Qui est Raye, ce mystérieux compositeur devenu une sensation mondiale ? – .

Qui est Raye, ce mystérieux compositeur devenu une sensation mondiale ? – .
Qui est Raye, ce mystérieux compositeur devenu une sensation mondiale ? – .

“On dit que la vingtaine est les meilleures années de ta vie/ Mais j’ai l’impression de passer la mienne à manquer des couchers de soleil/ Parce que je suis occupé sur mon téléphone à regarder les autres.” C’est avec un aveu de tristesse que débute « Genesis », le dernier titre de la chanteuse britannique Raye. Approuvé par plus de 6,4 millions de personnes sur TIC Tac, le titre pointe la toute-puissance du téléphone et l’isolement qu’il provoque. Puis, la lumière bleue remplace celle du jour, à la fin du préambule parlé, et s’ouvre sur la vraie vie qui se joue à l’extérieur. «Il s’agit des insécurités et des pressions des médias sociaux et de ces algorithmes dont nous sommes tous dépendants, moi y compris. J’ai fait de mon mieux pour résumer tout cela dans une seule chanson et dire : “Ayons un peu d’espoir”. résuma le musicien Harper’s Bazaar États-Unis de ce mois de juin 2024.

Paradoxalement, ce sont aussi les réseaux sociaux qui ont permis à l’artiste de 26 ans de gravir une à une les marches du succès. Son dernier titre « Genesis » inspire les internautes qui le répètent des milliers de fois sur Instagram Et TIC Tac. C’était pourtant le contraire d’un titre commercial. S’étendant sur 7 minutes (la moyenne s’arrête à 3min49 en 2024), la chanson s’affranchit des codes de TIC Tac ce qui raccourcit les pièces. « Cette chanson n’est pas toujours agréable à écouter. […] Mais personnellement, j’aime les expériences musicales intenses et indulgentes. » rétorqua Raye dans Harper’s Bazaar aux États-Unis. Ses influences varient entre le jazz, le hip hop, le R&B, le gospel et la pop, créant des breaks rythmiques originaux. Une chanson sur laquelle elle “mis à l’épreuve” mais dont les efforts ont payé. Aux Brit Awards en mars dernier, Raye a remporté six prix et personne ne l’avait jamais fait avant elle.

Raye, comment trouver ton(s) chemin(s)

Rachel Keen, de son vrai nom, est née en 1997 à Londres et a grandi avec une mère suisse-ghanéenne et un père britannique. En 2014, elle sort son premier EP Bienvenue en hiver Sur la plateforme SoundCloud. Il faudra attendre encore deux ans pour que la jeune artiste, avec des rêves plein la tête, se fasse connaître. Cette année-là, elle sort deux featurings aux côtés de DJ : À tes côtés avec Jonas Blue et Tu ne me connais pas par Jax Jones. Si ses chansons commencent à percer, son nom peine encore à rester dans les mémoires. En 2018, elle sort son troisième EP Bande latérale Et entame sa première tournée avec huit dates.

Ses collaborations électro avec David Guetta sur «Reste (ne pars pas) » et Martin Solveig et Jax Jones sur “Tequila” l’ouvrir à d’autres publics. Tout comme Julia Michaels ou Jack Antonoff, Raye fait aussi partie de ces musiciens qui écrivent pour les autres. Charli XCX, Ellie Goulding, John Legend, Beyoncé ou encore Little Mix ont tous tour à tour bénéficié de la plume de la Britannique. Une œuvre d’ombre qui s’oppose désormais à sa notoriété naissante. Choisie pour faire la première partie de SZA, elle a affiché complet lors de ses deux dates françaises à La Cigale l’année dernière. Deux dates durant lesquelles elle a interprété des chansons dont elle est fière, loin des injonctions imposées par sa maison de disques…

Raye – 1, Polydor – 0

“Il ne s’agit plus de courir après les hits et les charts, il s’agit d’être enfin autorisé à dévoiler ma vérité, à m’exprimer sans crainte.». En juillet 2021, Raye a annoncé via son compte Twitter qu’elle quitte le label Polydor avec lequel elle travaillait depuis sept ans. Trop assimilée à l’électro du fait de ses collaborations, la chanteuse veut voler de ses propres ailes. Désireuse de montrer l’étendue de ses possibilités vocales, l’artiste se lance dans l’aventure de l’indépendance, au propre comme au figuré. Deux ans plus tard, elle sort son premier album Mon blues du 21e siècle, un disque orchestral enregistré au Royal Albert Hall de Londres. Dans le single « Dur ici »l’interprète de “Évasion” règle ses comptes avec son ancienne maison de disques : “Et je vais faire pleurer tous ces gars/Tu n’as même pas essayé/Tu étais assis sur des diamants/Tu vas me voir maintenant.” Enfin en phase avec elle-même, la compositrice n’a pas fini de nous faire découvrir sa mythologie inspirée et inspirante…

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV épisode • 2/8 du podcast Ending Democracy – .
NEXT L’Europe ouvre dans le vert, l’inflation rassure – .