Fred Dewilde, survivant de l’attentat du 13 novembre 2015 au Bataclan et dessinateur, s’est suicidé

Fred Dewilde, survivant de l’attentat du 13 novembre 2015 au Bataclan et dessinateur, s’est suicidé
Fred Dewilde, survivant de l’attentat du 13 novembre 2015 au Bataclan et dessinateur, s’est suicidé

L’auteur de bande dessinée, pilier de l’association Life for Paris, est décédé durant le week-end du 5 mai. Selon ses proches, il a succombé au « poison sournois propagé par les terroristes ».

«Ma vie désormais est guidée par cette soirée. C’est-à-dire que presque tout vient de cette soirée. Ce 5 septembre 2021, Fred Dewilde est reçu sur le tournage de https://twitter.com/CPolF5/status/1434586948237135877sur France 5. Alors que s’ouvre le procès des attentats du 13 novembre 2015, il décrit, la gorge nouée, les séquelles laissées dans sa vie par cette nuit désastreuse au Bataclan.

« Il s’avère que je me suis séparé de la mère de ma fille. J’ai perdu mon boulot. Je suis en pension d’invalidité. Et chaque jour, je suis presque à ma planche à dessin en train de dessiner par rapport au 13″, dévoile-t-il.

Ce week-end du 5 mai 2024, près de neuf ans après l’attentat terroriste, Fred Dewilde s’est suicidé, rapporte l’association Life for Paris, dont il était l’un des piliers.

La culture comme débouché

Le survivant, présent dans la tombe au moment où les assaillants ont frappé, a succombé à “ses blessures insupportables qui l’avaient meurtri pendant tant d’années”, à “ce poison sournois propagé par les terroristes du 13 novembre 2015”, ont écrit ses proches dans un texte. partagé par l’association, accompagné d’un dessin intitulé Amour, pardon, partage et connaissance.

Depuis les attentats, l’homme a choisi la culture comme vecteur pour exprimer sa souffrance. Mon Bataclan, La morsure, Guéris ma vie, spectacle en direct ou Conversation avec ma mort sont autant de témoignages du traumatisme qui l’a rongé ainsi que les autres survivants du 13-Novembre.

« Il a dit qu’une partie de lui était morte ce soir-là », rappelle sa famille dans le document diffusé sur les réseaux sociaux.

class="lozad">>
Extrait de « Mon Bataclan », de Fred Dewilde © BFMTV

“Dites à ceux que vous aimez que vous vous souciez d’eux.”

Mais ses proches se souviennent surtout de « son immense appétit de vie porté par l’amour qu’il donnait autant qu’il recevait, son énergie communicative, son humour caustique, ses œuvres poignantes, ses projets pleins de tiroirs fauchés en une nuit ». par une pulsion suicidaire insurmontable le rendant sourd à tout avenir.

Et ces derniers rappellent qui se cachait sous la carapace du créateur.

“Sous son extérieur de colosse bourru, Fred était un roc doux et sensible, une oreille attentionnée, un observateur attentif et toujours avec d’immenses bras grands ouverts dans lesquels chaque cœur saignant trouvait du réconfort.”

Le président de Life for Paris, Arthur Dénouveaux, lui a rendu hommage sur le réseau social. « Il aura passé ces 8 ans et demi de répit sans relâche à partager son humanisme. Il manquera à tous ceux qui l’ont connu ou lu. Dites à ceux que vous aimez que vous vous souciez d’eux.

La promesse d’un autre survivant

Lui aussi survivant de l’attentat, David Fritz Goeppinger lui a fait cette promesse : « Croyez-moi quand je vous dis que vos luttes seront les nôtres. Que nous n’oublierons jamais vos gros câlins. Jamais, vos coups de crayon et surtout jamais votre éternel sourire.

Sa famille considère elle aussi que « son héritage est un combat ».

« Le soldat Fred est tombé aujourd’hui et nous sommes ses héritiers », proclame-t-elle.

Sous les hommages à Fred Dewilde, les multiples messages de condoléances des internautes, personnalités ou anonymes, défilent sous la molette de la souris. Les mêmes qui ont accompagné la mort de Guillaume Valette.

Près de deux ans jour pour jour après la nuit du 13 novembre 2015, ce survivant du Bataclan s’est suicidé dans une clinique psychiatrique. En 2019, il a été reconnu par la justice comme la 131e victime de l’attentat.

Florian Bouhot Journaliste BFM Régions

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Un gendarme de 56 ans décède dans une collision frontale sur la D146, dans l’est du Loiret
NEXT Hydro-Québec a mal planifié la demande industrielle, selon le ministre Fitzgibbon