à la rencontre des vignerons bergeracois

Dans ce Périgord qui célèbre l’art de vivre au quotidien, le vignoble de Bergerac s’étend de part et d’autre de la Dordogne sur 11 300 hectares. Plantées sur sept terroirs, ses vignes produisent des vins blancs secs, liquoreux, moelleux, rosés ou rouges, sous 17 appellations d’origine différentes. Si les vignerons y ont des profils aussi variés que leurs vins, nombreux sont ceux qui ouvrent leurs portes pour les faire connaître en proposant une multitude d’activités.

Pour préparer votre visite, il peut être judicieux de s’arrêter quai de Cyrano à Bergerac. Surplombant la rivière, la bâtisse moderne adossée au cloître des Récollets du XVIIème siècle abrite l’office de tourisme et la Maison des vins. Vitrine de ce savoir-faire viticole, il présente quelque 150 références. De quoi faire une première sélection avant de partir à la rencontre de femmes et d’hommes engagés pour l’environnement – ​​dont 35 % travaillent en agriculture biologique – et désireux de partager leur passion.

Château de Montaigne

Joyau s’il en est, le Château de Montaigne allie viticulture et patrimoine. Au XVIème siècle, à l’époque où Michel Eyquem de Montaigne y rédigeait ses célèbres « Essais », on y produisait déjà du vin. Il est aujourd’hui entouré de 11 hectares de vignes en conversion biologique et la quasi-totalité de la récolte est vendue sur place. Dans la tour, partie la plus ancienne du château, est reconstitué le bureau du grand homme, véritable lieu de pèlerinage pour ses lecteurs du monde entier.


Le Château de Montaigne allie viticulture et patrimoine

Photo Patricia Marini

Le bâtiment, reconstruit dans le style Belle Époque en 1886 après un incendie, attire les chasseurs de fantômes et autres influenceurs amateurs de phénomènes étranges. Ce site privé, resté dans la famille Montaigne jusqu’en 1811, devient la propriété, en 1860, de Pierre Magne, plusieurs fois ministre, notamment sous Napoléon III. Ses descendants, qui s’y rendent encore occasionnellement, l’ont ouvert aux visiteurs il y a quelques années, et deux nouvelles salles y sont visibles depuis le printemps. Même alliance entre histoire et travail de la terre au Château de Panisseau avec Claire Janoueix, qui a étudié l’histoire de l’art avant de se tourner vers la viticulture, et Audouin d’Aboville. A moins de 30 ans, le couple a investi, à la fois dans un monument historique datant du XIIe siècle, qu’ils visitent à certaines occasions, et dans une propriété viticole, qui produit depuis longtemps des vins de qualité. Ils ont l’intention de les réveiller tous les deux.

Au cœur du Périgord pourpre, seules quatre communes produisent l’appellation Pécharmant


Claire Janoueix et Audouin d’Aboville au Château de Panisseau : le couple a investi à la fois dans un monument historique et dans une propriété viticole

Photo Patricia Marini


Sur l’aire d’appellation Montravel, Gaëlle Reynou-Gravier, ingénieur agronome de formation, a repris il y a quinze ans le domaine familial Perreau (25 hectares).

photo Patricia Marini

Accords fromages et vins commentés

Sur l’aire d’appellation Montravel, Gaëlle Reynou-Gravier, ingénieur agronome de formation, a repris il y a quinze ans le domaine familial de Perreau (25 hectares). Elle a réfléchi à la manière de maintenir le lien avec ses clients après la pandémie. En s’adaptant notamment aux besoins des familles. Elle a aménagé un espace pour les enfants dans sa nouvelle cave en pierre et leur fait déguster du jus de raisin. Outre le géocaching qui vient d’être inauguré, les adolescents seront séduits par l’escape game qui se déroule dans deux salles aménagées à cet effet dans la plus ancienne bâtisse du domaine avec les outils et meubles récupérés au fil du temps par le père du vigneron. . Les adultes apprécieront les accords fromages et vins guidés dans les vignes au coucher du soleil en été.

