Dupond-Moretti craint que « les propos de ce type ne soient rendus publics »

La séquence deCorrespondant mettant en scène Divine Kinkela, une aide-soignante noire vivant à Montargis, dans le Loiret, continue de faire sensation. “Je crains que les propos de ce type ne soient rendus publics”, a commenté le ministre de la Justice, Eric Dupond-Moretti, sur le plateau de BFMTV ce samedi.

Ces propos sont ceux des voisins de Divine Kenkela, un couple blanc sympathisants du Rassemblement national (RN), qui l’insultent devant la caméra. « Vous y êtes encore ? Est-ce qu’on vous a invité ? Non ! S’en aller ! J’ai quitté les logements sociaux à cause de gens comme vous. On fait ce qu’on veut, on est chez nous. Allez à la niche ! », dit la femme, le visage flou. Elle est fonctionnaire du tribunal d’instance de Montargis et le Garde des Sceaux a demandé un rapport en vue de sa suspension.

“J’entends des choses que je ne veux pas entendre”

“Il y a cet exemple, il y en a d’autres”, a poursuivi Eric Dupond-Moretti à propos de ces propos racistes. Je suis sur les marchés (…) et j’entends un certain nombre de choses que je ne veux pas entendre dans ce pays que j’aime tant.»

Faut-il craindre une « libération » de ce type de discours en cas de victoire du RN aux législatives ? « Je ne peux pas envisager une seule seconde une victoire du Rassemblement national », souligne le ministre auprès de nos confrères. Et de répéter un constat plus qu’alarmant : « Les Français assistent (aujourd’hui) à une propagation terrifiante de l’antisémitisme et des propos racistes au sens large du terme ».

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Lane Hutson ne sera pas au camp de développement des Canadiens – .
NEXT Benoît-Olivier Groulx à Laval : le scénario parfait