Erreur sur l’identité du maire de Montauban, drôle de campagne au PS, arche de Noé à Monbéqui… les indiscrétions du jour dans le Tarn-et-Garonne

Erreur sur l’identité du maire de Montauban, drôle de campagne au PS, arche de Noé à Monbéqui… les indiscrétions du jour dans le Tarn-et-Garonne
Descriptive text here

l’essentiel
Chaque dimanche, retrouvez les indiscrétions politiques de la rédaction dans l’édition Tarn-et-Garonne de La Dépêche. Cette semaine, il est question de l’accueil des internes à l’hôpital de Montauban, avec une scène cocasse au musée Ingres, de la guerre des courants qui se poursuit au PS en pleine campagne européenne ou encore d’une belle histoire d’animaux à Monbéqui.

Montauban : Philippe Bécade « dinosaure de chirurgie »

Jeudi 2 mai, la nouvelle promotion d’internes en médecine du département a été conviée à une soirée de bienvenue. En préambule, le programme prévoyait une visite gratuite et sans guide du musée Ingres-Bourdelle. Une anomalie réparée par Philippe Bécade qui a proposé de faire découvrir le musée à ses futurs confrères.

Lire aussi :
La Maison des Stagiaires Sapiac a ouvert ses portes à Montauban

Chemin faisant, un étudiant lui demande s’il est maire de Montauban. Et le médecin de répondre : « Non, je suis conseiller municipal et j’ai été adjoint au maire chargé de la culture, mais je suis ici en dinosaure chirurgical. » Le Dr Bécade ne manque pas d’humour !

Revenus des agriculteurs : un élu de Moissaga dénonce le « en même temps » du député RN

Candidate sur la liste « Éveiller l’Europe » conduite par Raphaël Glucksmann (Place publique/PS), Marie Cavalié-Noua, conseillère municipale d’opposition à Moissac, veut mener une campagne d’idées. « Il faut aller au fond des choses », insiste-t-elle. Elle constate que ce n’est pas du tout la stratégie du Rassemblement national.

« Leur communication se fait en surface, avec des selfies. On a vu notre député, qui prétend soutenir les agriculteurs, ne pas voter un projet de loi visant à garantir un revenu digne aux agriculteurs et à accompagner la transition agricole. On a bien vu qu’il y en avait un en même temps chez Marine Hamelet. »

Ce projet de loi, présenté en première lecture à l’Assemblée nationale lors de la séance du 4 avril, a quand même été adopté… mais Marine Hamelet faisait partie des 12 députés RN à s’abstenir.

Campagne européenne : une candidate passée sous silence par son propre camp

Vendredi, les élus PS et apparentés ont tenu une conférence de presse à Montauban pour dire tout le bien qu’ils pensent de la liste « Réveillez l’Europe » menée par l’eurodéputé Raphaël Glucksmann. Étonnamment, personne n’a parlé de la seule candidate tarn-et-garonnaise présente sur cette liste, la Moissagaise Marie Cavalié-Noua.

La députée Valérie Rabault a préféré évoquer la venue de la présidente régionale Carole Delga au meeting de campagne prévu à Montauban… que la conseillère municipale d’opposition de Moissac avait annoncée pour le 21 mai. Et Patrice Garrigues se réjouissait d’avance que son amie tarnaise Claire Fita puisse être élue. Député européen si la liste Glucksmann réalise un bon score le 9 juin… sans un mot non plus pour Marie Cavalié-Noua.

Lire aussi :
Elections européennes : pourquoi ces élus du Tarn-et-Garonne sont “à fond” derrière la liste de Raphaël Glucksmann

Lundi 29 avril déjà, pour la première réunion publique de « Réveil de l’Europe » à Nègrepelisse à laquelle participait le premier secrétaire du PS Arnaud Hilion, on constatait l’absence du maire de la commune Morgan Tellier, adjoint de Valérie Rabault. Quand on connaît les relations tendues entre le député et le premier secrétaire du PS 82, on comprend mieux le silence autour de la candidature de Marie Cavalié-Noua… et le message posté ce samedi sur Facebook par Olivier Fournet, qui traînait sur le marché de Montauban. “Il y a ceux qui parlent et ceux qui sont là.”

Fable à Monbéqui : le maire, les deux chats et le hérisson

Un hérisson s’est invité à la mairie de Monbéqui mercredi 1er mai. Pourtant, le bâtiment public est déjà occupé par deux chats, adoptés par la municipalité.
Capture d’écran Facebook

Il se passe des choses à Monbéqui… même le 1er mai. Mercredi matin, le maire Alfred Marty s’est rendu à la mairie pour nourrir « les deux chats officiels de la commune » et a eu la surprise de découvrir « un nouvel ami »… un hérisson venu profiter de la gamelle de croquettes pour chat.

Alfred Marty nous raconte l’histoire de cette belle histoire : « Ces deux chats appartenaient à un monsieur habitant un logement à côté de la mairie. Lorsqu’il est allé en maison de retraite, nous avons récupéré ses animaux. Nous les avons fait stériliser, nous les avons nourris et nous avons ouvert une trappe dans le hangar du cimetière pour qu’ils puissent y dormir la nuit. La journée, ils sont sur le rebord de la fenêtre de la mairie et attendent de se faire caresser. »

Pas sûr qu’on puisse faire la même chose avec le hérisson mais une chose est sûre : Monbéqui mérite bien le titre de village respectueux des animaux.

Dessin de Teti : les castors s’installent sur l’île de Pissote

Histoire d’animaux également sur l’île de Pissote où un couple de castors vient de s’installer.
Dessin © Teti

Les clients de l’Hôtel Dali sont aux premières loges pour suivre l’événement qui a inspiré notre designer cette semaine : l’installation d’un couple de castors sur l’île de Pissote, un espace naturel peuplé de nombreux oiseaux. Comment se déroulera la cohabitation ?

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV une fillette de cinq ans retrouvée morte, son père pendu
NEXT La bastide et la vallée du Lot à redécouvrir en photos au centre culturel