Mais que se passe-t-il dans la tête de ce maniaque de la tactique qu’est Luis Enrique ? – .

L’opération de fermeture de bouche de Luis Enrique se passe plutôt bien. Champion de France depuis ce week-end, qualifié pour la finale de la Coupe de France et surtout pour les demi-finales de la Ligue des champions, l’entraîneur espagnol voit sa méthode finalement saluée même par les plus réfractaires, dont un certain DR.

L’entraîneur espagnol a bien réussi. Enfin, ses clichés. Bon, on n’y comprend toujours pas grand chose, mais on fait de notre mieux, je le promets. La preuve, avant la demi-finale aller contre le Borussia Dortmund ce mercredi, nous vous proposons une plongée (fictive) dans la tête de ce fou tactique qui ne laisse rien au hasard, à travers quelques situations tirées du quart retour contre le Barça. De notre point de vue, cela devrait ressembler à ceci.

La transition offensive

Même les défenseurs du Barça lancent des appels profonds. Lucho est un aîné de la maison, mais quand même…– Capture d’écran

Ce que nous voyons : Pas une mauvaise situation si Vitinha joue bien mais ça retombe bien du côté du Barça, ça risque de ne déboucher sur rien.

Ce que voit Luis Enrique : « Transition offensive un peu précaire, Achraf attaque trop le demi-espace, son appel devrait être un peu plus excentré côté droit. Mais il y a un 4 contre 4 à exploiter si on applique de la verticalité avec une passe qui casse la première ligne défensive adverse, sachant que Dembélé est idéalement positionné en neuf et trois quarts dans le rectangle repéré n°73 à 26 mètres du but. C’est travaillé à l’entraînement, évidemment. »

La perte inattendue du ballon

Panique à bord, heureusement que Marquinhos est là.– Capture d’écran

Ce que nous voyons : C’est le mieeeeeeerda. Eh bien, tout sur Marquinhos.

Ce que voit Luis Enrique : « Une phase de déséquilibre complet après un duel perdu en zone interdite (la p**** madre Lucas tu es virée), mais on a travaillé avec Marqui sur la gestion émotionnelle d’une phase de récupération avortée par un élément normalement inattendu qu’il n’est pas je vais courir aux vestiaires et me blottir sous la table. Ensuite vous remarquerez que Lewandowski tourne la hanche vers la gauche, dans 97% des cas il termine ce type d’action par une frappe bloquée, je n’ai jamais eu peur. »

L’éloge de la patience

“On est bien en place”, illustration.– Capture d’écran

Ce que nous voyons : C’est bouché partout comme le périphérique à 18h

Ce que voit Luis Enrique : « Le début d’une phase de possession durant laquelle l’équipe va glisser de l’organisation de base 4-3-3 à un 3-4-3 pour prendre l’avantage numérique sur la ligne médiane et disloquer peu à peu la structure défensive adverse, avant d’accélérer. verticalement lorsqu’un défaut a été identifié après le troisième, quatrième ou cinquième temps de jeu. Nous ne sommes pas pressés. »

Le coin à la sauce Lucho

Le PSG remercie encore la défense du Barça pour ce superbe triangle des Bermudes devant Vitinha.
Le PSG remercie encore la défense du Barça pour ce superbe triangle des Bermudes devant Vitinha.– Capture d’écran

Ce que nous voyons : Un corner qui vient de se jouer entre Dembélé et Hakimi, Achraf qui va centrer dans la surface et la défense du Barça qui dégage sereinement.

Ce que voit Luis Enrique : « Le grand classique du corner à deux revisité. Nos cinq analystes vidéo de la division « coins et efficacité de la micro-sieste à J+3 » ont préparé cette combinaison particulière avec deux joueurs qui s’approchent du tireur pour dédensifier la surface et ouvrir une brèche pour un quatrième homme en attente sur les 25 mètres. . Après, je ne pensais pas qu’ils se laisseraient berner comme des nanas. Ils pensaient que c’était Verratti en position de frappe peut-être ? « .

Les triangles des Bermudes

Tous ces triangles... Et si Luis Enrique était le digne descendant de Pythagore et de Thalès.
Tous ces triangles… Et si Luis Enrique était le digne descendant de Pythagore et de Thalès.– Capture d’écran

Ce que nous voyons : Une relance moyennement bien prise, finalement si jamais Hakimi parvient à frapper directement Lee sur sa chaise dans le rond central ça pourrait faire mal.

Ce que voit Luis Enrique : «Le lanceur de boule de salsa Lucho, mes petits triangles rectangles équi-isocèles. Trois joueurs impliqués à la base et les autres qui se positionnent sur toute la largeur pour ouvrir des circuits de passes et pour que le porteur n’ait jamais qu’une seule solution. On installe le bloc petit à petit et le déséquilibre est provoqué par les mouvements et changements de zone. Nos joueurs offensifs basculent pour occuper les défenseurs avant d’attaquer en profondeur ou de demander une remise en jeu. Brrrr, j’ai des frissons. »

Le petit bonus

Mbappé sur le banc, une image à laquelle on ne pensait pas s'habituer.
Mbappé sur le banc, une image à laquelle on ne pensait pas s’habituer.-Getty Images

Ce que nous voyons : Un gaspillage, surtout.

Ce que voit Luis Enrique : « Kylian sur le banc, c’est le conditionnement d’un groupe qui va perdre sa boussole la saison prochaine et qui va devoir trouver des clés sur le terrain pour s’en sortir autrement qu’en balançant profondément quand ça va mal. Et bon, j’ai déjà regardé Messi, Neymar et Totti, le football a peut-être changé mais pas moi, mon petit bonhomme. »

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV les auteurs les mains vides mais en fuite
NEXT ce qu’il faut retenir du conseil municipal du 25 mai 2024