Les délits sur mineurs inquiètent le Ministère public vaudois

Les délits sur mineurs inquiètent le Ministère public vaudois
Les délits sur mineurs inquiètent le Ministère public vaudois

Au Stade Municipal, Yverdon Sport a largement dominé son rival Lausanne-Sport. Les Nord-Vaudois se sont imposés 3-1.

Au coup d’envoi, les deux équipes semblaient se jauger. Et tout s’est débloqué dès la 9ème minute. Yverdon-Sport a bénéficié d’un corner. C’est Igor Liziero qui s’est chargé de le tirer. Le ballon atterrit dans les pieds d’un Lausannois qui tenta de le dégager mais Marley Aké parvint à intercepter le cuir dans le dos. Le milieu de terrain passe rapidement à Mathias Olesen, qui le renvoie sur sa droite à Liziero. Le Brésilien réalise ensuite un excellent centre qui permet à Dimitrije Kamenovic de reprendre le ballon de la tête et de tromper le gardien lausannois.

Le « cas Kevin Carlos »

Cinq minutes plus tard, c’est Kevin Carlos qui commençait à creuser l’écart. L’attaquant s’élançait, suivi de près par Gabor Szalai. Mais il a battu son adversaire ainsi que Karlo Letica devant la cage pour marquer 2-0. La scène est relativement spectaculaire pour les spectateurs, mais quand on demande à Kevin Carlos de nous en parler, il répond simplement : « On m’a envoyé une passe longue, j’ai décollé avec le ballon et j’ai marqué. » Avec un grand sourire, il ajoute : « Oui, j’ai senti que le défenseur lausannois était très proche, mais j’ai réussi à le repousser avec mon corps, et j’ai marqué.

Et comme on dit, jamais deux sans trois. A la 17e minute, le troisième but d’Yverdon est inscrit sur corner. Un très bon tir d’Olesen que Kevin Carlos (encore !) reprend parfaitement de la tête dans le but. “Je l’ai très bien ressenti car c’est ce sur quoi nous avons travaillé hier à l’entraînement”, décrit en riant Kevin Carlos.

Alors que les joueurs célébraient ce troisième succès, Alessandro Mangiarratti, l’entraîneur yverdonnais, était dans un tout autre état d’esprit. Dans son espace devant le banc, on l’a vu hausser le ton pour donner des consignes à ses joueurs. Que leur a-t-il dit ?


type="audio/mpeg" src="https://play.vod2.infomaniak.com/single/1jhvl2uqokecj/1jhvl2uqjyab1/1jhvl2uqokeco.mp3?_=1">https://play.vod2.infomaniak.com/single/1jhvl2uqokecj/1jhvl2uqjyab1/1jhvl2uqokeco.mp3>

Cependant, aucun nouvel objectif n’a été atteint, ni d’un côté ni de l’autre.

En conférence de presse d’après-match, Ludovic Magnin a évoqué le « cas Kevin Carlos » suite au doublé de l’Yverdonnais. L’entraîneur du LS était agacé par le fait que ses joueurs n’aient pas gagné un seul duel face à l’attaquant hispano-nigérian. « Nous connaissons le joueur. Il est très bon quand il a de l’espace, quand une équipe joue très haut. Donc en fait, nous sommes le prototype optimal pour ce type de joueur. Il y a aussi une question de mentalité. « C’est sûr, s’il gagne les premiers duels, il prend de la confiance et mes joueurs perdent leur confiance, poursuit Ludovic Magnin. Et donc nous l’avons vu aujourd’hui, il nous a donné de la misère et ça me rend fou.

Lausanne s’effondre

Les hommes de Ludovic Magnin pensaient pouvoir réduire le score dès la 25e minute. Le ballon a bien touché les filets, mais Kaly Sène était clairement hors-jeu. Le but a été logiquement annulé. Et puis les Lausannois voyaient leur plus grosse occasion à la 28e minute. Simone Pafundi, presque depuis le coin du terrain, envoyait le ballon au deuxième poteau pour Rares Ilie. Là, tout s’est passé très vite. Il tente sa chance mais le gardien yverdonnais repousse le ballon… sur le poteau. Le ballon revient dans les pieds de Kamenovic qui le remet malencontreusement… sur le poteau. Quand il ne veut pas, il ne veut pas.

Noë Dussenne a sauvé l’honneur du LS en marquant sur penalty à la 61e minute. Yverdon a certes trouvé les solutions, mais la défense lausannoise n’était clairement pas au top de sa forme pour laisser passer ces trois ballons en huit minutes. D’autant que Lausanne a joué plus de 30 minutes avec un homme de plus sur le terrain suite à l’expulsion de Mohamed Tijani.

