Après l’effondrement d’un immeuble, des commerçants veulent « redonner vie à la rue Saint-Rome, une artère incontournable de Toulouse »

Après l’effondrement d’un immeuble, des commerçants veulent « redonner vie à la rue Saint-Rome, une artère incontournable de Toulouse »
Après l’effondrement d’un immeuble, des commerçants veulent « redonner vie à la rue Saint-Rome, une artère incontournable de Toulouse »

l’essentiel
Suite à l’effondrement d’un immeuble de la rue Saint-Rome, une nouvelle association de commerçants Cœur de Ville vient d’être créée.

Depuis plusieurs mois, plusieurs rues du centre-ville (Saint-Rome, Changes, Peyras, Temponières, Chalande, Puits Vert…) ont été rendues orphelines par une association de commerçants. Si pendant plus de quinze ans, Marc Fridman, propriétaire du magasin Levi’s, a tenu le magasin de la rue Saint-Rome, l’association a disparu lorsque ce commerçant a pris sa retraite il y a plusieurs mois. « Tout est un peu abandonné », déplore ce dernier. A l’époque, cette association était très active, notamment lors des fêtes de fin d’année où les illuminations et décorations donnaient à la rue son aspect festif.

Depuis, le 9 mars, l’immeuble du 4 rue Saint-Rome s’est effondré et des problèmes sont apparus à leur tour dans d’autres immeubles. Une situation qui a laissé plusieurs commerçants à la dérive sans locaux. C’est dans ce contexte qu’a été créée fin mars 2024 la nouvelle association commerciale Cœur de Ville (ACCV) « pour accompagner et aider les commerçants avec un référent dans chaque rue pour répondre aux différentes problématiques qui se posent, précise Nathalie Cutolo, présidente. de cette structure et elle-même gérante d’un magasin photo après avoir été indépendante. Avec ce drame, cette rue a été endommagée. Certains ont tout perdu et doivent se réinventer. essentiel. Plus d’une centaine de commerçants sont aujourd’hui impliqués dans cette association.

Donnez une nouvelle dynamique

Passage obligatoire du commerce toulousain, la rue Saint-Rome, souvent décriée, forme une étoile dans le dédale de plusieurs rues riches en enseignes. Une rue pleine de petites et de grandes histoires, un lieu de rendez-vous pour un jeune public séduit par les petits prix : « Cette rue est l’une des plus fréquentées de Toulouse, souligne Nathalie Cutolo. Chaque samedi, pendant une heure, il est fréquenté par 6 000 à 7 000 passants.

Entre boutiques de mode branchées, magasins discount et marques établies, elle attire toujours le public, y compris les touristes. « Si cette rue a perdu un peu de son attrait ces dernières années, il faut qu’elle retrouve un nouveau souffle. Notre objectif est de mettre en place des événements selon son identité comme des repas de quartier, des soirées. Créer une vraie dynamique et donner une nouvelle image au quartier », conclut le commerçant.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

NEXT Prix ​​du gaz, démarque inconnue, nouveau plan d’économies… Ce qui change au 1er juillet