« La nature aime se cacher » à Reggio Emilia

« La nature aime se cacher » à Reggio Emilia
« La nature aime se cacher » à Reggio Emilia

Photographie Europea est de retour, comme toujours avec de nouvelles propositions. Du 26 avril au 9 juin, la 19ème édition du festival se déroule dans la ville de Reggio Emilia (Émilie-Romagne) entre les lieux institutionnels (avec plus de 20 expositions) et ceux du Circuito Off, suivant un fil conducteur précis : La nature est nascondersi (La nature aime se cacher), selon un fragment du philosophe grec Héraclite. Le festival explore les liens entre l’homme et la nature et les transformations que les êtres humains peuvent opérer. Les œuvres de photographes confirmés et de jeunes talents nous invitent à réfléchir à des questions cruciales et urgentes.

En effet, la réalité est perçue comme multiple et mutable, fragmentée et limitée. La nature aime se cacher étant le thème choisi par le conseil artistique du festival, composé de Tim Clark, Walter Guadagnini et Luce Lebart, Fotografia Europea 2024 vise à capturer la nature en explorant comment la dissimulation et la découverte sont liées. Les photographes, comme nous tous, recherchent le caractère essentiel des choses qui habitent notre monde, y compris les êtres humains et les nuages. C’est la traduction en images du sens de la découverte inhérent à chacun de nous : la tentative de découvrir la nature et de se comprendre ainsi que le monde qui nous entoure, qui fascine l’humanité depuis les premiers jours.

Ainsi, carte en main, nous vous invitons à participer au festival en suivant le sens du paradoxe exprimé dans la citation d’Héraclite, qui embrasse la puissance d’une nature qui nous la cache si souvent, tout en la révélant de plus en plus de façons. plus destructeur, dans une oscillation constante entre l’être et le devenir.

Le Palazzo Magnani accueille Médiations, la première rétrospective en Italie de l’œuvre de Susan Meiselas, photographe américaine surtout connue pour son travail sur les zones de conflit d’Amérique centrale (1978-1983) et, en particulier, sur la révolution nicaraguayenne. L’exposition se compose d’une sélection d’œuvres des années 1970 à nos jours et passe en revue les différentes formes que Meiselas a adoptées pour développer son travail (photojournalisme traditionnel, installations, livres et films), en interrogeant constamment le statut de ses propres images par rapport au contexte dans lequel ils sont perçus.

La prochaine étape est le Chiostri di San Pietro, qui abrite une dizaine d’expositions dans ses salles du XVIe siècle. Nous vous laissons les découvrir, en vous suggérant seulement les titres, qui sont significatifs en eux-mêmes. Commençons par l’exposition collective Album Ciel. 150 ans de capture des nuagesproposé par Archive of Modern Conflict, avec plus de 150 œuvres remontant aux débuts de la photographie et illustrant la fascination de l’imagerie des nuages.

Ensuite, les projets d’exposition En vue par Helen Sear et Mer de Cortés d’Yvonne Venegas et Bruno Serralongue, avec Jardins Communautaires de Vertus, Aubervilliers. Le photographe indien Arko Datto met en lumière les catastrophes climatiques et les réfugiés qu’elles provoquent avec son projet Les monographies de Shunyo Raja sur la région du delta du Bengale, tandis que Matteo de Mayda présente Il n’y a pas de calme après la tempête. L’exposition de Jo Ractliffe, Aménagement paysager, est consacré au paysage sud-africain ; Natalia Saprunova, dans Pergélisolraconte la vie des populations de l’extrême nord du continent asiatique.

Terri Weifenbach, dans Physique des nuagesexplore le lien vital entre les nuages ​​de notre planète et les formes de sa vie biologique ; Un acte de foi : Bitcoin et la bulle spéculative de Lisa Barnard discute de la création de bitcoins : des actifs numériques qui, bien qu’immatériels, ont d’énormes coûts environnementaux.

Au Palazzo da Mosto, le projet de la commande pour cette édition est exposé en même temps qu’une exposition consacrée aux livres photo et aux deux projets gagnants de l’appel ouvert. Vous pouvez voir le projet ici jour après jour par Karim El Maktafi, Indice naturelorganisé par Stefania Rössl et Massimo Sordi, ainsi que les projets sélectionnés dans le cadre de l’Open Call : Manettes de Marta Bogdańska et Nsénène de Michele Sibiloni. La Villa Zironi, joyau de l’architecture Art Nouveau, accueille l’exposition Radicsde Silvia Infranco.

Le contexte est évidemment l’Anthropocène, étudié à la fois à l’échelle hyperlocale et à l’échelle planétaire. La thématique abordée est celle de l’urgence climatique, de la symbiose et de la durabilité. Ces notions sont également explorées dans les expositions partenaires du festival, organisées par les principales institutions culturelles de la ville.

Au Palais des Musées, Luigi Ghirri. Zone de passage, sous la direction d’Ilaria Campioli, propose une réflexion sur le thème de l’obscurité et de la nuit, et sur le rôle qu’elles jouent toutes deux dans l’imaginaire collectif. L’exposition propose également une exploration de Semi-protection discrète dans les œuvres de plusieurs photographes internationaux.

Contamination (sous la direction d’Ilaria Campioli et Daniele De Luigi) est le résultat d’un appel ouvert de Giovane Fotografia Italiana #11 | Premio Luigi Ghirri 2024, promu par la municipalité de Reggio Emilia, en partenariat avec plusieurs festivals internationaux.

La Biblioteca Panizzi propose les interprétations de Paola De Pietri et Walter Niedermayr des bassins d’expansion de la rivière Secchia de La collection Linea di Confine à Reggio Emiliaune association basée à Rubiera, qui a réalisé des missions photographiques du territoire régional et national de 1990 à 2023. Nouveaux Théâtres du Réel. Collaborer avec l’IA est visible au Spazio Gerra. La Collezione Maramotti présente l’exposition de Silvia Rosi, intitulée Désintégrer.

Il y a aussi Spéciale Diciottoventicinque, le projet de formation promu par Fotografia Europea, la troisième édition du FE+SK Book Award, le prix dédié aux livres photographiques, aux rencontres avec des artistes, aux dédicaces, aux lectures de portfolio et bien plus encore. Comme la troisième édition de Photographiele côté musical de Fotografia Europea, sous la direction de Max Casacci, et le Circuito Off, l’événement collectif et indépendant qui enrichit le festival avec des expositions dans toute la ville, avec des projets de photographes professionnels et de jeunes, passionnés et associations (dont le OFF @projet scolaire).

Fotografia Europea 2024 est promue et organisée par la Fondazione Palazzo Magnani et la municipalité de Reggio Emilia, avec le soutien du Conseil régional d’Émilie-Romagne.

FOTOGRAFIA EUROPEA 2024 : « La nature ama nascondersi »
Du 26 avril au 9 juin 2024
Reggio d’Émilie (RE)
Italie
https://www.fotografiaeuropea.it/fr/

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Oignons de Denis Brihat
NEXT Sidney B. Felsen et les artistes Gemini GEL