Le Soleil de Châteauguay | Une exposition rend hommage au sculpteur Georges Henri Tardif – .

La Société du patrimoine de Sainte-Martine a réalisé une exposition sur le sculpteur et artiste Georges Henri Tardif, décédé en 2023, et qui met en valeur certaines de ses œuvres.

« C’est étonnant la somme de travail qu’il a accomplie, mentionne le coprésident de la Société, Joël Dulude. J’ai été le premier à être étonné ! Sa fille Fabienne Tardif a écrit un livre sur son père et on y voit à peu près tout ce qu’il a fait. Il fait près de 200 pages. »

Jusqu’au 31 août, le public est invité à admirer différentes sculptures réalisées en bois et en métal martelé.

Celles-ci portent sur des thèmes religieux, sociaux et politiques, ainsi que sur des œuvres d’artistes connus. Une œuvre du musée rend également hommage à l’ancien joueur de football canadien de Sainte-Martine, Gabriel Grégoire, qui a remporté la Coupe Grey en 1977 avec les Alouettes de Montréal.

A sculpture in tribute to Canadian football player Gabriel Grégoire. (Photo: Le Soleil – Tristan Ouimet)

Parmi les œuvres religieuses, on trouve au milieu du musée une grande sculpture en bois peint représentant sainte Thérèse.

Une sculpture représentant Mère Teresa. (Photo : Le Soleil – Tristan Ouimet)

Parmi les œuvres à vocation sociale, un croquis de M. Tardif sur la crise d’Oka est exposé sur un mur du musée. Une image de l’œuvre finale de la sculpture en bois est également présente sous le croquis.

Croquis de Georges-Henri Tardif avant la réalisation de sa sculpture en bois sur la crise d’Oka. (Photo : Le Soleil – Tristan Ouimet)

Parmi les œuvres inspirées d’œuvres d’artistes renommés, on trouve une reproduction de la Pietà de Michel-Ange.
En plus des sculptures, les visiteurs peuvent voir Georges Henri Tardif en action dans des photographies, des articles de journaux sur lui et sur les événements de l’époque, ainsi que certains des outils de M. Tardif.

Certaines oeuvres proviennent de l’église Saint-Clément de Beauharnois et de la Maison Le Pailleur. M. Dulude informe qu’un sculpteur viendra bientôt au musée pour animer des ateliers de sculpture.

Un peu d’histoire

69cb5889bb.jpg

Un livre de sa fille Fabienne Tardif qui met en lumière la vie de son père, ainsi que la quasi-totalité de son œuvre. (Photo : Le Soleil – Tristan Ouimet)

Dès son jeune âge, Georges Henri Tardif, né le 21 mars 1936 à Montmagny et arrivé à Beauharnois à l’âge de 7 ans, développe sa passion pour la sculpture.

Alors qu’il travaille plusieurs années comme machiniste chez Alcan à Beauharnois de 1955 à 1972, M. Tardif présente sa première exposition au public en 1965; c’est durant cette période qu’il commence à vivre un peu de son art.

Il participe par la suite à plusieurs autres expositions aux côtés d’autres sculpteurs tels qu’Armand Vaillancourt.
En quittant son emploi chez Alcan, Georges Henri Tardif put se consacrer entièrement à son métier de sculpteur.

En 1977, il crée sa célèbre œuvre Réflexion d’antanune réplique d’un village d’antan.

Lui qui a également construit une maison à Sainte-Martine et y a vécu près de 20 ans, M. Tardif revient à Beauharnois en 1987 avec son épouse Rita Bergevin et se consacre à l’enseignement pendant 15 ans.
C’est dans les années 70 et 80 que ce sculpteur fut prolifique.

En 1990, Georges Henri Tardif s’intéresse à la peinture, peignant des toiles et également quelques sculptures.
Plusieurs de ses œuvres font également partie de la collection permanente du Musée de Charlevoix.

(Source : Société du Patrimoine de Sainte-Martine)

À LIRE : Le prix Reynald-Piché 2019 revient au sculpteur Georges Tardif

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV brocantes et brocantes le week-end du 13 et 14 juillet – .
NEXT Prévisions météo pour le lundi 15 juillet 2024 à Alès et ses environs – .