Doigt d’honneur à ceux qui ne peuvent pas voir un corps imparfait

Doigt d’honneur à ceux qui ne peuvent pas voir un corps imparfait
Doigt d’honneur à ceux qui ne peuvent pas voir un corps imparfait

Et puis, j’ai lu la lettre « à son corps » qui accompagne la photo. C’est difficile, surtout quand on a lutté contre son poids toute sa vie, comme moi, de ne pas être touché par la vérité de ses propos. « Il ne se passe pas un jour sans que je pense à l’apparence de mon corps. De mon cocon. De mon enveloppe extérieure. Chaque. Putain de. Jour.”

Pourquoi le montrer ? «J’adore exposer ce corps», a-t-elle écrit. « Ne pas être applaudi. Ni pour que nous comme mais pour le normaliser. Pour lui prouver qu’il a sa place dans cet univers complexe. Inquiétant. Trop souvent critiqué.

Normaliser les corps imparfaits, ceux que possèdent la plupart des êtres humains, est en effet une noble tâche. Les corps parfaits sont rares : c’est pour cela que Photoshop a été inventé. Lisser les aspérités, diminuer la taille, faire disparaître le double menton (mon obsession), couper en bingo la graisse des vieux bras aspirés par la gravité maudite, bref nous rendre tous identiques, tous minces, musclés là où il est. . il faut se pencher là où c’est mieux, la texture de sa peau bien ferme et l’esprit apaisé. Pour encore quelques années.

Non, le geste de Mariana Mazza n’est pas gratuit. C’est l’incarnation de la force dans la vulnérabilité. Avec une lucidité à la fois violente et bienveillante. D’un coup de poing au visage de ceux qui jugent – ​​soyons sérieux, nous le faisons tous – ces corps que la nature nous a donnés pour la vie.

Vous pouvez perdre du poids ou en prendre si vous vous sentez trop mince. Utiliser un scalpel ou un laser pour corriger des imperfections souvent invisibles aux autres mais notre corps originel est imprimé dans notre esprit. Les gros – n’ayons pas peur du mot – qui maigrissent continuent souvent à acheter des vêtements devenus trop grands pour eux, incapables de se voir tels qu’ils sont devenus.

Oui, le corps est aussi un état d’esprit et c’est ce que nous fait comprendre Mariana Mazza.

Mais y a-t-il une limite à s’accepter ? Les personnes obèses, comme la chanteuse Lizzo, pèchent-elles en prêchant l’acceptation de soi même quand un surpoids extrême mine la santé et met la vie en danger ? Non, disent les expertsétudes de graisse» (il n’existe pas de traduction française de ce terme « académique ») qui sont enseignés dans certaines universités nord-américaines et qui vont jusqu’à associer poids, racisme et colonialisme. Toute critique du poids serait malsaine, disent-ils, allant jusqu’à comparer la lutte pour les droits LGBTQ à la lutte contre la fatphobie, la discrimination envers les corps marginalisés. L’acceptation du poids, quel qu’il soit, est devenue un sujet »réveillé« . Certains vont même jusqu’à comparer la perte de poids et l’eugénisme, cette dangereuse pseudoscience qui vise à améliorer la race humaine.

Mariana Mazza n’est pas obèse morbide. Elle est, disons, enveloppée, pulpeuse. Elle ne promeut pas les « grands infinis » (l’expression anglaise infinifat décrit en langage universitaire ceux qui portent une taille 34 et plus). Je ne connais pas son opinion sur le sujet, mais je suis certain qu’elle parle avant tout au nom de la majorité des êtres humains, pauvres petites – ou grandes – créatures imparfaites que nous sommes.

Pour ma part, je crois que le mouvement d’acceptation du corps va trop loin. L’obésité morbide, la vraie, est une pathologie grave. On ne dit pas morbide pour rien. Et pas seulement. C’est également un obstacle à l’hygiène personnelle quotidienne, à la mobilité et au bien-être physique et mental. Inconfort permanent. Une vraie souffrance.

La journaliste et auteure Geneviève St-Germain a écrit un jour : « Je ne connais pas de gros gens heureux. »

Je me souviens avoir été fortement secoué par ses paroles, car à ce moment-là je traversais une phase d’acceptation heureuse et bienheureuse de mon corps. Mais je pense qu’elle avait raison.

À propos de son corps, Mariana Mazza écrit : « Certains jours, ça m’énerve. D’autres jours, il me regarde avec son air coquin. Pire même si ça résonne trop fort parfois. C’est celui qui m’a été prêté pour mes années de vie. J’ai un contrat limité avec lui. Et un jour, il sera enterré avec tous les autres. Cela finira au même endroit. Mais pour l’instant, ça existe.

Mariana Mazza ne promet rien : elle note et nous invite à faire un grand va te faire foutre à ceux que la vue d’un corps imparfait rend fous.

Merci pour ce rappel existentiel.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

NEXT S&P 500 : en attendant l’inflation américaine