Les sentiments de Noë Dussenne, capitaine et défenseur du LS, étaient loin d’être agréables en fin de match.

type="audio/mpeg" src="https://play.vod2.infomaniak.com/single/1jhvl2uqoke9r/1jhvl2uqjyab1/1jhvl2uqoke9w.mp3?_=2">https://play.vod2.infomaniak.com/single/1jhvl2uqoke9r/1jhvl2uqjyab1/1jhvl2uqoke9w.mp3>

Mais s’il n’y avait rien de surprenant dans le jeu yverdonnais, comment expliquer ce manque d’efficacité ?

type="audio/mpeg" src="https://play.vod2.infomaniak.com/single/1jhvl2uqoke91/1jhvl2uqjyab1/1jhvl2uqoke97.mp3?_=3">https://play.vod2.infomaniak.com/single/1jhvl2uqoke91/1jhvl2uqjyab1/1jhvl2uqoke97.mp3>

Ludovic Magnin était partagé entre déception et colère après le match. ©KEYSTONE/Valentin Flauraud

En attendant, Ludovic Magnin a un peu fait baisser les émotions. Mais au moment de l’entretien, l’entraîneur lausannois était encore assez en colère.

type="audio/mpeg" src="https://play.vod2.infomaniak.com/single/1jhvl2uqokeai/1jhvl2uqjyab1/1jhvl2uqokeap.mp3?_=4">https://play.vod2.infomaniak.com/single/1jhvl2uqokeai/1jhvl2uqjyab1/1jhvl2uqokeap.mp3>

L’entraîneur a mentionné que jusqu’à il y a trois semaines, le LS jouait en équipe. Et qu’à Lugano, tout comme à Yverdon, ce n’était plus une équipe qui jouait. Que s’est-il passé dans le vestiaire pendant ce temps-là ?

type="audio/mpeg" src="https://play.vod2.infomaniak.com/single/1jhvl2uqokeb0/1jhvl2uqjyab1/1jhvl2uqokeb5.mp3?_=5">https://play.vod2.infomaniak.com/single/1jhvl2uqokeb0/1jhvl2uqjyab1/1jhvl2uqokeb5.mp3>

Que peut-on mettre en place pour finalement leur apprendre à gérer ses éloges ?

type="audio/mpeg" src="https://play.vod2.infomaniak.com/single/1jhvl2uqokebn/1jhvl2uqjyab1/1jhvl2uqokebs.mp3?_=6">https://play.vod2.infomaniak.com/single/1jhvl2uqokebn/1jhvl2uqjyab1/1jhvl2uqokebs.mp3>

A l’inverse, c’est l’esprit d’équipe qui a réussi à Yverdon selon Alessandro Mangiarratti.

type="audio/mpeg" src="https://play.vod2.infomaniak.com/single/1jhvl2uqokec0/1jhvl2uqjyab1/1jhvl2uqokec9.mp3?_=7">https://play.vod2.infomaniak.com/single/1jhvl2uqokec0/1jhvl2uqjyab1/1jhvl2uqokec9.mp3>

Malgré cette victoire, la survie n’est pas encore assurée pour Yverdon qui reste à 10 points de Grasshopper, actuel joueur de barrage. Le Lausanne-Sport n’a pour sa part que 7 points d’avance. Pour Noë Dussenne, « il faut se remettre en question, mais ne pas s’alarmer. Il reste encore quatre matches et il ne faut pas tirer la sonnette d’alarme car nous avons perdu aujourd’hui à Yverdon. Vendredi prochain, le LS accueille le FC Bâle, un match “qu’il faut gagner”, a déclaré le capitaine lausannois.

De son côté, Yverdon se déplacera en Pontaise pour affronter le Stade Lausanne Ouchy.

Perdu en fin d’après-midi

Le match a offert un joli spectacle aux 3 800 spectateurs présents au Stade Municipal. Malheureusement, la fin de l’après-midi a été ternie par de nouveaux heurts entre supporters. Une fois le cortège lausannois passé, une partie des ultras est restée au pont devant le stade. Des projectiles ont été lancés en direction des supporters yverdonnais et inversement. La police a dû intervenir, notamment avec du gaz. Résultat : une horde d’enfants paniqués, certains en larmes, et leurs parents, qui cherchaient simplement à rentrer chez eux, ont couru se réfugier en direction du stade. Les personnes encore présentes aux alentours ne purent qu’observer la scène avec déception.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV « L’environnement et nous », une journée dédiée à la forêt, à Argenton
NEXT La Mairie de Paris demande au préfet d’interdire les perquisitions « discriminatoires » d’ultra droite