La Brassée, cinq ans à faire pétiller Rosemont

Depuis cinq ans, Cédric travaille chaque jour à développer un véritable café de quartier, un PMU, mais sans les chevaux « . En plus de son activité de café, bistro et buanderie, La Brassée, c’est aussi salle de concert-galerie d’art-bibliothèque« .Un ADN bigarré, à l’image de sa clientèle, ou plutôt voisins» comme on les appelle ici.

Je veux que mes collègues considèrent les clients comme des personnes qu’ils pourraient rencontrer au parc.“, explique le fondateur. Les collègues sont de rigueur, tout comme le service à table. Notre façon de faire, quand elle est appréciée, est vraiment appréciée, et les gens reviennent, ajoute Cédric. Nous avons des clients très réguliers qui viennent tous les jours.»

Atteindre être un lieu où les gens se rencontrent et discutent“, La Brassée mise sur sa programmation culturelle, toujours gratuite. Du lundi au samedi, le café reçoit, entre autres, des musiciens, des poètes, des équipes de théâtre d’improvisation et des animateurs de podcasts. Selon un voisin qui nous interpelle, ça marche. En effet, selon Johanne, l’endroit est vraiment un café intergénérationnel, et c’est rare« .

Le service s’effectue à table même en terrasse. (Crédit photo : Alexia Boyer)

De Rennes à Rosemont

En 2013, à peine arrivé à Montréal, le Breton d’origine met les pieds dans ce qu’on appelle alors le Bistro Mousse Café. C’est dans cet établissement qu’il boira son premier café dans son nouveau pays pour rencontrer son futur colocataire.

Quelques années plus tard, alors qu’il fait une pause devant son lieu de travail situé juste à côté de ce même café, Cédric croise le propriétaire des lieux. Le Bistro Mousse Café ferme ses portes, et le bailleur propose à Cédric de reprendre l’affaire. Ils signent le bail du 14 mars 2019, et La Brassée ouvre le 1er marseuh Juin de la même année. Ainsi commence une histoire que rien n’arrêtera, pas même la pandémie.

Les clients des cafés y passent en moyenne 1h30 par visite. Crédit photo : Alexia Boyer

Écologique et local

La démarche écologique de La Brassée constitue un autre des piliers du café. Par exemple, il a été l’un des premiers établissements à Montréal à composter tous ses déchets ou à ne pas facturer de supplément pour les laits végétaux.

Poursuivant cette démarche, une attention particulière est portée au choix des fournisseurs. Les thés et tisanes proviennent de la petite entreprise d’Outremont Un amour des thés. Les laits végétaux sont produits sur le territoire par DAM. Au total, 90 % des produits sont locaux, même les alcools. Sauf le pastis, parce que ceux qui en boivent me disent que rien ne remplace le vrai Ricard“, rigole Cédric. Lorsqu’il ne peut s’approvisionner dans la région de Montréal, il étend ses recherches au Québec, puis au Canada, mais toujours dans l’objectif de privilégier les petits fournisseurs et la démarche la plus éthique et écologique possible.

Pour les cinq prochaines années, Cédric aspire à continuer à développer le café qui la vie est entre ses mains» comme il l’avait imaginé depuis le début, conformément à son slogan « entre voisins« .

Le breuvage
2522 rue Beaubien Est, Montréal
Site web

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV un nouveau plan de prévention du bruit en préparation – .
NEXT un village entier dénonce sa conduite jugée dangereuse, le conducteur condamné