appel à la grève sur Radio France dimanche

appel à la grève sur Radio France dimanche
appel à la grève sur Radio France dimanche

Six syndicats (CGT, CFDT, FO, SNJ, SUD, Unsa) ont déposé lundi soir un préavis de grève pour dimanche de minuit à minuit. C’est le jour où est diffusée l’émission hebdomadaire de Charline Vanhoenacker, à laquelle participe habituellement Guillaume Meurice.

L’humoriste a été suspendu le 2 mai dans l’attente d’une éventuelle sanction qui pourrait aller jusqu’au licenciement, quatre jours après avoir réitéré ses propos polémiques sur Benjamin Netanyahu tenus fin octobre. Il a comparé le Premier ministre israélien à un «une sorte de nazi mais sans prépuce», ce qui lui a valu des accusations d’antisémitisme et une plainte, récemment classée sans suite.

Dans leur préavis de grève, les syndicats demandent à la direction du groupe public «la fin de la répression de l’insolence et de l’humour” Et “la réaffirmation illimitée de la liberté d’expression» sur ses antennes. Interrogée sur le cas du Meurice à l’Assemblée nationale mardi, la ministre de la Culture Rachida Dati a jugé que «Radio France ne pouvait que réagir« .

En octobre 2023, l’Arcom (le régulateur de l’audiovisuel, ndlr) alertait de manière très argumentée (…) France Inter suite à la chronique de Guillaume Meurice», a rappelé Rachida Dati.

Malgré cela (…), Guillaume Meurice a refait sa chronique à l’identique», qui a potentiellement exposé Radio France »à une sanction de l’Arcom“, elle a continué. Même si Radio France ne l’avait pas fait »Pas d’autre choix“que de convoquer le comédien, cette affaire”peut remettre en question la liberté d’expression», a toutefois concédé le ministre.

Plus largement que le seul cas du Meurice, les syndicats de Radio France s’inquiètent dans leur préavis de grève de «menace“qui pèsent, selon eux”,sur des émissions populaires et uniques», notamment sur France Inter.

Le 3 mai, au lendemain de l’affaire du Meurice, les sociétés des journalistes (SDJ) et des producteurs (SDPI) de France Inter ont dénoncé «un virage éditorial» de la première radio de France. Ils affirmaient notamment avoir pris connaissance du remplacement prochain du programme environnemental « La terre au carré ».

Les syndicats accusent la direction de Radio France d’avoir réalisé «une politique de destruction sociale à l’antenne“, tandis qu’un “le projet de réforme de l’audiovisuel public sera bientôt discuté à l’Assemblée nationale« .

Le projet de Rachida Dati, la mise en place d’une gouvernance unique de l’audiovisuel public (comprenant France Télévisions et Radio France) sera examiné les 23 et 24 mai dans l’hémicycle. Les syndicats fustigeent enfin »une campagne de dénigrement et de calomnie orchestrée par des partis politiques, des organisations ou des personnalités franchement hostiles au service public de la radio« . Ce dernier est fréquemment accusé par les personnalités de droite de pencher clairement à gauche.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Dun. « Chalal mémoire plurielle », un film sur l’artiste marocain
NEXT Cet épisode est banni de Disney+ pour ses thématiques, mais il est disponible gratuitement sur YouTube