr.r Bruno Michon, oncologue, qui participera également au tournoi de la Fondation Charles-Bruneau.

«Nous avons eu la chance dans un malheur de détecter le cancer car Miro a été atteint d’une méningite bactérienne à deux semaines de sa vie», mentionne sa mère, Mariane Lajoie. Au lieu d’un séjour en camping, ils ont été confrontés à une terrible réalité : tumeur, cancer, biopsie, traitement…

Après une longue traversée du désert, beaucoup de stress, de peur et d’inquiétude, Miro peut enfin mener une vie qui ressemble à celle des enfants de son âge. Il dit souvent non et refuse de prêter un bloc à son médecin ! « Allez-vous marquer des buts lors du tournoi samedi ? lui est-on demandé. “Naon!”, raconte le bambin qui sera peut-être devant les filets en tant que gardien.

Le Dr Bruno Michon souligne qu’un cas comme Miro n’aurait pas eu les mêmes chances de survie ici il y a 15 ou 20 ans.

Photo STEVENS LEBLANC

Près du but

Les parents sont visiblement soulagés, même si le mot guérison n’a pas encore été prononcé. La victoire ne semble plus si loin.

«J’ai hâte de le faire. C’est l’objectif. Cela fait partie de notre vie quotidienne. Je reste positif. Il a été très bien soigné », explique Mariane. De son côté, le père est un peu plus craintif. « Il y aura toujours du stress. S’il a de la fièvre, c’est moins amusant», ajoute Pierrick Lacroix.

Le Dr Michon aime souligner qu’un cas comme Miro n’aurait pas eu ici les mêmes chances de survie il y a 15 ou 20 ans.

“Non. C’est un très bon exemple de recherche clinique. Le cancer de Miro était peut-être guérissable à 30 à 40 % et il est maintenant à plus de 70 %. C’est très concret même si cela semble vague au moment de l’expliquer. En tant qu’oncologue, nous voyons à quel point cela fait une différence.

En 2018, la Fondation a inauguré l’unité d’hémato-oncologie pédiatrique Charles-Bruneau du Centre mère-enfant Soleil du CHU de Québec-Université Laval.

La Coupe Charles-Bruneau à Québec

Les entreprises sont invitées à s’affronter de manière conviviale lors d’une journée festive.

En bref

  • Date : samedi 25 mai 2024
  • Lieu : Place Jean-Béliveau
  • Equipes : entre 10 et 15 joueurs
  • Au format 4v4
  • Frais d’inscription individuel : 250 $
  • Montant minimum à récolter : 500$

L’activité finance la recherche en hémato-oncologie pédiatrique et améliore la qualité de vie des enfants atteints de cancer.

Avez-vous des informations à nous partager sur cette histoire ?

Écrivez-nous au ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV pourquoi les prix des vêtements et des chaussures ont grimpé
NEXT L’ONU « profondément choquée » par l’opération de l’armée israélienne visant à libérer les otages et les groupes qui les détiennent