Une radio livre au collège

Que faire du matériel web radio dont sont équipées de nombreuses écoles ? Au collège Les Villanelles de Rougemont dans le Doubs, Margaux Fusier, professeur de lettres, et Valérie Angst, professeure bibliothécaire, ont expérimenté en 4ème création de bandes-annonces audio pour des livres. Les étudiants deviennent des « prescripteurs d’œuvres via une forme qui leur est proche. » Le travail inspirant réalisé montre à quel point la webradio diversifie les formats des productions scolaires. L’accompagnement permet de travailler de nombreuses compétences et connaissances disciplinaires et interdisciplinaires de manière très motivante.

Une image contenant des vêtements, une personne, un visage humain, un mur Description générée automatiquementOn connaît les bandes-annonces de films, mais moins les bandes-annonces de livres : de quoi parlent-elles ?

Les bandes-annonces de livres ont le même objectif que les bandes-annonces de films : présenter une histoire et donner envie de la découvrir dans son intégralité. L’objectif pour nous était de créer un lien entre l’élève qui a déjà lu un livre et celui qui a besoin de conseils dans le choix d’une lecture. Les étudiants sont devenus prescripteurs d’ouvrages via un formulaire qui leur est proche.

Les bandes-annonces audio sont intéressantes car elles mettent en avant l’importance du travail d’écriture et de voix. Aucune information visuelle ne détourne l’attention des spectateurs de ces bandes-annonces. De même, ils permettent de supprimer tout le travail sur l’image et son utilisation (droits, etc.) qui n’est pas toujours simple à réaliser.

Quelles sont les méthodes de travail avec les étudiants pour les amener à réaliser de telles bandes-annonces de livres ?

Pour réaliser les remorques, nous avons la possibilité de travailler en co-intervention sur des demi-classes. Cela nous a permis d’accompagner au plus près les étudiants dans la rédaction du texte et sa mise en voix.

Nous avons d’abord dû revoir avec les étudiants les enjeux d’une caravane. Nous nous sommes appuyés sur leur expérience de spectateurs. Nous avons ensuite déterminé les éléments qui doivent apparaître dans la bande-annonce audio afin d’attirer un futur lecteur : une présentation claire de l’intrigue qui pose les enjeux de cette lecture mais aussi la sélection d’un court passage afin de donner à voir le style du auteur, auteur.

La rédaction des textes a duré trois séances, la principale difficulté a été d’arriver à un texte soigné dans sa formulation mais qui se prête à une lecture dont le ton resterait naturel.

Nous avons ensuite consacré deux séances au travail de lecture du texte à voix haute. Il fallait d’abord se l’approprier puis parvenir à moduler le ton et la voix en fonction des passages. Les élèves ont travaillé aussi bien en binôme, seuls ou devant l’un des professeurs.

Nous avons ensuite pu enregistrer les bandes-annonces avec du matériel web radio durant deux sessions. Tous les étudiants du groupe étaient présents pour observer les progrès et bénéficier des conseils donnés aux autres.

La dernière étape a consisté à travailler les fichiers audio, ajouter du fond sonore, des silences, couper et retravailler l’enregistrement avec le logiciel Audacity. Cette étape, particulièrement appréciée des étudiants, pourrait être réalisée en une seule séance.

Comment les étudiants perçoivent-ils les productions réalisées ?

Nous avons organisé une classe entière pour écouter les différentes bandes-annonces, les étudiants étaient à la fois fiers mais aussi critiques de leur travail. Ils ont mieux compris certaines exigences que nous avions pu avoir, comme le travail sur la voix, une fois le projet partagé avec d’autres.

Comment vous regardez-vous ?

En tant qu’enseignants, nous étions satisfaits d’avoir réalisé ce travail mais conscients de l’investissement en temps et en présence qu’il avait nécessité. Nous oscillons entre la frustration de ne pas toujours arriver à réaliser un projet parfait et l’envie de réaliser davantage de projets tout aussi exigeants en termes de compétences et d’engagement mis en œuvre tant par les étudiants que par nous.

Quels conseils donneriez-vous à des collègues qui pourraient être inspirés par ce travail ?

Le principal conseil que nous donnerions à des collègues tentés de s’inspirer de nos travaux serait de ne pas rechercher d’emblée une réalisation hautement accomplie. Les étudiants ont pris davantage conscience des attentes à la fin du projet. En passant moins de temps à corriger plusieurs fois chaque texte, nous aurions pu proposer ce travail une seconde fois et je pense que les étudiants avec leur expérience antérieure auraient travaillé plus efficacement sur certains points.

Vous avez la chance de disposer d’un matériel web radio au CDI : au-delà de ce travail de remorque, comment et avec quels bénéfices est-il utilisé ?

Le matériel web radio est principalement utilisé au sein d’un club Webradio qui produit chaque trimestre des émissions thématiques.

Propos recueillis par Jean-Michel Le Baut

Bandes-annonces sur le site CDI du collège

Une web radio au CDI avec Grégory Lanevère

L’Odyssée de la web radio en 6ème avec Stéphanie Tardy

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Lecteurs « incorrigibles »
NEXT « J’ai l’impression que c’est la fin » – .