A Lannion, l’émotion est forte après le décès d’un pilote d’ULM

A Lannion, l’émotion est forte après le décès d’un pilote d’ULM
A Lannion, l’émotion est forte après le décès d’un pilote d’ULM

« Nous sommes tous dévastés. » A Lannion, l’émotion est forte après l’annonce du décès d’Éric Huon. Agé de 61 ans, ce pilote aimé de tous est décédé dimanche 23 juin dans le crash d’un avion ultraléger à Saint-Pol-de-Léon, dans le Finistère. Le dramatique accident a également causé la mort d’une femme de 59 ans. Elle et Éric Huon avaient décollé de l’aéroport de Lannion (22), un quart d’heure plus tôt.

«C’était un ami. Quelqu’un de très humain, avec un grand cœur et aussi un pilote très professionnel », précise David Le Floch, directeur technique de l’aéroport de Lannion. « C’est une perte énorme pour sa famille, ses proches mais aussi pour toute la communauté des pilotes. »

« Très à l’écoute des autres, avec l’envie de les aider »

Directeur de la compagnie Air Trégor à Lannion, Éric Huon possédait sa propre école de pilotage et proposait des baptêmes de l’air. « Nous avons appris cette triste nouvelle dimanche », raconte Gilles Reischek, secrétaire et responsable de la communication du Rotary club de Perros. « Il a été membre du Rotary pendant cinq ou six ans. C’était un garçon que nous aimions particulièrement. C’est lui qui a eu l’initiative de proposer, en 2022, une action de vente de crêpes pour pouvoir générer des résultats afin de financer des baptêmes de l’air pour les enfants malades de Trestel. Nous nous sommes mobilisés pour cela. C’est terrible. C’était une personne particulièrement charmante et très attentive aux autres, avec l’envie de les aider. Une grande perte humaine.

“C’était quelqu’un d’extrêmement rigoureux”

Yann Kerleau, membre du Rotary et directeur des ambulances Kerleau à Perros-Guirec, était ami avec Éric Huon depuis une trentaine d’années. « Il était à la retraite depuis quelques mois. Il exerçait toujours des activités au sein d’une entreprise et de salariés mais était libéré de ses obligations professionnelles. Il avait gardé de quoi s’occuper”, explique-t-il.

« C’était une personne généreuse et très engagée lorsqu’il avait une bonne cause à soutenir. Il savait donner de son temps pour plaire aux gens. La semaine dernière, j’étais dans un avion avec lui. Nous avons volé pendant une heure. C’était quelqu’un d’extrêmement rigoureux dans ses démarches, dans la façon dont il exerçait cette activité. Il était hyper-professionnel. Il n’a pris aucun risque quoi qu’il arrive.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV A l’Assemblée nationale, la tempête n’est pas nouvelle – Libération – .
NEXT Le club a publié une offre pour un attaquant de Premier League – .