Grippe aviaire dans les produits laitiers

Grippe aviaire dans les produits laitiers
Grippe aviaire dans les produits laitiers

Après les États-Unis, c’est au tour du Canada de renforcer ses mesures de protection contre la grippe aviaire. Bien que des cas aient été signalés dans des troupeaux américains, le lait canadien sera soumis à des tests de dépistage plus rigoureux.



Mis à jour hier à 22h50

C’est ce qu’a déclaré vendredi le gouvernement du Canada dans un communiqué annonçant des mesures de protection supplémentaires pour prévenir la propagation de l’influenza aviaire hautement pathogène (IAHP), dont des particules ont été détectées dans des produits laitiers aux États-Unis en avril.

Bien que des cas de grippe aviaire aient été signalés chez des bovins laitiers aux États-Unis, le virus H5N1 qui les provoque « ne constitue pas un problème de sécurité alimentaire », indique le communiqué.

En plus de tester le lait destiné à la vente au détail, le Canada étendra le dépistage chez les bovins pour inclure les tests volontaires « chez ceux qui ne présentent pas de symptômes cliniques d’IAHP ». Les vaches laitières en lactation importées des États-Unis devront être testées négatives pour l’IAHP, selon le communiqué.

Plus de prudence

Depuis la découverte de cas de grippe aviaire dans des troupeaux aux États-Unis, l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) a également renforcé les exigences pour l’importation de bovins laitiers américains le 29 avril 2024, selon le communiqué du gouvernement du Canada.

«Nous comprenons que la sécurité du lait et des produits laitiers pourrait préoccuper la population canadienne», peut-on lire dans le communiqué de presse du gouvernement du Canada. Cependant, l’ACIA, l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC) et Santé Canada s’assurent que les produits laitiers vendus sur le marché sont bel et bien sécuritaires.

Le lait des vaches laitières canadiennes « doit être pasteurisé avant d’être vendu », une mesure efficace pour inactiver le virus, assure le gouvernement du Canada, citant une étude récente de la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis.

Cas détectés

Ces nouvelles mesures interviennent alors que des cas de grippe aviaire apparaissent chez des vaches américaines. Depuis fin mars, 36 troupeaux de bovins dans neuf États et une personne au Texas ont été testés positifs au virus H5N1.

La chaîne alimentaire commerciale américaine n’est cependant pas affectée, ont assuré des représentants de la FDA, des Centers for Disease Control and Prevention (CDC) et du Département américain de l’Agriculture (USDA), lors d’une conférence de presse, mercredi. De nombreux produits laitiers comme le lait, le fromage cottage et les préparations pour nourrissons sont désormais sous la loupe de la santé publique américaine.

Les résultats de l’USDA publiés cette semaine montrent qu’une grande proportion de vaches américaines sont porteuses du virus responsable de l’IAHP mais ne présentent aucun symptôme, selon Richard Webby, spécialiste de la grippe aviaire à St. Jude, Tennessee.

Cependant, ces cas ne présentent aucun risque pour les consommateurs. «La pasteurisation élimine les virus beaucoup plus résistants que le H5N1», souligne Geneviève Toupin, vétérinaire à l’ACIA.

Avec la collaboration de Mathieu Perreault, La presseEt USA aujourd’hui

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Le Sénégal intensifie ses efforts pour éliminer le paludisme en 2023
NEXT L’agenda des sorties en Côte-d’Or et Saône-et-Loire du 27 mai au 2 juin 2024