Kiosque – « Les échecs » de la tournée américaine de Mohcine Jazouli, selon Africa Intelligence

Kiosque – « Les échecs » de la tournée américaine de Mohcine Jazouli, selon Africa Intelligence
Kiosque – « Les échecs » de la tournée américaine de Mohcine Jazouli, selon Africa Intelligence

Point de vue. Venues promouvoir les investissements au Maroc auprès des grands opérateurs économiques américains, les équipes du ministre délégué à l’investissement s’étaient fixé des objectifs ambitieux. Ils ont obtenu un résultat mitigé, estime le bulletin Africa Intelligence.

L’ambassade du Maroc à Washington n’a pas été consultée pour l’organisation de la tournée américaine du ministre délégué à l’investissement, Mohcine Jazouli.

Le roadshow, du 6 au 16 mai, n’a pas pu bénéficier de l’expertise de conseillers économiques et politiques généralement secondés par l’ambassadeur du Maroc à Washington, Youssef Amrani, auprès de personnalités politiques marocaines de passage dans le pays. Oncle Sam.
L’équipe du ministre délégué a préféré jouer la carte de l’auto-organisation. Principalement destiné à promouvoir la marque Morocco Now, soutenue par l’Agence marocaine de développement des investissements et des exportations (Amdie), dirigée par Ali Seddiki, et dont l’objectif est d’attirer les investissements dans le royaume, le roadshow n’a pas manqué de mobiliser la communauté marocaine ou les entrepreneurs attendus.

+ Le savoir-faire de l’ambassade du Maroc à Washington « ignoré » ? +

En cause, un manque de communication avec la diaspora marocaine, notamment à Dallas et Seattle, en amont des visites du ministre. Mystérieuse start-up Discutée, la rencontre entre Mohcine Jazouli et le patron de Tesla, Elon Musk, n’a finalement pas eu lieu. Malgré leur visite dans les bureaux de Microsoft et Boeing, situés à Seattle, les équipes du ministre délégué n’ont pas non plus pu rencontrer les hauts dirigeants de ces sociétés.

Le président de Microsoft, Brad Smith, était ensuite présent au sommet Choose France à Versailles. Cette mini-tournée outre-Atlantique devait également permettre la signature de deux protocoles d’accord avec des entreprises de haute technologie américaines.

La première, avec Oracle, a été enregistrée le 9 mai dans les bureaux du géant de la gestion de bases de données à Austin. Mohcine Jazouli entretient des relations suivies avec sa patronne, Safra Catz, qu’il a présentée au chef du gouvernement marocain, Aziz Akhannouch, lors de sa visite dans le royaume en 2022. Le deuxième accord devait être conclu avec une mystérieuse start-up lancée en 2022. Décembre 2023, Iozera.

+Le voyage à New York a été improvisé à la dernière minute +

Selon l’accord prévu, la petite entreprise spécialisée dans la gestion et le stockage de données d’intelligence artificielle devait s’implanter à Tétouan, dans le nord du royaume. Mais, comme l’indique le média marocain Le Desk, les tests de faisabilité n’ont pas été finalisés et l’accord a donc été annulé.

Nouveau conseil d’affaires Pour le sommet économique Etats-Unis-Afrique, organisé à Dallas du 6 au 9 mai, le ministre délégué était accompagné de la directrice générale de l’Office national des hydrocarbures et des mines (ONHYM), Amina Benkhadra, une habituée du milieu. ville, qui abrite le siège de plusieurs compagnies pétrolières. Le directeur de la place financière Casablanca Finance City (CFC), Saïd Ibrahimi, était également de la partie.

Quant au voyage à New York, étape surprise sur le parcours, il a été improvisé à la dernière minute par l’équipe de Mohcine Jazouli, et n’a donné lieu à aucune annonce majeure.

L’absence d’un conseil d’affaires maroco-américain actif a également pesé sur le plein succès de la tournée. Les équipes de Youssef Amrani travaillent depuis plusieurs mois à la création d’un nouveau conseil pour remplacer l’American Marocain Business Council, en sommeil.

Source : Africa Intelligence)

Article19.ma

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Aide aux médias canadiens | Le choix de Google fait sensation
NEXT Le salon automobile de Genève sabordé face à la baisse d’intérêt des constructeurs