Moscou place Zelensky sur la liste des personnes recherchées

Moscou place Zelensky sur la liste des personnes recherchées
Moscou place Zelensky sur la liste des personnes recherchées

(Moscou) La Russie a lancé un avis de recherche contre le président ukrainien Volodymyr Zelensky, sans rendre public son motif, selon un avis visible samedi sur le site du ministère de l’Intérieur, une annonce que Kiev a jugée « sans valeur ».

Le dirigeant est recherché « en vertu d’un article du code pénal », peut-on lire dans ce court texte, qui ne dit rien d’autre sur la nature de ces accusations.

Depuis février 2022, la Russie mène une offensive contre l’Ukraine, qu’elle présente notamment comme une lutte contre une puissance « nazie ».

Volodymyr Zelensky est particulièrement visé par les responsables russes. Au lendemain du lancement de son assaut, le président Vladimir Poutine a appelé l’armée ukrainienne à le renverser.

Le ministère ukrainien des Affaires étrangères a déclaré que l’avis de recherche contre M. Zelensky démontrait le « désespoir de la propagande russe et de la machine d’État, qui ne sait plus quoi inventer pour attirer l’attention ».

Le ministère a rappelé que Vladimir Poutine faisait lui-même l’objet d’un mandat d’arrêt émis par la Cour pénale internationale (CPI) pour la prétendue « expulsion » vers la Russie de milliers d’enfants ukrainiens.

Ce mandat est « réel », contrairement aux « annonces russes sans valeur », estime la diplomatie ukrainienne.

Des avis de recherche ont également été émis contre le commandant des forces terrestres de Kiev, Oleksandr Pavliuk, et l’ancien président ukrainien Petro Porochenko, selon la base de données russe.

La liste des personnes recherchées par la Russie est très longue et comprend des personnalités russes ou étrangères, notamment des Ukrainiens.

En février, le nom du Premier ministre estonien Kaja Kallas a été ajouté, ainsi que celui d’autres responsables des pays baltes.

Pour justifier cette décision, le Kremlin a invoqué la vision opposée de l’histoire de Moscou et de ces États.

Les pays baltes, qui craignent les ambitions militaires du Kremlin, considèrent que l’URSS les a occupés, tandis que Moscou se considère comme un libérateur et juge toute autre approche comme une « falsification de l’Histoire », un crime en Russie.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Le bateau qui remédie à la pollution plastique issue de la perliculture en Polynésie française – rts.ch
NEXT L’Arabie Saoudite s’intéresse toujours au Rafale… mais aussi aux sous-marins et frégates de Naval Group