Une terre d’exploration

Côme Piat au Château de Tiregand, l'un des plus grands producteurs indépendants du secteur


Côme Piat au Château de Tiregand, l’un des plus grands producteurs indépendants du secteur

Photo Patricia Marini

Au cœur du Périgord pourpre, seules quatre communes, dont Creysse, produisent l’appellation Pécharmant, le plus ancien vignoble de Bergerac. Initialement vignerons en biodynamie à Sainte-Foy-la-Grande, Côme et Christophe Piat y ont acquis les 40 hectares de vignes du Château voisin de Tiregand en 2022. « Le vin est toujours vivant et l’appellation Pécharmant est forte », estime le jeune homme. . C’est pourquoi elle a entrepris de rénover un bâtiment du XVIIe siècle pour accueillir les visiteurs dans de meilleures conditions et élargir son offre réceptive, avant de créer l’année prochaine un parcours immersif. Une ambition à la hauteur de ce domaine : c’est en effet l’un des plus gros producteurs indépendants du secteur. Héritier d’un savoir-faire ancestral, Monbazillac, doux à la couleur dorée, est le résultat d’un équilibre fragile entre le terroir argilo-calcaire, l’ensoleillement, les coteaux bien exposés, les brumes et les gelées d’automne. contribuant à l’apparition de « pourriture noble » sur les grappes confites, qui seront récoltées tardivement. C’est ce qu’explique la toute récente scénographie du musée du château de Monbazillac sur 300 mètres carrés. Racheté en 1960 par la cave coopérative regroupant 48 viticulteurs de l’appellation, le bâtiment, situé sur un promontoire embrassant toute la vallée, est resté quasiment inchangé depuis le XVIe siècle. Y cohabitent une exposition retraçant son histoire et celle de la famille Bacalan, des œuvres d’art et, dans les caves, des activités ludiques pour les enfants. Cette pièce maîtresse du patrimoine local n’attire pas moins de 60 000 visiteurs par an. Le Bergeracois est aussi une terre d’exploration pour les vignerons qui comptent faire bouger les lignes.

Au Château La Robertie, Juliette Sbrana élabore du vin dans des bocaux en grès


Au Château La Robertie, Juliette Sbrana élabore du vin dans des bocaux en grès

Photo Patricia Marini

Comme Juliette Sbrana, auparavant directrice des opérations dans les lycées agricoles. Elle a racheté il y a trois ans La Robertie à Brigitte Soulier, dans le but de faire de ce terroir argileux un terrain d’expérimentation. Elle vinifie par exemple une partie de sa cuvée Ecce, un blanc fruité avec une belle tension en bouche, ainsi qu’un vin de macération orange sans sulfites, dans des bocaux en grès. Sa gamme, qui comprend un vin effervescent naturel, totalise une douzaine de vins différents. Aucun visiteur chez elle. Travaillant seule avec un employé, elle n’a pas le temps, mais la rencontrer en venant acheter sur place ou lors d’un salon fait comprendre que « le vin est sensibilité, émotion et énergie. »

Au Château Les Monderys, David et Emmanuelle Fourtout se sont inspirés de leurs voyages à l'étranger pour imaginer leur cave gravitaire conçue sur mesure afin de limiter au maximum les manipulations humaines.


Au Château Les Monderys, David et Emmanuelle Fourtout se sont inspirés de leurs voyages à l’étranger pour imaginer leur cave gravitaire conçue sur mesure afin de limiter au maximum les manipulations humaines.

Patricia Marin

Au Château Les Monderys, David et Emmanuelle Fourtout, qui ont vendu leur vignoble des Verdots, ont investi le produit de la vente pour acheter des vignes et s’équiper d’un outillage moderne et de pointe. Ils se sont inspirés de leurs voyages à l’étranger pour imaginer leur cave gravitaire conçue sur mesure afin de limiter au maximum les manipulations humaines. Ce lieu lumineux abrite une salle de dégustation, qui se transforme à la tombée de la nuit en voûte céleste et abrite une incroyable terrasse à l’étage avec vue panoramique. Ils l’ont transformé en bar lounge pour des soirées musicales d’été. Une façon originale d’apprécier la beauté de ce cadre naturel. En Bergeracois, les paysages offrent autant à voir qu’à boire et le plaisir des papilles va de pair avec celui des yeux.

