longue journée de reconstitution sous haute sécurité à… – .

Dans un centre-ville de Nanterre bouclé par la police, la justice a organisé toute la journée de dimanche une reconstitution des lieux de la mort de Nahel, tué par balle par un policier le 27 juin 2023, un drame qui a été suivi d’émeutes d’une ampleur exceptionnelle. échelle.

Dans cette affaire devenue pour certains un symbole des violences policières, la reconstruction, qui s’est déroulée dans le calme, a cherché à confronter les protagonistes de l’affaire à leurs déclarations contradictoires sur les circonstances qui ont conduit un motocycliste de la police à tirer sur l’adolescent de 17 ans.

Selon les éléments de l’enquête, suite à une course-poursuite, la Mercedes conduite par Nahel a été stoppée par la circulation. Une première version policière, selon laquelle le jeune homme aurait foncé sur un motocycliste de la police, a été rapidement démentie par une vidéo de la scène diffusée sur les réseaux sociaux.

On voit deux policiers sur le côté du véhicule, pointant leurs armes sur le conducteur. L’un d’eux lui tire dessus alors que le véhicule redémarre. La voiture s’est ensuite écrasée contre un bloc de béton, quelques dizaines de mètres plus loin.

La police a affirmé qu’ils étaient en danger de mort car ils étaient coincés entre la voiture et un mur. Des témoins ont déclaré avoir entendu les policiers menacer l’adolescent. Les deux autres passagers de la voiture, âgés de 14 et 17 ans au moment des faits, ont affirmé que Nahel avait été frappé aux bras avec une matraque.

La voiture jaune dans laquelle ils se trouvaient au moment de l’incident a été transportée dimanche par une dépanneuse à proximité du lieu où l’adolescent a été tué, tandis qu’un véhicule similaire était conduit pour procéder à la reconstruction, réalisée sous forte protection policière.

Gendarmes et policiers n’ont pas réagi lorsque des détonations ont retenti dans l’après-midi, probablement nécessaires pour reproduire la scène.

Une dizaine de camions des forces de l’ordre et des barrières avaient été prépositionnés pour interdire l’accès au quartier, des policiers avaient été déployés sur les toits du quartier et un drone a survolé les lieux, ont constaté des journalistes de l’AFP.

Derrière l’important déploiement visant à tenir à distance les journalistes et les badauds et à sécuriser les lieux, le tronçon de route où le policier a tiré sur Nahel était caché aux regards par des barricades métalliques.

– Des policiers cagoulés –

Les deux policiers intervenus lors du drame étaient cagoulés pour cacher leur identité. “Mon client est très menacé, il n’est pas question pour nous de voir son visage, même pendant la procédure”, a expliqué l’avocat du prévenu, Me Laurent-Franck Liénard, sur France Inter.

Surveillance autour du chantier de reconstitution des lieux de la mort de Nahel, à Nanterre dans les Hauts-de-Seine le 5 mai 2024

Geoffroy VAN DER HASSELT – AFP

En présence de leurs avocats, le policier responsable de la fusillade, le collègue qui l’accompagnait et plusieurs témoins ont été interrogés sur place par les juges d’instruction, soucieux de savoir si le brigadier Florian M., mis en examen pour homicide volontaire, était en danger de mort. danger au moment du coup de feu.

“Ça s’est bien passé”, a commenté Me Nabil Boudi, avocat de la mère de Nahel, en quittant les lieux de la reconstruction, sans faire d’autres commentaires.

Me Liénard a également quitté les lieux sans parler.

“Pour la première fois, toutes les parties seront confrontées à leur témoignage sur les lieux du crime, c’est un moment fort”, avait souligné M. Boudi à l’AFP en début de semaine.

Présente à proximité de l’appareil, la mère de Nahel n’a pas souhaité s’exprimer devant les médias.

Non loin de ce carrefour très fréquenté, certains immeubles portent encore les stigmates des nuits d’émeutes qui ont suivi la mort de l’adolescent de 17 ans.

Un gendarme sécurise le périmètre où s'organise la reconstitution des lieux de la mort de Nahel, à Nanterre dans les Hauts-de-Sine, le 5 mai 2024

Un gendarme sécurise le périmètre où s’organise la reconstitution des lieux de la mort de Nahel, à Nanterre dans les Hauts-de-Sine, le 5 mai 2024

Geoffroy VAN DER HASSELT – AFP

Écoles, tribunaux et autres bâtiments publics attaqués, magasins pillés : des dégâts estimés à un milliard d’euros ont été enregistrés sur tout le territoire, selon un rapport du Sénat.

Florian M., motocycliste de la police âgé de 38 ans au moment des faits, a été placé en détention provisoire pour cinq mois. Il a été libéré et placé sous contrôle judiciaire en novembre après plusieurs demandes de son conseil.

Par Joseph SOTINEL / Nanterre (AFP) / © 2024 AFP

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Procès Trump, tempêtes du Sud, Moyen-Orient, immigration, marijuana
NEXT l’essence et le diesel plus chers aujourd’hui