après 50 ans, l’anxiété double les risques

après 50 ans, l’anxiété double les risques
après 50 ans, l’anxiété double les risques

L’ESSENTIEL

  • Le risque de développer la maladie de Parkinson est au moins deux fois plus élevé chez les personnes anxieuses que chez celles qui n’en souffrent pas.
  • La maladie de Parkinson est la deuxième maladie neurodégénérative la plus répandue dans le monde.
  • Les chercheurs espèrent que l’identification de l’anxiété comme facteur de risque pourrait améliorer la gestion de la maladie de Parkinson.

Selon l’OMS, la prévalence de la maladie de Parkinson a doublé au cours des 25 dernières années. Près de 10 millions de personnes en souffrent dans le monde. Face à cette augmentation des cas, il est essentiel de mieux comprendre cette maladie neurodégénérative qui provoque des troubles moteurs.

Des chercheurs de l’University College London viennent de faire une découverte sur ses facteurs de risque. Dans leur étude publiée dans Journal britannique de pratique générale, ils relient les personnes de plus de 50 ans qui ont récemment développé de l’anxiété à un diagnostic ultérieur de la maladie de Parkinson.

Parkinson : l’anxiété après 50 ans est un facteur de risque

Pour évaluer les liens entre l’anxiété et la maladie de Parkinson, l’équipe a utilisé des données sur les soins primaires au Royaume-Uni entre 2008 et 2018. Ils ont identifié 109 435 patients ayant développé de l’anxiété après l’âge de 50 ans, puis ont comparé leurs dossiers médicaux avec ceux d’un patient non âgé. groupe témoin anxieux.

Leurs analyses ont révélé que le risque de développer la maladie de Parkinson était doublé chez les personnes anxieuses par rapport aux autres.

L’étude confirme également que des symptômes tels que la dépression, les problèmes de sommeil, la fatigue, les problèmes cognitifs, l’hypotension, les tremblements, la rigidité, les problèmes d’équilibre et la constipation étaient des facteurs de risque de développer une pathologie neurodégénérative chez les personnes anxieuses.

« L’anxiété est connue pour être une caractéristique des premiers stades de la maladie de Parkinson, mais avant notre étude, le risque de maladie de Parkinson chez les personnes de plus de 50 ans souffrant d’une nouvelle anxiété était inconnu. »déclare le Dr Juan Bazo Avarez, co-auteur principal de l’UCL Epidemiology & Health, dans un communiqué de presse.

Maladie de Parkinson : il faut identifier les personnes anxieuses

« L’anxiété n’est pas aussi bien étudiée que les autres indicateurs précoces de la maladie de Parkinson. Des recherches plus approfondies devraient explorer comment l’anxiété précoce est liée à d’autres symptômes précoces et à la progression sous-jacente de la maladie de Parkinson à ses premiers stades, explique la co-auteure principale, la professeure Anette Schrag. Cela pourrait conduire à un meilleur traitement de la maladie à ses débuts.

« En comprenant que l’anxiété et les caractéristiques mentionnées sont liées à un risque plus élevé de développer la maladie de Parkinson après 50 ans, nous espérons pouvoir détecter la maladie plus tôt et aider les patients à obtenir le traitement dont ils ont besoin »ajoute son collègue chercheur.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Les États-Unis et le Colorado enquêtent sur des cas supplémentaires de grippe aviaire H5N1 dans une ferme avicole.
NEXT Le crack et la cocaïne explosent en Suisse et cela s’explique – .