Pierre Poilievre prononce un discours lors d’un rassemblement partisan conservateur à Montréal

Pierre Poilievre prononce un discours lors d’un rassemblement partisan conservateur à Montréal
Pierre Poilievre prononce un discours lors d’un rassemblement partisan conservateur à Montréal

Il faisait chaud à l’Auditorium Grover mercredi soir à Montréal, et ce n’était pas à cause de la canicule. Le chef du Parti conservateur du Canada (PCC), Pierre Poilievre, a prononcé un discours devant des centaines de partisans enthousiastes… et une poignée de manifestants.

Pierre Poilievre a surtout mené une charge formelle contre Justin Trudeau, qu’il accuse de promouvoir une idéologie « extrême » et « radicale » afin de diviser les Canadiens pour qu’ils « oublient leurs difficultés ».

Crime, « chaos », « désordre » : « tout est brisé » au Canada, selon M. Poilievre. Il a accédé à une grande partie de son discours sur l’économie, affirmant vouloir faciliter la vie des entrepreneurs et réduire les impôts.

Il s’est également opposé à une « économie folle » (« wackonomics ) — des politiques économiques libérales qu’il juge trop inutiles et inefficaces — à une économie de « bon sens », qui consisterait, entre autres, à trouver un dollar d’économie pour chaque nouveau dollar de dépenses.

La crise du logement, thème favori des conservateurs, a été mise en avant. Le PCC ne ménagerait aucun effort pour atténuer la pénurie, selon M. Poilievre, notamment en vendant des terrains et des immeubles gouvernementaux en logements. « Cela me fait chaud au cœur de penser aux familles qui [déménager] dans leur nouvelle maison dans l’ancien siège social de CBC », a-t-il déclaré en anglais seulement, un clin d’œil à sa promesse de réduire le financement de la société d’État.

Il s’en est également pris à la mairesse de Montréal, Valérie Plante, qu’il a qualifiée de « aussi incompétente que Justin Trudeau » puisqu’elle ralentit la construction de logements en raison d’une trop grande bureaucratie, selon lui. Il a tenu un discours similaire à son sujet l’hiver dernier. M.moi Plante a également été lourdement huée par la foule.

Candidat Oberman dans Mont-Royal

Situé à deux pas du Musée de l’Holocauste, dans l’arrondissement Mont-Royal, le choix du lieu de rassemblement n’a pas été anodin. La circonscription compte une importante population juive et est actuellement représentée par le député libéral Anthony Housefather.

Ce dernier avait envisagé de tourner le dos aux libéraux fin mars après l’adoption d’une motion au Parlement qui demandait au gouvernement de travailler “en vue de la création de l’Etat de Palestine dans le cadre d’une solution négociée entre deux Etats”. . Il a changé d’avis quelques semaines plus tard.

C’est l’avocat Neil Oberman qui tentera de se faire élire dans la circonscription lors du prochain scrutin. Ce printemps, M. Oberman a représenté deux étudiants de l’Université McGill devant la Cour supérieure de Montréal pour demander une injonction interdisant aux groupes pro-palestiniens de manifester à proximité des bâtiments universitaires.

« Le programme radical [de Justin Trudeau] crée la criminalité, le chaos et le désordre dans nos communautés », a déclaré le candidat aspirant au début du rassemblement dans un discours principalement en anglais. Il a également visé directement M. Housefather, affirmant qu’il contribuait à maintenir au pouvoir « le premier ministre le plus anti-israélien que le Canada ait jamais connu ».

L’épouse du chef conservateur, Anaida Poilievre, s’est ensuite adressée à la foule, rappelant le parcours d’immigration de ses parents. Montréal est « ma maison », a-t-elle déclaré dans un français impeccable aux côtés de ses deux enfants.

Partisans vaincus et camarade de brasse

L’enthousiasme palpable dans la salle laisse-t-il présager une percée conservatrice à Montréal lors des prochaines élections fédérales ? «Je l’espère, mais je n’en suis pas sûr», déclare Charles Pearson, militant de 23 ans. Il croit néanmoins aux qualités de leadership de Pierre Poilievre et à son message de saine gestion des finances publiques.

« J’ai été très impressionnée par son discours », a déclaré Pearl Zaritsky Cooper, ancienne partisane libérale devenue conservatrice à l’époque de Stephen Harper. «Je le trouve ouvert et honnête», a déclaré le Côte-Saint-Luc. Je crois que cela améliorera vraiment la qualité de vie des Canadiens. »

Tout le monde n’a pas été aussi réceptif aux propos de M. Poilievre. À au moins trois reprises, des manifestants ont tenté d’interrompre son discours en scandant des paroles – enterrées par la foule – et en tentant de dévoiler des pancartes et une banderole. Le chef conservateur a poursuivi son discours sans broncher et les individus ont été escortés de manière musclée vers la sortie, sous les huées de la foule.

A voir en vidéo

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV résultats pour Paris, Créteil et Versailles attendus à 11h – .
NEXT Villeurbanne. Un homme saute dans le canal de Jonage et se noie