un mort et un suicide ce vendredi sur fond de tension avec la grève des surveillants pénitentiaires

un mort et un suicide ce vendredi sur fond de tension avec la grève des surveillants pénitentiaires
un mort et un suicide ce vendredi sur fond de tension avec la grève des surveillants pénitentiaires

l’essentiel
Avec le mouvement de grève des agents de l’administration pénitentiaire, la tension monte notamment à la Maison d’arrêt de Seysses où une femme est décédée ce vendredi et un détenu a mis fin à ses jours.

« Nous n’avons même plus le droit de sortir nous promener ! Nous allons devenir fous. » Depuis la maison d’arrêt de Seysses, un détenu dénonce des « conditions inhumaines ». « Pas d’accès aux parloirs, plus de cigarettes… » Dans les cellules, la pression monte. « La prison, d’accord, c’est une punition. Et on comprend la colère des gardiens après la mort de leurs collègues. Mais ici, c’est une double peine !

A la maison d’arrêt de Seysses, la colère parcourt les cellules. Ce vendredi, des rumeurs de suicide ont circulé, malheureusement confirmées en fin de journée. Une femme est décédée dans le quartier des femmes. En fin d’après-midi, ce problème « grave » découvert lors de la distribution des repas a nécessité l’intervention des secours. Interrogé, le procureur de Toulouse a confirmé le décès d’une femme mais pas un suicide. Une enquête est en cours et l’hypothèse d’une mort « naturelle », suite à un problème cardiaque ou à un accident vasculaire cérébral, n’est pas encore écartée.

Et dans une ambiance tendue, on a appris en fin de journée, ce vendredi, la mort d’un homme également incarcéré. Malgré l’intervention des secours, il n’a pas pu être secouru. Cette fois, le suicide serait « probable ». Une intoxication médicamenteuse est envisagée. Sous l’autorité du parquet, une enquête a été ouverte pour élucider les circonstances qui feront, comme pour tout décès, l’objet d’une enquête visant à confirmer les causes du décès.

Cette triste nouvelle risque de rendre encore plus tendue la situation à la maison d’arrêt de Seysses.

“Ce n’est pas acceptable” s’inquiètent les avocats

Les avocats toulousains sont soucieux du respect des droits de leurs clients. « Ils n’auraient plus accès au courrier, ne pourraient pas faire appel. Ce n’est pas acceptable », a déclaré un avocat pénaliste. Le Bâtonnier a également écrit à la direction de la maison d’arrêt pour alerter sur la nécessité de respecter les droits de la défense des prévenus.

Du côté des syndicats, les négociations restent en cours avec la direction nationale. « Après le décès de nos confrères, trois jours de deuil étaient prévus », se souvient un agent. Il espère, comme ses collègues, qu’ils réussiront.

Pour un retour progressif à la normale ? C’est sans aucun doute dans l’intérêt de tous.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Mère et enfants non attachés blessés dans un accident de voiture
NEXT Patrik Laine et les Blue Jackets de Columbus recherchent mutuellement des échanges commerciaux pour se séparer