Les raisons du succès – Causeur

Les raisons du succès – Causeur
Les raisons du succès – Causeur

Le succès dans les sondages du Rassemblement national dimanche dernier est l’illustration d’un puissant ras-le-bol populaire envers les élites des métropoles, sourdes aux angoisses identitaires, ayant ruiné l’assimilation française dans la mondialisation. Ce n’est pas le grand retour de la « sale bête » ou un vote majoritairement raciste.


La France raciste. L’extrême droite de Zemmour et Le Pen voudrait expulser tous les musulmans de France. S’ils ne sont pas victimes de discrimination en raison de leur religion ou de la couleur de leur peau, ils se verront refuser l’accès à la pleine citoyenneté parce qu’ils sont noirs, arabes ou musulmans. Ils seraient les victimes, les boucs émissaires désignés d’une France malade de peur et de haine. Victimes, mon œil ! Maintenant, c’en est assez de cette blague. La France est l’un des pays les moins racistes au monde et certainement moins raciste que les pays du Maghreb. Parlez aux noirs qui vivent au Maroc, en Algérie, en Tunisie ! Lorsqu’ils ne sont pas expulsés manu militari dans le désert sans eau ni nourriture, ils sont harcelés, méprisés, véritablement discriminés.

Les professionnels français sont toujours les bienvenus

Les Français veulent bien vivre avec des gens qui ont une autre couleur de peau et une autre origine. La France le fait depuis longtemps. Elle assimile. Mais elle ne veut pas qu’on importe des coutumes étrangères à sa civilisation. Elle ne veut pas de racistes, d’antisémites, de sexistes, d’homophobes, de fanatiques de la charia, de criminels et de meurtriers sans cœur. Elle ne veut pas être méprisée. Elle veut être aimée. À ceux qui l’aiment et la respectent, elle leur rend son amour. Ils connaissent bien ceux qui ont adopté la France sans rien renier de ce qu’ils ont été, ces Français de cœur et de branche et qui veulent s’enraciner comme d’autres avant eux. Ils sont heureux en France et savent qu’ils peuvent mener une vie belle, à égalité avec leurs compatriotes, issus du même milieu social. Parfois, c’est sûr, il y a des frictions, des incompréhensions, des incompréhensions mais il y en a aussi pour d’autres Français « autochtones », propriétaires d’un monde qui prétend ne plus avoir besoin d’eux : agriculteurs, ouvriers, salariés chassés des métropoles et des villes-centres. , sans réel accès aux transports urbains, au logement et à l’emploi dans ces métropoles.

A lire aussi, Paul Rafin : Le RN, plus gaulliste que Les Républicains ?

Un monde arrive, et ils le pressentent bien, où ceux qui viennent d’ailleurs, le plus souvent de l’autre côté de la Méditerranée, serviront d’esclaves aux nouveaux maîtres ou les remplaceront peu à peu par la force d’hommes revanchards, délinquants ou conquérir des minorités qui veulent leur part du gâteau qui se rétrécit pour les plus défavorisés dans la compétition sociale. Il suffit de comprendre cela pour saisir directement la peur du grand remplacement. Gros remplacement déjà présent ou prévisible.

Ne méprisez pas la peur, écoutez-la et comprenez-la

La peur ne doit jamais être ignorée. Parfois, la peur avertit du danger et constitue un signal d’alarme qu’il faut écouter. Et nous devons écouter ceux qui ont peur. Ceux qui ont le sentiment qu’on leur vole territoire, dignité et identité. Ces Français de toutes origines qui sont pillés, volés, agressés quotidiennement. Ces musulmans qui ont peur d’être chassés de cette France qui est leur nouvelle patrie, parfois depuis plusieurs générations, les confondant avec des criminels et des fanatiques. Ces juifs qui sont harcelés et contraints de vivre dans la précarité. Ne me dites pas que je suis raciste. Mes amis le savent, tous ceux qui me connaissent, il n’y a pas de racisme en moi. Pas de mépris ni de haine à cause de la couleur de la peau ou de l’origine. Il n’y a qu’une sainte fureur contre les mensonges qu’on nous raconte pour faire taire notre désir de vivre libre en compagnie de tous ceux qui veulent cette même liberté. Faire taire notre envie d’être nous-mêmes, de nous retrouver en guérissant du mieux possible nos larmes, nos divisions, notre désespoir, notre léthargie.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

NEXT Benoît-Olivier Groulx à Laval : le scénario parfait