Nous défendrons une couverture complète par l’assurance maladie des soins liés au traitement du cancer du sein

Nous défendrons une couverture complète par l’assurance maladie des soins liés au traitement du cancer du sein
Nous défendrons une couverture complète par l’assurance maladie des soins liés au traitement du cancer du sein

Publié le 21 mai 2024

La prise en charge de tous les soins liés au cancer du sein, demain en commission des Affaires sociales

Demain mercredi, au nom du groupe GDR, je défendrai devant la commission des affaires sociales le projet de loi cosigné avec mon collègue Yannick Monnet, député de l’Allier, visant à une prise en charge intégrale par l’assurance maladie des soins liés au traitement du cancer du sein, dont reconstruction mammaire, soins de soutien et équipement médical. Soins et appareils prescrits mais pas toujours remboursés. Le cancer est une maladie féminine puisque seulement 1% des diagnostics concernent des hommes. Ablation des seins, perte de cheveux, de dents, d’ongles… Ce cancer affecte l’intimité et la féminité. Elle a un impact majeur sur la vie familiale et de couple ainsi que sur l’activité professionnelle. Chaque année, lors d’Octobre Rose, les associations dénoncent un fardeau plus lourd lié à ce cancer.

Soixante mille d’entre eux sont ainsi touchés dans leur chair, chaque année. En 2023, la Caisse nationale d’assurance maladie a recensé plus de 700 000 femmes vivant avec un cancer du sein actif, c’est-à-dire en phase de traitement ou sous surveillance. C’est aussi le cancer féminin le plus meurtrier, avec 12 000 décès chaque année.

Les patients bénéficient systématiquement du régime maladie longue durée, un statut qui permet en théorie une prise en charge dite « complète » des soins par l’Assurance Maladie. Dans la pratique, le reste à charge moyen est si élevé, et en augmentation, qu’il rend les patients précaires et peut même les conduire à renoncer aux soins. Ces dépenses supportées par les patients peuvent s’élever à des milliers d’euros, comme le souligne le rapport qui accompagne le texte proposé. Selon une étude menée en 2019 par la Ligue contre le cancer, plus de la moitié des femmes de moins de 40 ans atteintes d’un cancer du sein s’inquiètent pour leur budget.

Lors des auditions réalisées dans le cadre de ce projet de loi, plusieurs patients ont témoigné de leurs difficultés financières, dues au dépassement des tarifs des soins prodigués dans le secteur privé en l’absence d’offre adaptée dans le secteur public, aux services et produits médicaux prescrits mais non prescrits. remboursés, comme les soutiens-gorge postopératoires, les séances d’activités physiques adaptées, les soins socio-esthétiques, les consultations diététiques, le suivi psychologique, etc.
Le projet de loi que nous proposons vise donc à mettre fin à une terrible injustice : celle qui conduit les femmes mutilées de manière irréversible à renoncer à des soins essentiels, comme la reconstruction mammaire, qui peut atteindre 10 000 euros pour deux seins, faute d’accompagnement suffisant.

J’espère qu’une majorité pourra se rassembler autour d’un tel texte, réclamé par de nombreux patients et associations. Ce serait un signe important adressé à toutes les femmes souffrant de cette terrible maladie.

Fabien Roussel, secrétaire national du PCF, député du Nord,
21 mai 2024.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Gucci présente une collection de style côtier à la Triennale
NEXT Valady. Jean Couet-Guichot et Gaya Wisniewski, deux artistes en résidence dans la région