« On ne gagne pas un match avec trois arrêts… » – .

« On ne gagne pas un match avec trois arrêts… » – .
Descriptive text here

Grégory, le jour où on attendait un grand H, il a manqué de lucidité, de densité et n’a pas bénéficié d’arrêts ?

Il avait définitivement plus d’énergie que nous. Nous avons pris très peu d’avantage en attaque dans les duels. Quand on ne prend pas d’avantages, que ce soit dans les duels ou dans le jeu autour du pivot, c’est compliqué. Cependant, j’ai vu très peu de joueurs qui ont pris des avantages soit dans le jeu autour du pivot, soit dans le duel. La notion de fatigue, je ne sais pas, en tout cas, ils nous ont mis en difficulté dans nos duels offensifs et défensifs. Ils ont montré qu’ils étaient bons physiquement, qu’ils étaient capables d’enchaîner des matches comme ça. Je n’ai pas encore les raisons, je vais y réfléchir. Il me semblait que nous avions bien préparé ce match.

Est-ce que ça fait mal d’encaisser des buts à la fin d’une possession ?

Ils ont été extrêmement patients, ils ont montré pourquoi ils étaient champions d’Europe en titre. C’est une équipe qui joue très très bien, qui est patiente et qui a de l’expérience. Elle a su répondre à beaucoup de problèmes que nous avons essayé de leur poser, mais nous avons surtout souffert dans les duels, tant en attaque qu’en défense. J’aurais imaginé qu’on pouvait encore gagner quelques duels en attaque mais on était en difficulté. Le seul qui en a gagné quelques-uns a peut-être un peu trop porté le ballon (Minne), mais ce n’est pas tout… Quand on a une telle énergie défensive, de temps en temps, il faut être récompensé…

Une manière de dire que vous avez manqué d’arrêts de gardien ?

C’est un peu ce que je venais de dire de façon détournée. Trois arrêts en soixante minutes, ce n’est pas beaucoup. Je ne vois pas comment on peut gagner un match comme ça. Je ne pointe pas du doigt les gardiens mais c’est vrai qu’à ce niveau de la compétition, l’adversaire gagne aussi beaucoup de confiance à chaque fois qu’il marque. Il n’y a pas de doute. Peut-être qu’à un moment nous n’avons pas réussi à les arrêter en défense mais nous avons été obligés de prendre des risques, de superposer, nous avons manqué de patience défensivement, mais aussi parce que nous n’avons pas été récompensés.

” Ça passe ou ça casse “

Mathias Gidsel en attaque, Dejan > Milosavljev dans les buts, Berlin a donné une leçon au H. | MARC ROGER
Afficher en plein écran
Mathias Gidsel en attaque, Dejan > Milosavljev dans les buts, Berlin a donné une leçon au H. | MARC ROGER

Que dites-vous à votre vestiaire à la mi-temps après cette première période qui n’est pas une des meilleures en H depuis longtemps ?

Je dis que nous sommes menés à deux buts, ce qui était l’objectif lorsque j’ai vu l’apparition de la première mi-temps avec trois arrêts du gardien. Donc bien moins qu’eux. Je me dis qu’on n’était pas si loin dans le match. Si nous avions encore deux ou trois arrêts, nous finirions par obtenir un match nul. La première mi-temps a été équilibrée en termes de jeu. Je leur dis, nous allons continuer à jouer, défendre notre but, et ensuite nous essaierons de faire quelques arrêts supplémentaires… Mais je pense qu’il n’a fait aucun arrêt en seconde période.

Et tu essaies tout ?

Il faut prendre des risques, on est allé au 1/5, au strict, au double strict… Il faut essayer de perturber l’adversaire. Cela a fonctionné quelques minutes mais nous avons reçu un carton rouge qui nous a fait mal. Je pense qu’on avait encore la possibilité à ce moment-là de récupérer deux ou trois ballons. Après, c’était fini. On prend des risques, ça fait ou ça casse. Mais il fallait le faire. Nous étions à moins cinq, nous n’avons récupéré aucun ballon lors des arrêts. La défense a tout essayé, mais cela n’a pas fonctionné. Il fallait les pousser pour soit tirer plus vite, soit perdre des balles, c’est toujours le jeu… Ça a marché un peu mais pas assez longtemps…

HBC Nantes – Berlin 30-37 (16-18)

HBC NANTES. Gardiens : Pesic (2/23 dont 0/2 stylo), Biosca (2/18 dont 0/3 stylo) ; Buteurs : Briet (2/7), Minne (5/9), Maqueda (2/3), Rivera (6/7 dont 2/3 pen), Cavalcanti (1/1), Avelange Demouge (3/3), Damatrin (3/3), Bos (2/5), De la Bretèche (1/1), Hoghielm, Toto (2/3), Monar (1/2), Odriozola (2/2), Simonnet. Entraîneur : Grégory Cojean.

FÜCHSE BERLIN. Gardiens : Kireev, Milosavljev (13/43 dont 0/2 stylo) ; Buteurs : Wiede ()3/4, Darj (8/8), Tollbring (1/1), Andersson (9/11), Lindberg (8/8 dont 5/5 pen), Gidsel (6/7), Freihöfer (1/3), Langhoff (1/1), Av Teigum, Jacobs, Drux. Entraîneur : Jaron Sieweret.

Arbitres : Bartosz Lescynski et Marcin Piechota (POL). 5 902 spectateurs

Exclusions temporaires : Minne (21′), Cavalcanti (24′), Toto (38′) pour Nantes ; Wiede (17′), Darj (22′) pour Berlin. Expulsion : Odriozola (54′)

Les autres matchs : Flensbourg – Sävenhof 28-29 (41-30), Skjern – Dinamo Bucarest 34-38 (27-28) Sporting Lisbonne – Rhein-Neckar (29-32).

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Avertissement urgent alors que le produit populaire pour enfants est rappelé en raison de craintes de chocs et de blessures internes
NEXT La déception des supporters stéphanois après la défaite contre Quevilly-Rouen. Les doutes de l’entraîneur sur l’issue des événements. – .