Tout est possible pour le Canada en athlétisme à Paris

Tout est possible pour le Canada en athlétisme à Paris
Tout est possible pour le Canada en athlétisme à Paris

Si les étoiles s’alignent à Paris, ce bilan pourrait être amélioré compte tenu du potentiel des athlètes qui participeront aux compétitions au Stade de France.

Sur la piste masculine, André De Grasse est monté à trois reprises sur le podium à Tokyo. Il aura fort à faire pour rééditer cet exploit. Si ses chances de réussite semblent bonnes sur le 200 m et le relais 4 x 100 m, on se demande s’il pourra remporter une médaille sur le 100 m.

Après un mauvais départ lors des derniers JO, De Grasse parvient à décrocher le bronze, devant l’Italien Lamont Marcell Jacobs et l’Américain Fred Curley.

Pourtant, depuis cet exploit, réalisé en 9,89 s, son record personnel, De Grasse ne parvient plus à courir sous les 10 secondes depuis septembre 2021. Depuis qu’il est gêné par des blessures, ses meilleurs temps sont de 10,05 s en 2022, en 10,16. s en 2023 et 10,10 s jusqu’à présent cette année.

L’Ontarien de 29 ans n’est donc pas encore qualifié pour le 100 m, la norme étant fixée à 10,00 s. S’il n’y parvient pas d’ici là, il aura une dernière chance à la fin du mois lors des sélections nationales à Montréal.

Actuellement, l’homme aux six médailles olympiques est classé 32e, ce qui lui permettrait de se rendre à Paris où se présenteront 56 coureurs.

Il n’en reste pas moins que 23 athlètes ont couru sous les 10 secondes l’année dernière. Parmi eux, neuf ont réalisé un temps inférieur à 9,90 s. Le Jamaïcain Oblique Séville est l’homme le plus rapide jusqu’à présent en 2024 grâce à sa victoire à domicile la semaine dernière au Grand Prix de Kingston. Séville y a couru en 9,82 s, sa meilleure performance de tous les temps. Il a même battu l’Américain Noah Lyles (9,85 s).

Lyles domine également le classement mondial du 200 m avec son temps de 19,47 s. De Grasse, médaillé d’or à Tokyo sur cette distance, est actuellement 7e (19,76 s).

Marco Arop a décroché le bronze en 2022 avant d’être sacré champion du monde du 800 m l’année suivante.Photo : AP/Ashley Landis

Au 800 m, l’Albertain Marco Arop, champion du monde en titre, voudra se relever après avoir été exclu de la finale à Tokyo. Il est actuellement 2ème mondial avec son temps de 1 min 42 s 85/100, réalisé à Eugene en septembre 2023. Seul le Kenyan Emmanuel Wanyonyi a fait mieux ce jour-là en 1:42.80, ce qui lui vaut la 1ère place du classement.

Au 5000 m, le Canadien Mo Ahmed, médaillé d’argent aux Jeux de 2021, sera à surveiller. À ses quatrièmes Jeux olympiques, le vétéran de 33 ans est classé 12e au monde avec son temps de 12:54,22 réalisé à Los Angeles en mai.

Ahmed est également 9ème au 10 000 m. Le coureur ontarien a de l’expérience dans les épreuves majeures, mais il lui faudra connaître une bonne journée pour remporter une médaille dans l’une ou l’autre de ces épreuves.

Jean-Simon Desgagnés à la Coupe du monde de BudapestPhoto : Getty Images / AFP/Kirill Kudryavtsev

Au 3000 m steeple, Jean-Simon Desgagnés, 8e aux mondiaux en 2023, peut espérer une place en finale à ses premiers JO. Une médaille semble cependant peu probable.

Le Britanno-Colombien Evan Dunfee, dans le 20 km marche, pourrait tirer son épingle du jeu. Médaillé de bronze à Tokyo, lors de la défunte épreuve du 50 km, Dunfee est actuellement 13e mondial.

Chez les femmes, Audrey Leduc connaît un printemps exceptionnel en battant deux records canadiens. En avril, la sprinteuse de Gatineau a réalisé un temps remarquable de 10,96 s au 100 m, ce qui la plaçait au 15e rang mondial. Ce temps serait sans doute insuffisant pour une place en finale, mais il faudra voir si elle continue de progresser d’ici les JO de Paris.

Son temps de 22,36 au 200 m il y a deux semaines à Atlanta la place à la 14e place. Leduc, 25 ans, n’est pas un espoir de médaille cette année, mais en 2028, à Los Angeles, peut-être sera-t-elle une sérieuse prétendante au podium ?

Du talent sur le terrain

Camryn Rogers célèbre avec sa médaille d'or et le drapeau canadien.

Camryn Rogers a remporté la médaille d’or au lancer du marteau aux championnats du monde à Budapest.Photo : AFP / BEN STANSALL

Sur le terrain, quelques Canadiens pourraient se démarquer.

Au marteau, Camryn Rodgers et Ethan Katzberg ont remporté l’or aux Championnats du monde à Budapest l’année dernière et comptent parmi les meilleurs espoirs de médaille du Canada.

Katzberg a amélioré son record personnel avec un lancer de 84,38 m au Kenya en avril, le plaçant ainsi en tête du classement. Son plus proche poursuivant, le Polonais Wojciech Nowicki mesure 81,08 m.

Rodgers devra en découdre avec les Américaines Brooke Andersen et DeAnna Price qui la devancent actuellement. Le premier a lancé 79,92 m le mois dernier. Rodgers, de son côté, a atteint 77,76 ma quelques semaines plus tard.

La lanceuse de poids Sarah Mitton a réalisé le meilleur lancer de l’année, atteignant une distance de 20,68 m. Rappelons qu’elle avait remporté la médaille d’argent avec une projection à 20,08 m aux championnats du monde en septembre dernier.

Les décathlètes Pierce Lepage et Damian Warner, respectivement 1er et 2e aux Mondiaux de Budapest, ont encore une fois de grandes ambitions. Il leur faudra surveiller l’Allemand Leo Neugebauer, auteur du meilleur total cette année avec 8961 points, un record NCAA et la 6e performance de l’histoire. Une telle récolte lui aurait valu l’or en Hongrie.

Deux athlètes canadiens s'affrontent sur les haies.

Les Canadiens Pierce LePage et Damian Warner ont réussi le doublé, avec l’or et l’argent, aux Championnats du monde d’athlétisme à Budapest.Photo : Associated Press / Petr David Josek

Warner, champion olympique en titre, a remporté il y a quelques semaines le décathlon de Götzis, en Autriche, avec 8 678 points. LePage, qui n’est pas au top de sa forme présentement, était absent de cet événement.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Ingénieur Industriel H/F STELLIANT NANCY CDI – .
NEXT un village entier dénonce sa conduite jugée dangereuse, le conducteur condamné