“des choses indicibles”, ces horribles messages que reçoit le père de l’adolescent

“des choses indicibles”, ces horribles messages que reçoit le père de l’adolescent
“des choses indicibles”, ces horribles messages que reçoit le père de l’adolescent

Les réseaux sociaux peuvent donner lieu à de véritables déferlements de haine. Depuis le meurtre du jeune Matisse, 15 ans, les commentaires haineux se multiplient sur les réseaux sociaux. Une situation qui a également provoqué le harcèlement d’un magistrat et la divulgation de l’adresse des parents du suspect.

Le 27 avril, la France est secouée par une terrible tragédie : le meurtre d’un garçon de 15 ans, Matisse, poignardé à mort. Un drame qui a eu lieu dans la commune de Châteauroux dans l’Indre après « une bagarre impliquant deux mineurs « . Le suspect, un autre adolescent du même âge, d’origine afghane, déjà connu de la justice, mis en examen pour le meurtre de Matisse. Sa mère est également soupçonnée d’avoir frappé le jeune homme alors qu’il était blessé au sol et placé sous contrôle judiciaire.

Une histoire terrible qui aurait pu provoquer une envie de vengeance de la part du père du jeune garçon. Contre les idées reçues, le père de famille, Christophe Marchais, avait alors publié le 30 avril un message touchant et émouvant en l’honneur de son fils sur les réseaux sociaux, appelant à la paix. S’il évoque un instant avoir pensé à la haine et à la colère, il choisit plutôt la voie de l’apaisement. C’est dans ce contexte que le papa de Matisse a accordé une interview sur France 3 publiée sur les réseaux sociaux de la chaîne.

Commentaires odieux sous la vidéo du papa de Matisse

Un entretien fort dans lequel Christophe Marchais appelle tous les Français au calme : « Je ne veux pas que quiconque s’approprie la mort de Matou, de quelque côté que ce soit. Il aimait tout le monde, je veux que tout le monde soit comme ça“, explique-t-il dans la vidéo. Or, cela ne semble pas avoir été respecté. Récupéré par l’extrême droite, le meurtre du jeune Matisse a donné libre cours à un déferlement de haine sur les réseaux sociaux. “Vendetta et pas de pitié» peut-on lire ci-dessous l’entretien de Christophe Marchais ou encore «je le brûle« .

Un cadre de la Reconquête ! du parti, Damien Rieu, a directement exposé le visage du principal suspect sur ses propres réseaux sociaux quand d’autres ont révélé son nom ainsi que l’adresse et le nom de ses parents. Une démarche à laquelle Christophe Marchais n’adhère pas, raconte-t-ilFrance 3 : “Je n’imaginais pas… Je reçois des messages privés disant : ‘Votre fils a été assassiné et vous demandez qu’on publie des loutres, honte à vous» avant de continuer :« Il faudrait que je déclare la guerre à je ne sais qui, je ne sais quoi. On se rend compte qu’il y a beaucoup d’idiots.»

Meurtre de Matisse : la toile prise d’assaut par des commentaires haineux

Ce n’est pas seulement l’interview du père de Matisse qui a été visée, la page de son restaurant sur Google a également reçu des commentaires abjects faisant référence à la mort de son fils : «Par contre, on m’a dit que leurs plats vieux de 15 ans étaient une tuerie“, nous pouvons lire. Commentaires “indicible» qui ont été supprimés par Christophe Marchais qui a confié le problème à la cyber police. Des signalements ont également été faits à Google, qui explique qu’il prend les choses en main et travaille avec les autorités »à propos de ce genre de situation« .

Mais sur le réseau social Telegram, c’est une toute autre histoire. Selon le premier président de la cour d’appel de Châteauroux, Alain Vanzo, et le procureur général près la cour d’appel, Éric Maillaud, «propos haineux et menaçants à l’encontre d’un ancien magistrat du tribunal judiciaire de Châteauroux» s’exprimaient en estimant «pouvoir reprocher, dans le cadre d’affaires pénales antérieures, la libération de ce mineur (le suspect)« . Vigilance donc pour »garantir l’indépendance de la justice» ce que les deux hommes ont commenté : «On ne peut que s’indigner de ce fait, au mépris de la loi qui réprime toute forme de menace et de haine en ligne et dans l’anonymat offert par Internet.» ajoutant que le magistrat «n’est jamais intervenu, à quelque titre que ce soit, dans une procédure civile ou pénale« .

Les gens? Tout un monde ! Passionnée de médias, de réseaux, de séries, de films et d’enquêtes d’investigation en tout genre, Jessica se tourne naturellement vers l’écriture et prend…

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Miss Pin Up Centre-Val de Loire : elle remporte le prix « coup de coeur » du jury
NEXT Le moustique tigre gagne du terrain dans la Vienne