CARNET D’ADRESSES

A voir, à visiter

La tour et le château Michel de Montaigne

Comptez deux heures pour découvrir en toute autonomie la tour Montaigne, le parc et suivez la visite guidée du château qui se termine par une dégustation : 17 €. 24230 Saint-Michel-de-Montaigne, +33 (0)5 53 58 63 93.

Le château de Monbazillac

La visite comprend les nouvelles scénographies du musée et du château. 11,50 € avec la dégustation d’un vin ou 17,50 € pour trois vins. Château de Monbazillac, le village, 24240 Monbazillac, tél. : 05 53 61 52 52.

Domaine de Perreau

Découverte du sentier de la biodiversité qui s’étend sur 1,3 km avec la vigneronne Gaëlle Reynou-Gravier (5 € par personne). Egalement un escape game à partir de 10 ans (15 € adulte) ou une dégustation de vins et fromages dans les vignes les 26 juillet et 9 août. Sur réservation au 06 81 08 98 36. Lieu-dit Perreau, 24230 Saint-Michel-de- Montaigne. Tel. : 05 47 56 01 61.

Les caves du Château de Tiregand

Soirées à thème et marché gourmand une fois par mois cet été. Visite avec dégustation de trois vins 7 €, cinq vins 15 €, 3 € supplémentaires pour l’accord fromages et vins. 118, route de Saint-Alvère, 24200 Creysse. Tél. : 05 53 23 21 08.

Château Les Monderys

Visite et dégustation gratuites, dans un cadre étoilé. Bar lounge avec vins de la propriété et assiettes à partager. Ouvert du jeudi au samedi de 17h à 21h à partir du 6 juin, puis de 12h à 21h du lundi au samedi du 15 juillet au 31 août. 328, route de Peyrelevade, 24560 Conne-de-Labarde. Tel. : 05 53 74 85 08.

Château La Robertie

2, chemin de La Robertie, 24240 Rouffignac-de-Sigoulès. Tel. : 06 77 13 85 85.

Château La Jaubertie

Pour les 50 ans de son premier millésime, ce domaine, qui appartient à la famille Ryman depuis 1973, a renforcé son programme d’animations avec des séances de yoga dans les jardins, une exposition de land art ou encore des ateliers de peinture originale utilisant le vin comme médium. Réservation au 05 53 58 32 11. 24560 Colombier.

Où manger

Le XXIVe

Seul en cuisine, Martin Porier travaille les produits frais de saison. Très bon rapport qualité prix. Formule du midi : 25 €. 14, rue Saint-Clar, 24100 Bergerac. Tel. : 05 53 22 37 26.

Quai Cyrano

Idéal pour déguster les vins des quelque 130 vignerons de la Maison des vins. A noter les ateliers dégustation commentés, le jeudi une fois par mois (22 €). 1, rue des Récollets, 24100 Bergerac. Tel. : 05 53 57 03 11.

Château de la Fayolle

Les américano-suisse Franck et Riki Campbell servent les vins bio de la propriété avec un plateau de charcuterie, fromages locaux, soupe, fruits et légumes… Sur réservation. 16 €/pers. le tableau. 24240 Saussignac. Tel. 05 53 74 32 02.

Ou dormir

Château de Panisseau

Les dépendances de l’ancien corps de ferme ont été transformées en gîte pour 2 ou 8 personnes. 100 €/nuit pour deux personnes avec un minimum de deux nuits. 9 € la visite. 24240 Thénac. Tel. 05 53 58 40 03.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

NEXT Pontarlier. Quelques idées de sorties dans le Haut-Doubs pour le week-end du 1er et 2 juin