« Sans la liberté d’offenser, la liberté d’expression cesse d’exister » – .

« Sans la liberté d’offenser, la liberté d’expression cesse d’exister » – .
« Sans la liberté d’offenser, la liberté d’expression cesse d’exister » – .
Salman Rushdie.
KIRILL KUDRYAVTSEV / AFP

ENTRETIEN MAJEUR – L’écrivain, de passage à Paris pour une conférence au musée d’Orsay, nous a accordé la première interview, trois semaines après la sortie deCouteaulivre dans lequel il revient sur la tentative d’assassinat dont il a été victime à l’été 2022.

En août 2022, Salman Rushdie a fait l’objet d’une tentative d’assassinat par un jeune islamiste alors qu’il donnait une conférence dans l’État de New York. Frappé d’une douzaine de coups de couteau, l’écrivain anglo-américain d’origine indienne s’en est sorti en perdant l’usage de son œil droit et de sa main gauche.

Condamné à mort en 1989, par la fatwa de l’ayatollah Khomeini, suite à la publication de son roman Les versets sataniquesSalman Rushdie a abandonné la fiction pour tirer de cet attentat une histoire intimiste, sobrement intitulée Le couteau (Couteaudans l’original), dédié aux hommes et aux femmes qui lui ont sauvé la vie », publié il y a trois semaines et sous-titré Réflexions suite à une tentative d’assassinat. Agé de 77 ans, icône de la liberté d’expression et de la lutte contre l’obscurantisme, il revient sur les lieux du crime et au moment où son “La réalité s’est effondrée”évoque sa convalescence difficile, le soutien de proches et amis, tout en s’interrogeant sur…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous en reste 92% à découvrir.

Voulez-vous en savoir plus?

Débloquez tous les objets immédiatement.

Déjà inscrit? Se connecter

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Chris Martin aide un fan handicapé à se rendre au concert de Coldplay
NEXT Salma Hayek fête les 62 ans de François-Henri Pinault