Au Canada, nous effectuons nos opérations bancaires là où nous achetons

Au Canada, nous effectuons nos opérations bancaires là où nous achetons
Descriptive text here
Ouvrez cette photo dans la galerie :

De gauche à droite, la carte de récompenses électronique « Argent » Canadian Tire, un téléphone intelligent affichant l’application de récompenses Canadian Tire et la carte de crédit Canadian Tire lors d’une conférence de presse à Toronto le 9 septembre 2014.Darren Calabrese/La Presse Canadienne

Vass Bednar est chroniqueur pour le Globe and Mail et animateur du nouveau podcastDernièrement. Elle est directrice exécutive du programme de maîtrise en politiques publiques dans la société numérique de l’Université McMaster.

Imaginez la Banque Scotia vous encourageant à acheter une voiture, ou RBC essayant de vous vendre une maison afin de pouvoir vous obliger à un prêt hypothécaire. Cela semblerait étrange et ressemblerait à une arnaque. Et pourtant, nous tolérons l’inverse lorsque les détaillants se lancent dans le secteur bancaire.

Malgré la domination des Big Six au Canada, nous avons plus de banques que nous ne le pensons. Mais quelques-unes de ces autres options pour gérer votre argent sont également proposées par les détaillants, qui vous encouragent à emprunter de l’argent et à le dépenser dans leurs magasins. La principale motivation d’un détaillant privé, la maximisation des profits, est en contradiction avec la prudence fiscale qu’une banque est censée vous encourager à pratiquer. Cette dualité est trompeuse.

Bien que Canadian Tire ait pu autrefois ressembler à une banque avec ses coupons de fidélité de type Monopoly, il s’avère que la Banque Canadian Tire est agréée en vertu de la Loi sur les banques, notoirement stricte du Canada, depuis 2003 (pour de l’argent réel). Son programme de récompenses Triangle associé vous permet d’échanger de l’argent Canadian Tire dans d’autres magasins appartenant à Canadian Tire.

Le géant des télécommunications Rogers possède également la Banque Rogers, créée en 2013 et proposant des produits de cartes de crédit. Le titan de l’épicerie Loblaw possède également la Banque le Choix du Président (créée en 1996), qui gère le compte PC Argent et offre des points PC Optimum sur les transactions bancaires et les achats quotidiens. Sears Canada avait également une « banque » jusqu’en 2005, et vous pouvez obtenir une carte de crédit spéciale chez Home Depot et dans d’autres magasins.

Ces programmes de récompenses peuvent également être considérés comme une forme de remise préférentielle, et leur existence est logique car les détaillants ont déjà du trafic piétonnier. Mais soyons réalistes : ces banques sont créées par des géants de la vente au détail qui disposent déjà d’un pouvoir de marché et tentent de le renforcer davantage à travers le prétendu « volant » de services bancaires suralimentés par des programmes de fidélisation au détriment des meilleurs intérêts des consommateurs (à savoir, la préservation des intérêts des consommateurs). leur capital et le déployer judicieusement). La promesse de points qui y est associée incite les consommateurs à dépenser plus d’argent, plus souvent ; c’est le contraire d’épargner.

Ces arrangements permettent également aux détaillants de réduire eux-mêmes les frais de carte de crédit. Lorsque les banques émettent des cartes de crédit, elles gagnent un peu d’argent à chaque utilisation de la carte, réclamant la majorité des frais d’interchange. Certaines entreprises ont même tenté de mener une guerre contre le duopole Visa-Mastercard en raison du niveau élevé de leurs frais.

Mais au lieu de remettre réellement en question ce comportement, ils ne font que le reproduire (et le perpétuer) ; parfois via des cartes en marque blanche qui dépendent de l’une de ces sociétés. Le jumelage d’un détaillant avec un programme de fidélité, ou d’un programme de fidélité avec un système bancaire, peut s’avérer judicieux ; mais la combinaison des trois est extractive et, en fin de compte, exploitante. Il serait préférable de dissocier les détaillants du secteur bancaire pour préserver la vie privée des consommateurs, la sécurité des données et des processus de prêt équitables.

Les États-Unis séparent activement les détaillants du statut de banque par le biais d’un principe énoncé dans la Bank Holding Company Act qui empêche les sociétés commerciales d’obtenir des chartes bancaires. Le Canada n’a pas de telle règle. Cette séparation a été mise à l’épreuve en 2005 lorsque Walmart a tenté d’obtenir une charte bancaire spéciale, provoquant des réticences de la part des groupes de consommateurs, des concurrents et des menaces de la part des législateurs. En 2007, Walmart a timidement abandonné cette perspective. Deux ans plus tard, elle a obtenu, sans fanfare médiatique ni attention politique, une licence bancaire canadienne, qu’elle a ensuite utilisée pour émettre ses propres cartes de crédit. Nous ne semblons tout simplement pas accorder la même importance à la séparation du commerce et des banques.

Les marchés évoluent et les entreprises ont des fonctions concurrentes qui peuvent nous faire sous-estimer leur complexité. Par exemple, Starbucks collecte de l’argent auprès de ses membres via son programme Rewards et fonctionne comme un trésor, mais n’est pas officiellement légiféré en tant que tel, bien qu’il détienne plus d’argent que de nombreuses banques. Chaque fois que vous préchargez votre application pour votre prochain Frappuccino, vous offrez à Starbucks un prêt sans intérêt. Parfois, les clients sont littéralement traités comme s’ils étaient une banque.

Les Canadiens se vantent souvent de leur système bancaire stable et fiable. Alors que les politiciens soutiennent l’évolution de ce système vers un contexte bancaire dirigé par le consommateur qui ouvre la voie à l’ouverture bancaire et facilite la modernisation des paiements, nous devrions faire davantage pour éliminer le conflit d’intérêt fondamental inhérent entre une institution d’épargne (une banque) et une institution dépensière ( un détaillant), même si cela signifie perdre un peu de concurrence au passage. Participer à des programmes de marketing astucieux qui vous permettent de vous lancer dans des activités bancaires légères semble contradictoire et insensé. C’est un peu ridicule, tout comme l’était l’argent de Canadian Tire.

Il n’est pas nécessaire que tout soit un magasin de tout. Depuis que Walmart a renoncé à son offre en 2005, de nombreux détaillants traditionnels et familiers ont commencé à imiter les plateformes numériques. Le moment serait venu pour le Canada d’imposer une séparation structurelle entre les banques ou des partenariats avec les institutions financières et les détaillants au nom d’une concurrence intelligente.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV 8 étudiants de Mayotte s’envolent pour découvrir les études de médecine
NEXT Moins de pesticides dans l’agriculture suisse ? Cela a un prix – .