Une nouvelle monnaie des BRICS pourrait-elle détrôner le dollar ? – .

Une nouvelle monnaie des BRICS pourrait-elle détrôner le dollar ? – .
Descriptive text here

Aujourd’hui, le dollar est la monnaie la plus utilisée et la plus puissante au monde. Elle constitue une unité de compte, c’est-à-dire qu’elle permet de fixer le prix de chaque bien. C’est également la monnaie dans laquelle s’effectuent la plupart des transactions financières et une grande partie du commerce.

Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, les États-Unis bénéficient de ce que Valérie Giscard d’Estaing qualifiait en 1964 de « privilège exorbitant ». C’est le caractère unique des États-Unis en termes fiduciaires, qui signifie qu’ils ne peuvent pas subir de crise de balance des paiements, puisque le pays paie ses importations avec sa propre monnaie. « Les États-Unis peuvent se permettre de vivre au-dessus de leurs moyens, car ils n’ont pas besoin de justifier la valeur du dollar par leur contexte économique national. Le dollar, étant donné qu’il est la monnaie internationale, se justifie par la dynamique internationale », résume Carl Grekou, économiste au Centre de prospective et d’information internationale (CEPII).

Même après que le président Richard Nixon a mis fin le 15 août 1971 aux accords de Bretton Woods qui organisaient le Système monétaire international (SMI) autour du dollar américain convertible en or, le billet vert est resté la monnaie de référence. « Comme tout le monde a investi dans le dollar et que personne n’est prêt à perdre sa richesse pour migrer vers une autre monnaie, alors le dollar ne représente rien, mais comme c’est l’unité de compte et la réserve de valeur, alors [il] prend soudain une valeur. »

Cette domination fiduciaire n’est pas sans critiques, et certains pays des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) ont souvent évoqué l’idée de créer une nouvelle monnaie de réserve. « Derrière cette volonté d’échapper au dollar, il y a une volonté de réduire l’influence politique américaine », indique l’économiste. Car en fait, l’utilisation du dollar comme monnaie internationale « oblige tous les pays tiers qui veulent effectuer des transactions entre eux à passer par le dollar, et donc mécaniquement, compte tenu de l’extraterritorialité du droit américain, les États-Unis ont le droit d’inspection. »

Ainsi, cette dynamique de « dédollarisation » a été récemment accélérée par la Russie. En avril 2023, Alexandre Babakov, alors vice-président de la Douma, annonce la création d’une nouvelle monnaie, débattue lors du sommet des BRICS à Durban. Victime des sanctions occidentales depuis l’invasion de l’Ukraine le 24 février 2022, « la Russie dispose de 300 milliards d’avoirs gelés. » Aux yeux des pays BRICS, voire du monde entier, « si les pays occidentaux peuvent se permettre d’imposer de telles sanctions financières à la Russie et de confisquer ces 300 milliards de réserves, alors ces économies peuvent se permettre de le faire pour tous les autres pays. » La crise en Ukraine a donc catalysé cette volonté de dédollarisation.

Les BRICS ne sont pas le seul groupe à vouloir rompre avec cette influence américaine sous-jacente. « Même au sein des pays européens, c’est un mouvement que les gens veulent », relate l’économiste, avant de préciser que ces derniers acceptent cette hégémonie parce que « somme toute, ils en profitent. » Le vieux continent étant l’un des principaux partenaires commerciaux des Etats-Unis, explique qu’il « bénéficie également de ce privilège exorbitant. »

Au sein du SMI, la cohabitation de deux monnaies internationales est du jamais vu. « L’hégémonie monétaire ne peut être partagée, car elle s’accompagne de certains privilèges qui ne peuvent être partagés. » C’est pourquoi « la chute du dollar ne sera pas très douce », selon Carl Grekou. L’expert estime qu’« il y aura potentiellement un conflit, car les États-Unis ne peuvent pas se permettre de renoncer au privilège qu’ils ont avec le dollar. »

Pour lui, la volonté de créer une nouvelle monnaie est « bien plus un projet politique qu’autre chose. » Loin de s’en tenir au seul plan économique, l’alliance des BRICS pourrait, à terme, bousculer l’ordre géopolitique mondial.

En effet, les pays BRICS connaissent aujourd’hui une croissance économique nettement supérieure à celle des pays développés. En 1990, leur poids dans le PIB mondial atteignait à peine 10 %, contre 25,5 % en 2018. Parmi eux, la Chine a le taux de croissance le plus élevé, atteignant 8,4 % en 2021. La force des BRICS est qu’ils détiennent l’essentiel des réserves mondiales. de matières premières, telles que le pétrole, le gaz naturel, les minerais et les métaux précieux. Dans un entretien avec Giuliano Noci, responsable de la Chine à l’École Polytechnique de Milan, il a été révélé que les BRICS élargis ont désormais la capacité de créer un cartel majeur dans le domaine des matières premières.

“Si les BRICS réussissent, comme ils le font, à monopoliser les marchés de l’énergie et des matières premières, alors le réseau du système monétaire international du dollar tel que nous le connaissons aujourd’hui serait nettement moins important”, prévient Carl Grekou.

Souvent pointées du doigt, les différences culturelles et politiques des pays BRICS ne seraient pas un obstacle à cette nouvelle monnaie selon l’économiste. « On regarde beaucoup les différences entre ces pays, mais ce sont les mêmes différences qu’on pouvait avoir entre les différents pays quand on plaçait le dollar au cœur du système monétaire international avec Bretton Woods. »

La monnaie BRICS, si elle est aujourd’hui un projet réaliste, doit encore remplir toutes les fonctions académiques de la monnaie (réserve de valeur, unité de compte et moyen d’échange), pour pouvoir espérer rivaliser avec le dollar. Aujourd’hui, le projet est limité par la fonction de réserve de valeur, c’est-à-dire le stockage de la valeur dans le temps sans risquer sa destruction. « Une fois cette équation résolue, il n’y aura plus de limites pour cette nouvelle monnaie. »

Autrefois indexé sur l’or, le dollar conserve désormais sa fonction de réserve de valeur grâce au fait qu’un très grand nombre de personnes y ont investi. Pour les BRICS, « cela pourrait être autre chose » que l’or, par exemple « un certain pouvoir d’achat en matière de matières premières ». »

Le projet d’une nouvelle monnaie commune aux BRICS est donc « tout à fait possible » et même « cohérent » selon Carl Grekou. Pourtant, rien ne dit que cette monnaie « sera suffisamment puissante, suffisamment attractive, pour remplacer le dollar. » Si le projet devait voir le jour, il pourrait du jour au lendemain « mettre une contrainte forte sur les perspectives économiques des pays avancés », conclut l’économiste.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Point de marché – Wall Street attend l’inflation américaine, l’Europe monte avec les résultats
NEXT scanner, échographie, oncologie… Ce centre hospitalier vétérinaire est à la pointe de la technologie