Près de 360 ​​000 personnes ont fui Rafah depuis l’ordre d’évacuation israélien

Près de 360 ​​000 personnes ont fui Rafah depuis l’ordre d’évacuation israélien
Descriptive text here

Alors que les médias rapportent des raids aériens et des combats autour de Rafah et du camp de réfugiés de Jabaliya, près de 360 ​​000 personnes ont fui la ville de Rafah, dans le sud de Gaza, depuis qu’Israël a émis un ordre d’évacuation la semaine dernière, a annoncé l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens (UNRWA).

Selon l’agence des Nations Unies, les bombardements et autres ordres d’évacuation ont provoqué de nouveaux déplacements et une peur pour des milliers de familles dans le nord de l’enclave palestinienne.

Ces nouveaux chiffres de déplacement surviennent alors que les médias rapportent que des combats ont été signalés dans le sud-est de Rafah. Des obus de char ont également touché le centre du camp de réfugiés de Jabaliya, au nord de la bande de Gaza, selon les mêmes informations.

Des dégâts considérables

Les frappes israéliennes se multiplient sur Gaza, alors qu’il n’y a plus « d’endroit sûr », selon le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme. “Il y a nulle part où aller. Il n’y a PAS de sécurité sans cessez-le-feu. » a déclaré de son côté l’UNRWA dans un message sur le réseau social X.

Le précédent rapport de l’UNRWA, publié hier dimanche, faisait état de plus de 300 000 personnes déplacées à l’intérieur du pays. Cela représente 60 000 nouveaux déplacés en 24 heures.

Par ailleurs, l’agence onusienne a partagé une vidéo sur X montrant des familles et des enfants retournant dans les écoles de l’UNRWA à Khan Younis. « Les familles et les enfants retournant dans les écoles de l’UNRWA à Khan Younis à la recherche de [sécurité et d’abri] »c’est souligné.

Les installations, déjà touchées, ont subi des « dégâts considérables », a indiqué l’agence le X, et il n’y a pas d’eau disponible dans la ville, a ajouté l’agence, soulignant qu’il s’agit d’un problème. « un nouveau niveau de désespoir, qui se dévoile sous les yeux du monde entier. »

Un employé de l’ONU tué et un autre blessé

Un membre du personnel du Département de la sûreté et de la sécurité (DSS) des Nations Unies est décédé et un autre a été blessé lorsque leur véhicule de l’ONU a été heurté alors qu’il se dirigeait vers l’hôpital européen de Rafah, lundi.

Condamnant toutes les attaques contre le personnel de l’ONU, le secrétaire général António Guterres a appelé à une enquête approfondie, a déclaré son porte-parole adjoint, Farhan Haq, aux journalistes à New York.

« Alors que le conflit à Gaza continue de causer de lourdes pertes – non seulement parmi les civils, mais aussi parmi les travailleurs humanitaires – le Secrétaire général réitère son appel urgent à un cessez-le-feu humanitaire immédiat et à la libération de tous les otages », il a dit.

Interrogé par les journalistes, Haq a déclaré que l’ONU était toujours en train de rassembler des informations sur l’incident. Il a confirmé plus tard que le personnel de sécurité tué était un membre du personnel international, ce qui constitue le premier décès de ce type au sein de l’ONU dans le conflit de Gaza.

Plus tôt lundi, l’UNRWA a annoncé qu’un autre membre de son personnel avait été tué, portant le nombre total à 189. Le directeur principal du projet, âgé de 53 ans, serait mort lors d’une frappe israélienne dans la ville centrale de Deir Al Balah, après avoir quitté Rafah.

Point de passage ouvert vers le nord de Gaza

Ces derniers développements interviennent alors que Tel-Aviv a annoncé dimanche l’ouverture d’un nouvel accès au nord de la bande de Gaza. L’armée israélienne annonce avoir ouvert le point de passage d’« Erez Ouest » [Beit Hanoon] au nord de Gaza pour faciliter l’entrée de l’aide humanitaire « conformément à la directive du gouvernement israélien et en coordination avec le gouvernement américain ».

Mais l’information n’a pas été confirmée par les agences humanitaires de l’ONU. Et sur le réseau social X, l’UNRWA a une nouvelle fois plaidé pour un accès sécurisé à l’enclave palestinienne. « Nous avons besoin immédiatement et de toute urgence d’un passage sûr pour les travailleurs humanitaires et humanitaires. » elle a prévenu.

Une manière pour l’agence onusienne de rappeler que « Restreindre l’accès humanitaire est une question de vie ou de mort pour les habitants de la bande de Gaza, qui souffrent déjà de bombardements incessants et d’insécurité alimentaire. »

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Un « danger derrière la beauté » des aurores boréales
NEXT Le Burkina Faso, le Mali et le Niger finalisent leur projet de confédération