comment cela est lié aux conditions météorologiques extrêmes

comment cela est lié aux conditions météorologiques extrêmes
comment cela est lié aux conditions météorologiques extrêmes
Informations sur l’article
  • Auteur, Mark Poynting et Esmé Stallard
  • Rôle, BBC News Climat et science
  • 7 mai 2024

Le changement climatique est l’explication la plus probable de l’augmentation des précipitations à Dubaï, selon une nouvelle étude.

Voici quatre raisons pour lesquelles le changement climatique est lié aux conditions météorologiques extrêmes.

A lire aussi sur BBC Afrique :

1. Des pluies plus intenses

Pour chaque augmentation de 1°C de la température moyenne, l’atmosphère peut contenir environ 7 % d’humidité en plus.

Cela peut entraîner une augmentation du nombre de gouttelettes et des précipitations plus abondantes, parfois sur une période plus courte et sur une zone plus petite.

Les scientifiques évaluent si les événements météorologiques extrêmes peuvent être attribués au changement climatique, en tenant compte des causes naturelles et humaines.

Dans le cas des pluies intenses survenues à Dubaï, aux Émirats arabes unis (EAU) et à Oman en avril 2024, il a été difficile de déterminer avec précision l’importance du rôle joué par le changement climatique. En effet, les fortes pluies sont rares dans cette région, ce qui limite les comparaisons historiques.

Mais ces types d’événements sont devenus 10 à 40 pour cent plus importants, et le changement climatique est l’explication la plus probable, selon le groupe World Weather Attribution (WWA).

Le même mois, des inondations extrêmes ont frappé certaines parties de l’Afrique de l’Est.

Il est trop tôt pour dire exactement quel rôle le changement climatique a joué dans cet événement. Mais les fortes pluies tombées dans la même région en octobre et novembre 2023 ont été aggravées par une combinaison du changement climatique et d’un phénomène météorologique naturel connu sous le nom de « dipôle de l’océan Indien », selon WWA.

En septembre 2023, le nord de la Libye a été frappé par des inondations meurtrières.

Légende, Le maire de Derna, dans le nord de la Libye, a suggéré que les inondations auraient pu tuer jusqu’à 20 000 personnes.

Ces fortes précipitations ont été multipliées par 50 en raison du changement climatique, et des années d’instabilité politique ont entravé les efforts de préparation à de tels événements.

Selon le GIEC, l’organisme des Nations Unies chargé des questions climatiques, les fortes précipitations sont devenues plus fréquentes et plus intenses dans la plupart des régions terrestres en raison de l’activité humaine.

Selon le GIEC, cette tendance va se poursuivre à mesure que le réchauffement se poursuit.

2. Des vagues de chaleur plus chaudes et plus longues

Même une légère augmentation des températures moyennes fait une grande différence en cas de chaleur extrême.

La répartition des températures quotidiennes évolue vers des niveaux plus chauds, ce qui rend les journées plus chaudes plus probables et plus intenses.

Début avril 2024, les températures au Mali ont atteint 48,5°C lors d’une vague de chaleur extrême dans la région africaine du Sahel, associée à une augmentation des hospitalisations et des décès. la mort.

Selon la WWA, une telle chaleur n’aurait pas été possible sans le changement climatique provoqué par l’homme, et elle deviendra de plus en plus courante à mesure que la planète continue de se réchauffer.

Au Royaume-Uni, les températures ont dépassé les 40°C pour la première fois en juillet 2022, entraînant des perturbations considérables dans tout le pays. Cette situation aurait été extrêmement improbable sans le changement climatique, selon WWA.

Les vagues de chaleur s’allongent également dans de nombreux endroits, notamment au Royaume-Uni.

Cela peut être dû aux dômes thermiques, qui sont des zones de haute pression où l’air chaud est poussé vers le bas et emprisonné, provoquant une hausse des températures sur de vastes zones.

Une théorie suggère que les températures plus élevées dans l’Arctique – qui s’est réchauffé près de quatre fois plus vite que la moyenne mondiale – provoquent un ralentissement des vents forts appelés « jet streams », augmentant ainsi la probabilité de formation de dômes. chaleur.

3. Des sécheresses plus longues

Il peut être difficile d’établir un lien entre le changement climatique et certaines sécheresses.

La disponibilité de l’eau ne dépend pas uniquement de la température et des précipitations ; les systèmes météorologiques naturels jouent également un rôle clé. C’est ce qui s’est produit lors de la sécheresse qui a frappé l’Afrique australe début 2024.

Mais les vagues de chaleur alimentées par le changement climatique peuvent aggraver les sécheresses en asséchant les sols. L’air se réchauffe alors plus rapidement, ce qui entraîne une chaleur plus intense.

En période de canicule, la demande accrue en eau, notamment de la part des agriculteurs, accroît encore la pression sur l’approvisionnement en eau.

Certaines parties de l’Afrique de l’Est n’ont pas connu cinq saisons des pluies consécutives entre 2020 et 2022, la région subissant la pire sécheresse depuis 40 ans. Cette sécheresse a provoqué le déplacement de 1,2 million de personnes rien qu’en Somalie.

Selon la WWA, le changement climatique a multiplié par au moins 100 le risque de sécheresse de ce type.

Le réchauffement dû à l’activité humaine a également été le principal facteur à l’origine de la pire sécheresse que la forêt amazonienne ait connue depuis au moins un demi-siècle, au cours de la seconde moitié de 2023.

4. Plus de carburant pour les incendies de forêt

Les incendies se produisent naturellement dans de nombreuses régions du monde. Il est difficile de savoir si le changement climatique a provoqué ou aggravé un incendie de forêt spécifique, car d’autres facteurs entrent en jeu, comme le changement d’utilisation des terres.

Cependant, le changement climatique rend plus probables les conditions météorologiques nécessaires à la propagation des incendies de forêt, selon le GIEC.

Les chaleurs extrêmes et prolongées augmentent l’humidité des sols et de la végétation.

Ces conditions extrêmement sèches alimentent les incendies, qui peuvent se propager incroyablement rapidement, surtout si les vents sont forts.

La hausse des températures peut également augmenter la probabilité que la foudre frappe les forêts les plus septentrionales de la planète, déclenchant ainsi des incendies.

En 2023, le Canada a connu de loin sa pire saison d’incendies de forêt jamais enregistrée, au cours de laquelle environ 18 millions d’hectares ont brûlé.

Le changement climatique a plus que doublé la probabilité de phénomènes météorologiques extrêmes dans l’est du Canada, ce qui a alimenté la propagation des incendies, selon la WWA.

Selon le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), les incendies de forêt extrêmes devraient devenir plus fréquents et plus intenses à l’avenir dans le monde entier. Cela est dû aux effets combinés du changement d’utilisation des terres et du changement climatique.

Le nombre d’incendies les plus extrêmes pourrait augmenter de 50 % d’ici 2100, selon le PNUE.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV des images de l’intérieur de l’avion qui démontrent la violence des turbulences
NEXT 11 migrants meurent de soif dans le désert, selon Alarme Phone Sahara